Culture > Arts >

Un jubilé sur fond de tension

Névine Lameï, Lundi, 23 septembre 2013

L’Opéra du Caire fête ses 25 ans, avec un menu copieux à la saveur égyptienne. Toutefois, la politique entrave la programmation à long terme.

Zorba de Theodorakis.
Zorba de Theodorakis.

Les activités artistiques de l’Opéra du Caire sont de retour, après des mois d’arrêt, vu les problèmes multiples : carence de budget, manque de sécurité, insurrection des artistes en rogne contre le ministère ...

Sous la houlette de sa nouvelle présidente, la flûtiste Inès Abdel-Dayem, l’Opéra reprend progressi­vement ses activités. La nouvelle saison qui s’étend jusqu’au 30 juin 2014 s’annonce prometteuse, pour fêter le jubilé d’argent de l’Opéra du Caire, à partir du 10 octobre prochain. Ce même jour, on tentera de dresser un panorama des 25 ans passés, avec la participation des troupes permanentes de l’Opéra du Caire dont l’Orchestre sympho­nique, l’Orchestre de l’Opéra, la troupe de ballet, celle de la danse contemporaine et l’ensemble de la musique arabe.

Pour cette journée spéciale, le maestro Nayer Nagui conduira l’Orchestre symphonique du Caire, accompagné de la soprano japo­naise Maryam Talari, d’origine palestinienne. « Il ne faut pas oublier le rôle du Japon qui a offert en 1988, à l’Egypte, son nou­vel Opéra, après l’incendie des anciens locaux en 1971. Nous avons invité l’ambassadeur du Japon en Egypte, Toshiro Suzuki, afin de célébrer le jubilé, avec nous », déclare Réda Al-Wakil, directeur de la maison artistique de l’Opéra du Caire. Douze ambas­sades étrangères invitent également des solistes et des musiciens de leurs pays, afin de jouer avec l’Or­chestre symphonique du Caire, tout au long de la saison. Il s’agit de l’Argentine, l’Autriche, la Pologne, le Japon, la Hongrie, la République tchèque, la Corée, l’Espagne, le Mexique, l’Inde, l’Allemagne et Guatemala. « Nous voulons adres­ser un message de paix, assurant que l’Egypte est toujours un pays où l’on peut se produire en sécuri­té », déclare Inès Abdel-Dayem, dans un communiqué de presse.

Pour sa part, Erminia Kamel, pré­sidente du Ballet de l’Opéra du Caire, évoque le programme de la célébration en détail : « J’ai choisi des extraits assez courts du Lac des Cygnes, Casse-noisettes et Zorba. Les deux premiers ballets sont bien appréciés du public égyptien. Quant à Zorba de Theodorakis, c’est le ballet de la résistance, interprété dans la rue, par Hani Hassan, en signe de protestation contre le régime des Frères musul­mans ». Et pour attribuer au jubilé une saveur égyptienne, la compa­gnie du ballet présentera des extraits de Boléro (version dédiée par Maurice Béjart à l’Opéra du Caire en 1990) et Nil, la chorégra­phie d’Abdel-Moneim Kamel, mise en musique par Omar Khaïrat. D’ailleurs, ce dernier chef-d’oeuvre a été donné à l’inauguration de l’actuel Opéra, en 1988. « Nous allons mixer une partie de l’opéra Aïda avec le ballet Nil. Un ballet qui s’inspire des moments-clés de l’histoire de l’Egypte, dans un enchaînement dramatique », ajoute Al-Wakil qui participera au jubilé, en compagnie de l’Orchestre de l’Opéra du Caire, avec des mor­ceaux d’opéras internationaux dont Rigoletto, Carmen, Aïda, La Bohème et Mme Butterfly.

Mais comme la nouvelle saison a été programmée sur fond de ten­sion, la direction de l’Opéra s’est contentée de préciser les concerts et soirées des deux mois à venir. « Nous préférons aller doucement, mais sûrement ... au lieu d’annon­cer des activités pour les annuler ensuite à cause de la précarité des conditions politiques. De plus, les concerts débuteront à 19h au lieu de 20h », explique-t-on au bureau de presse, à l’Opéra. Aïda de Verdi est prévu du 21 au 24 octobre et deux soirées de danse « pas de deux », les 21 et 22 novembre. Le ballet Casse-noisettes est program­mé pour décembre, Spartacus pour février, Don Quichotte pour avril et Roméo & Juliette pour mai. Et ce, sans oublier les concerts de musique arabe, par la troupe Abdel-Halim Nowéra, le 29 septembre, ensuite le 6 et le 31 octobre.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique