Santé > Santé >

L’OMS défend le droit des réfugiés aux soins de santé

Mercredi, 27 juillet 2022

Les millions de migrants et de réfugiés qui se voient refuser des soins de santé adéquats devraient être inclus dans les systèmes de santé des pays d’accueil, selon un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) publié la semaine dernière.

L’OMS défend le droit des réfugiés aux soins de santé

Avec la maladie, la famine, le changement climatique et la guerre qui propulsent un mouvement de masse de personnes, le conflit en Ukraine a poussé le nombre total de personnes déplacées au-dessus de 100 millions pour la toute première fois. De quoi peser sur les systèmes de santé dans des pays déjà frappés par la pandémie du Covid-19.

Les réfugiés et les migrants ont des besoins de santé qui peuvent être différents de ceux des populations hôtes. Certains ont connu des niveaux élevés d’insécurité alimentaire, par exemple, et ont été contraints de sauter des repas ou d’emprunter de l’argent pour se nourrir, selon le rapport. Les camps de réfugiés surpeuplés exacerbent la transmission de maladies transmissibles, telles que la tuberculose, a noté le rapport, ajoutant que les preuves suggéraient que le stress lié à l’adaptation à un nouvel environnement, au chômage ou aux traumatismes pourrait augmenter la toxicomanie.

Le rapport a également souligné comment des millions de travailleurs migrants étaient employés dans des emplois dangereux, les exposant à un risque accru de blessures et de maladies liées au travail.  

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique