Santé > >

Les inégalités vaccinales se creusent

Chérif Albert, Dimanche, 08 août 2021

Plusieurs pays ont décidé d’administrer à leurs citoyens une troisième dose de vaccin anti-Covid-19, sans tenir compte d’un appel de l’OMS à attendre jusqu’à ce que davantage de personnes soient vaccinées dans le monde.

Les inégalités vaccinales se creusent
Plus de la moitié de la population mondiale est mal vaccinée (AFP)

« Il est inacceptable que les pays riches utilisent davantage l’approvisionnement mondial en vaccins », s’est indigné la semaine dernière le chef de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, appelant les pays riches à suspendre l’administration d’une troisième dose de vaccin anti-Covid, afin de donner leur chance aux pays qui n’ont pu immuniser qu’une partie infime de leur population. La décision de plusieurs pays d’aller de l’avant avec les injections d’un rappel de troisième dose, malgré l’exhortation de l’OMS, met encore en évidence les énormes inégalités quant à la réponse à la pandémie.

Les Etats-Unis, qui n’ont pas à ce jour pris de décision sur l’administration de doses de rappel, ont rejeté l’appel de l’OMS dénonçant « une fausse alternative ». « Nous n’avons pas besoin de choisir entre administrer des rappels aux Américains, ce qui n’est d’ailleurs pas encore officiellement prévu, ou aider les pays pauvres. Nous pensons que nous pouvons faire les deux », a réagi Jen Psaki, porte-parole de la Maison Blanche, rappelant que son pays a déjà distribué plus de 100 millions de doses de vaccin contre le Covid-19 à des pays moins favorisés. Les régulateurs de la santé américains ont indiqué qu’ils pensaient que, face à la propagation du variant Delta, plus contagieux que les autres, une troisième injection pourrait être nécessaire pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Pour sa part, le président français Emmanuel Macron, a déclaré que la France travaillait au déploiement de troisièmes doses pour les personnes âgées et vulnérables à partir de septembre prochain, alors que les autorités sanitaires de son pays n’excluent pas « la pertinence » d’une troisième dose pour l’ensemble de la population.

L’Allemagne, tout en affirmant qu’elle ferait don d’au moins 30 millions de doses de vaccin aux pays les plus pauvres, a également déclaré un plan consistant à donner des rappels aux patients immunodéprimés, aux personnes très âgées et aux résidents des maisons de retraite à partir de septembre. « Nous voulons offrir aux groupes vulnérables en Allemagne une troisième vaccination de précaution et en même temps soutenir la vaccination du plus grand nombre de personnes dans le monde », a déclaré le ministère allemand de la Santé.

La France et l’Allemagne ont jusqu’à présent administré au moins une dose d’un vaccin anti-Covid-19 à 64,5% et 62% de leurs populations respectives, avec 49 % de Français et 53 % d’Allemands complètement vaccinés.

En Israël, où une campagne pour administrer des doses de rappel a été lancée le mois dernier, le premier ministre, Naftali Bennett, a réagi dans un communiqué à l’appel de l’OMS. « Nous ne faisons pas cela seulement pour nous-mêmes. D’un côté, nous sommes un petit pays, donc cela n’affectera pas les stocks mondiaux, et de l’autre, nous allons accumuler des connaissances et les partager immédiatement avec le reste du monde », a-t-il déclaré. « Sans nous, le monde ne connaîtrait pas l’efficacité de la dose de rappel, nous rendons donc un grand service au reste du monde », a ajouté le premier ministre israélien.

Les pays à revenus élevés favorisés

Jusqu’en mai dernier, les pays à revenu élevé avaient administré environ 50 doses pour 100 personnes, alors que les pays à faible revenu n’ont pu administrer que 1,5 dose pour 100 personnes, selon l’OMS. « Je comprends le souci de tous les gouvernements de protéger leur population du variant Delta. Mais nous ne pouvons pas accepter que les pays, qui ont déjà utilisé la majeure partie de l’offre mondiale de vaccins, en utilisent encore plus », a déclaré le patron de l’OMS.

En mai, il avait lancé le défi de vacciner 10% de la population dans tous les pays du monde avant fin septembre. Il en a notamment appelé aux groupes pharmaceutiques pour favoriser le système Covax, un système international mis en place pour tenter justement de lutter contre l’inégalité vaccinale, notamment aider 92 pays pauvres à immuniser leur population.

Pour l’heure, Covax n’arrive pas à remplir sa mission faute de doses et n’a pu distribuer qu’une petite fraction de ce qui était initialement prévu. Sur les 4 milliards de doses injectées dans le monde, 80 % sont allées à des pays à revenu élevé ou moyen, alors qu’ils représentent moins de 50% de la population mondiale. Le docteur Bruce Aylward, chargé de Covax au sein de l’OMS, a reconnu que fin septembre était un objectif ambitieux qui ne sera peut-être pas atteint .

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique