Culture > Arts >

La valse annuelle des singles est lancée

Yasser Moheb, Dimanche, 13 janvier 2019

Une dizaine de singles viennent de sortir à l’occasion de la saison des fêtes. Pop égyptienne, raï maghrébin, mélodies khalijies ou rythmes libanais, la nouvelle saison musicale s’annonce diversifiée.

La valse annuelle des singles est lancée

Ça y est, la course effrénée des singles a commencé, comme d’habitude, durant la période de Noël et du Nouvel An. De la pop égyptienne au raï maghrébin, des mélodies khalijies aux rythmes musicaux libanais, les tubes concurrents, sortis sur Internet ou dans des albums, s’annoncent cette année sous le signe de la diversité des genres musicaux. Le but étant de profiter de la saison des fêtes pour atteindre le plus grand public possible. Commençons par l’un des singles les plus diffusés ces derniers jours sur Youtube et SoundCloud, Ana Bedayet Bedaytak (je suis le début de ton début), de la jeune chanteuse égyptienne Amal Maher.

La chanteuse, de retour sur le marché musical après trois ans d’absence, vient de lancer son nouveau titre, annonçant la sortie de son quatrième album Asl Al-Ihsas (source du sentiment). Bedayet Bedaytak s’avère la chanson phare de l’album. « Je suis le début de ton début, je suis le reste de ton histoire ; je suis les jours que tu attendais et ceux qui tont échappé. Qui pourra me remplacer ». L’amour, l’affection, la nostalgie et l’espoir, voilà les sujets phares chez l’artiste. Elle est pleine de douceur et de romance dans la voix. On peut lui reprocher tout ce qu’on veut : c’est facile, c’est du déjàvu, toutefois, cette chanson reste un hymne à l’amour qui scintille de mille feux, qui sort du coeur et emplit la voix de la chanteuse.

La valse annuelle des singles est lancée
Diana Carazon

Parmi les chansons les mieux accueillies par le public égyptien et arabe figure la chanson Taq Taqiya (chap … chapeau) du célèbre Mohamad Mounir. Ce tube a collecté jusqu’à maintenant plus d’un million d’écoutes sur Internet et introduit le nouvel album portant la signature du King Mounir. Les fans l’attendaient avec impatience. Ici, on apprécie comme d’habitude la grande pureté et la puissance vocale incroyablement maîtrisée du chanteur, lorsqu’il doit aller du plus simple au plus profond, à travers des thèmes qui sont devenus sa marque. C’est une invitation à aimer la vie. Tout est dit avec simplicité et sincérité.

La valse annuelle des singles est lancée
Ragheb Allama

Autre représentant de la pop égyptienne dans cette course effrénée, le chanteur Ihab Tawfiq vient de diffuser son nouveau single Maslahtak (ton bien), et ce, quelques mois après la sortie d’un single durant Pâques, Ahla Leila (meilleure soirée). Maslahtak s’avère être un single idéal pour le « live » et portant quelques traits marquants d’Ihab Tawfiq : un rythme maqsoum invitant à la danse et des paroles simples pouvant plaire à tout âge. « Il y a des gens qui sacrifient ton bien pour leurs propres intérêts, sans jamais penser àce que tu deviendras ; et dautres gens trouvent ta présence une vraie chance, un espoir et une grande joie. Pourquoi es-tu fâché? C’était ton choix dès le début, non ».

Une unité de forme et de fond caractéristique des oeuvres du chanteur, également vivement intéressé par le style folk. Le rythme est prenant et domine, de quoi faire plaisir aux fans de ce genre de chansons — le résultat fait danser. L’effet de la chanson sera d’autant plus affermi lors des concerts que va donner Tawfiq très prochainement lors d’une tournée arabe. Dans un style assez différent, le jeune chanteur Hamza Namira a lancé, lui, un single intitulé Al-Hadra Al-Tunissiya (ambiance religieuse tunisienne), dans lequel il présente des textes de ses anciennes chansons chantant et louant le prophète Mohamad, mais dans un cadre musical folklorique tunisien. Une nouvelle aventure pour le chanteur, qui est connu pour ses tubes au caractère islamique.

Pari libanais tenu

La valse annuelle des singles est lancée
Nawal

De leur côté, les singles libanais enflamment ce marathon musical, portant la voix et la signature d’un grand nombre de chanteurs. Citons d’abord Ragheb Allama, dont le single Tar Al-Balad (la revanche du pays) vient de sortir. Cette chanson au fond patriotique incite le peuple libanais à travailler et à s’unifier face aux difficultés qui entourent leur patrie, dans le but de retrouver la stabilité et la prospérité désirées. Une chanson qui offre le plus beau de la voix d’Allama et le plus sincère de ses sentiments, dans un morceau qui peut être une chanson d’amour pour la patrie, sans perdre la sérénité nécessaire du genre. Car si tout le monde doit se sentir concerné par la question de la stabilité politique et sociale, à chacun de donner un coup de main à sa manière. Pour Ragheb, c’est en musique.

La valse annuelle des singles est lancée
Amal Maher

N’oublions pas non plus Yara, avec son single Enti Agmal (tu es plus belle). Choisie comme emblème d’une campagne au profit de la femme, cette chanson offre tout le bien qu’on peut attendre de la chanteuse, qui vient aussi de lancer un autre single, Malleit (j’en ai marre), dans le style raï maghrébin. Les mélodies sont accrocheuses et le texte subtil, bourré d’images et de mots révélateurs. Bien qu’elle soit sortie en plein hiver, cette chanson est prête à passer l’été. En témoignent des scores impressionnants enregistrés sur Youtube et sa diffusion massive sur les ondes. Le chanteur Walid Tawfiq revient, lui, de très loin, après une longue absence. Baghar Alayki (suis jaloux) est le tube cadeau de Noël qu’il a décidé d’offrir à ses auditeurs. Que l’on soit fan ou non, que l’on connaisse Walid Tawfiq ou non, on connaît au moins l’une de ses chansons. Là, il nous présente une chanson d’hiver par excellence, dans laquelle une tendre mélodie, une voix touchante et de belles paroles s’unifient pour permettre au chanteur de reconquérir la scène musicale. Avec Ya Wasfa Han (la tendresse), une chanson purement khalijie, la Jordanienne Diana Carazon vient elle aussi animer la playlist de ce début d’année. Si le texte peut être perçu comme un peu sophistiqué, le rythme est néanmoins efficace. Un genre à la mode chez certains chanteurs et chanteuses arabes, qui veulent élargir la base de leurs fans dans les pays du Golfe.

La valse annuelle des singles est lancée
Walid Tawfiq

Quant au chanteur iraqien Majed Al- Mohandes, il vient de lancer deux singles : Al-Masdar Al-Massöul (source responsable) et LölöAl-Hob (perles de l’amour). Deux chansons qui feront aussi partie de son prochain album et qui sont placées au top de la liste des chansons khalijies les plus écoutées sur Internet dans les pays du Golfe. Et ce, avec la chanson Aga Al-Leil (la nuit est venue) de l’Emirati Hussein Al-Jasmi, elle aussi sortie il y a quelques semaines.

La valse annuelle des singles est lancée
Ihab Tawfiq

La Koweïtienne Nawal est, elle aussi, au rendez-vous, puisqu’elle vient de lancer sa chanson Nassayem Al-Chawq (les airs de la passion), dans laquelle elle se vante de sa nationalité koweïtienne, faisant part d’un grand patriotisme. Pour conclure, au-delà de leurs succès auprès du public, ces nombreux singles assurent tout d’abord l’effervescence de la saison musicale qui vient de commencer avec le Nouvel An.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique