Culture > Arts >

Entre deux mondes

May Sélim, Mercredi, 29 juin 2022

Réalisé par l’Egyptien Mohamed Diab et diffusé au Moyen-Orient sur Disney+, le feuilleton Moon Knight, de Marvel, remporte un grand succès. En puisant dans l’ambiance mythique et antique de l’Egypte Ancienne, le réalisateur est parvenu à créer une nouvelle image de super-héros contemporain.

Entre deux mondes
Moon Knight (le chevalier de la lune).

Diffusée en avril dernier aux Etats-Unis et en Europe, la minisérie Marvel Moon Knight, réalisée par l’Egyptien Mohamed Diab, est la plus courte, mais la plus vue des productions de MCU (l’Univers cinématographique de Marvel). Et depuis le lancement de la plateforme Disney+ à la mi-juin au Moyen-Orient, cette minisérie de 6 épisodes, créée par le scénariste Jeremy Slater et basée sur le personnage des comics Marvel, a fait environ 3,7 milliards d’heures de visionnement. Dans cette minisérie, MCU continue à développer les caractères des super-héros comme Spider Man, Fantastic four, Avengers et autres.

Steven Grant (Oscar Isaac), employé discret d’une boutique de souvenirs au département de l’Egypte Ancienne dans un musée londonien, est en proie à des trous de mémoire et à des souvenirs d’une vie antérieure. Il souffre d’un trouble dissociatif de l’identité et partage son corps avec le mercenaire Marc Spector. Alors que les ennemis de Steven/Marc convergent vers eux, ils doivent naviguer dans leurs identités complexes en plongeant dans un grand mystère avec les puissants dieux de l’Egypte Ancienne.

En 2022, à Londres, le destin des personnages et ceux des dieux de l’Egypte Ancienne se croisent. Ces derniers sont représentés dans le monde actuel à travers des avatars par des personnes qui leur sont fidèles. Ainsi, Steven ou Marc est l’avatar de Khonsu, dieu de la lune et symbole de la vengeance chez les Anciens Egyptiens. Harrow (Eathen Hawke) est l’exemple du vilain qui appelle à la libération de sa déesse Ammout, la dévoreuse des âmes humaines. Il juge indigne qu’elle continue à vivre dans l’au-delà. Le face-à-face entre les fidèles devient de plus en plus intriguant au cours des épisodes.

Au Caire, Diab a déclaré aux médias : «  Le plus important pour MCU n’est pas la création de l’action, mais le développement dramatique. C’est pourquoi j’ai été engagé dans ce projet ». Diab a réalisé quatre épisodes sur six de cette minisérie dans sa première saison.

Les dieux égyptiens

En fait, Moon Knight représente le monde de l’Egypte antique avec des références authentiques et historiques. Il n’est pas question de momies qui se transforment en monstres ou qui volent dans les airs. Les avatars présents permettent d’adopter les idées et les doctrines de ces dieux tout en gardant l’allure contemporaine. En fait, un jeu de va et vient se déroule entre le passé et le présent, entre les avatars et leurs dieux, entre Steven et son double. Une technique intéressante qui permet un changement rapide des angles de la caméra et qui témoigne du jeu excellent des comédiens et de l’enjeu de la métamorphose et du déguisement.

Une allusion à l’ennéade est faite lorsque, dans un temple gigantesque et majestueux, les avatars s’unissent et représentent les neuf divinités de la mythologie égyptienne des forces de l’univers: Atoum, Tefnout, Shou, Geb, Nout, Osiris, Isis, Seth et Nephthys.

Les détails vestimentaires révèlent une parfaite reconstitution des habits de l’Egypte antique. Les habits de la métamorphose de Spector en Moon Knight nous rappellent la momie égyptienne. Le Chevalier de la lune porte un costume en bandelettes avec des accessoires empruntés à la bijouterie de l’Egypte Ancienne. May Calamway (Layla, la femme de Marc Spector, à l’origine une Egyptienne) dans la peau de l’avatar de Taouret (déesse de la protection de la vie) devient une super-héroïne portant un costume et des accessoires d’une princesse de guerre d’autrefois.

Ambiance cairote

Dès le générique, la musique de Hicham Nazih nous plonge dans un univers mystérieux. Quelques mélodies font allusion au patrimoine égyptien. Certains instruments utilisés donnent des airs grandioses et sacrés. S’ajoute à cela la sélection des chansons égyptiennes. On entend la voix de Nagat, Abdel-Halim Hafez et d’autres.

Chaque chanson accompagne un épisode précis et y ajoute différentes connotations. La chanson de Sabah en dialecte égyptien Saat (parfois) est entendue dans l’épisode du chemin vers le paradis et le champ de roseaux. Un paysage divin fabuleux que Marc Spector rejette à la fin pour sauver le monde de Harrow et d’Ammout. La chanson est assez significative et met en valeur le sentiment de tiraillement entre deux choix. Même si les paroles ne sont pas traduites, le nouvel arrangement de la chanson et les transitions entre les mélodies, les sonorités et les rythmes contemporains témoignent de la perplexité de l’âme du héros principal. La chanson Mahraganat Al-Molouk, interprétée par Ahmad Saad, Aaenba et Double Zuksh, nous plonge dans un monde chaotique à l’image de la vie que mène Steven qui se perd dans ses routines et ses rêves cauchemardesques.

Faute de permissions, le tournage du feuilleton n’a pas été fait en Egypte bien qu’à partir du deuxième épisode, les événements se déroulent dans la terre originale des dieux. Diab a créé des plateaux à Budapest (lieu essentiel du tournage), évoquant la rue cairote avec ses piétons et son chaos. On retrouve les pyramides, le marchand de coco, les restos de foul et de falafel et les repas faits dans la rue comme c’est le cas pendant le Ramadan. La capitale d’aujourd’hui est bien là. Les scènes du désert et des voyages ont été tournées en Jordanie et au Maroc. Quelques vues panoramiques du Caire sont empruntées à des séquences d’archive et montrent le statut urbain d’une ville contemporaine avec une architecture bien développée (l’image des bâtiments en vitres, les grandes tours, etc.).

Une deuxième saison ?

Le happy end est annoncé. Marc Spector s’ouvre à son double Steven qu’il a inventé pour fuir ses souvenirs amers et pouvoir mener une vie meilleure. Steven (sa double identité) représente plutôt son côté humain, bon et simple. Aux Etats-Unis, Harrow est accueilli par Khonsu et son nouvel avatar Jacke Lockly (une autre personne avec le corps et le visage de Marc Spector). En voiture, le nouvel avatar de Khonsu tire sur Harrow. La fin ne montre pas la mort du vilain, mais présente un nouveau personnage ou une troisième création de Marc Spector. Y aura-t-il une deuxième saison? En fait, sans affirmation ni négation de la part de MCU, tout le monde attend une nouvelle saison du chevalier de la lune.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique