Santé > Santé >

Hesham Tarraf : Je déconseille aux gens, même ceux vaccinés, d’abandonner le masque

May Atta , Mercredi, 09 mars 2022

Avec le recul de la pandémie, plusieurs pays ont décrété la levée du masque. Est-ce une bonne décision? Qu’en est-il en Egypte? Réponses avec Dr Hesham Tarraf, professeur d’allergie et d’immunologie à l’Université du Caire.

Hesham Tarraf

Al-Ahram Hebdo : Les mesures sanitaires, y compris la levée du masque, ont été allégées dans beaucoup de pays. Devons-nous dire adieu aux masques ?

Dr Hesham Tarraf: Il faut continuer à porter les masques tant qu’il y aura des cas d’infections et de décès quotidiens. L’Organisation mondiale de la santé a insisté là-dessus. Le variant Omicron, bien que moins grave que ses prédécesseurs, est cependant plus transmissible. Les chiffres annoncés par le ministère de la Santé montrent que la situation en Egypte ne s’est pas encore améliorée comme en Europe, c’est pourquoi je déconseille aux gens, même ceux vaccinés, d’abandonner le port du masque, dans les transports publics, les endroits fermés, ainsi que partout où la distanciation sociale est difficile à observer.

— Y aurait-il des catégories plus concernées que d’autres ?

— Les personnes ayant des maladies chroniques, les personnes âgées, celles présentant des symptômes, même légers, ainsi que tous les personnels des établissements de santé, qui sont plus exposés à la contagion.

— Le coût que représente le port des masques a amené certains à acheter des masques bon marché, ou en tissu. Est-ce une bonne solution ?

— Pour être sûr de la qualité des masques, il faut se les procurer à la pharmacie, pas chez des commerçants quelconques. De même, je déconseille l’usage des masques en tissu parce qu’ils peuvent être trop étanches au risque d’entraîner des conséquences respiratoires, ou, au contraire, non ajustés et donc inutiles.

— Le port du masque serait-il justifié dans le contexte post-Covid ?

— Comme c’est le cas avec le Covid-19, le masque protège contre d’autres virus et bactéries qui peuvent affecter l’appareil respiratoire, comme la grippe par exemple, ainsi que contre les polluants atmosphériques en général. Certaines populations asiatiques utilisaient le masque bien avant l’apparition du Covid-19. Mais dans ce cas, le port du masque serait un choix personnel, pas une obligation.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique