Santé > >

Radwa Sharaf : Les tumeurs aux stades précoces sont probablement de petite taille et plus faciles à enlever par chirurgie

May Atta, Dimanche, 28 février 2021

Les campagnes de dépistage du cancer ont sensibilisé les Egyptiens quant à l'importance de la détection précoce de cette maladie souvent curable. Dr Radwa Sharaf, spécialiste en génomique du cancer, passe en revue les divers tests recommandés.

Radwa Sharaf

Al-Ahram Hebdo : C’est quoi un cancer ? Et dans quelle mesure sa détection précoce est-elle importante ?

Dr Radwa Sharaf: Le cancer est le résultat d’une division cellulaire incontrôlée. Cela arrive quand la cellule subit une mutation, c’est-à-dire un changement dans la séquence ADN. Ces mutations peuvent survenir à cause du tabagisme ou suite à une exposition aux radiations, aux rayons UV, à certains composés chimiques, etc.

A mesure que ces cellules cancéreuses se divisent, elles subissent de nouvelles muta­tions, et dans certains cas, elles peuvent se métastaser, c’est-à-dire se détacher de la tumeur d’origine et migrer via la circulation sanguine vers d’autres organes. Par exemple, les métastases du cancer de la prostate sont généralement des métastases osseuses, c’est-à-dire que certaines cellules qui faisaient à l’ori­gine partie de la tumeur d’origine se propagent aux os et commencent à y développer une nou­velle masse tumorale.

Une fois les métastases présentes, il devient extrêmement difficile de débarrasser le corps du cancer, car les cellules cancéreuses ne sont plus localisées. Le but du dépistage est d’es­sayer de détecter le cancer à un stade précoce. En général, les tumeurs aux stades précoces sont probablement de petite taille et n’auraient pas eu le temps de gagner des couches cellu­laires plus profondes. Elles sont également souvent plus faciles à enlever par chirurgie.

Quels sont les divers tests de dépistage qui sont pratiqués et quand sont-ils recom­mandés par le médecin ?

— Tout d’abord, il y a la mammographie, qui est un examen radiographique du tissu mammaire et qui sert à détecter d’éventuelles lésions cancéreuses à un stade pré­coce. Ce test est indiqué pour les femmes âgées de 50 ans ou plus tous les 2 ans. L’auto-examen du sein est recom­mandé pour vérifier la pré­sence d’éventuels bosses ou changements.

Le frottis du col de l’utérus est lui recommandé pour les femmes âgées de 21 ans ou plus tous les 2-3 ans. Le test consiste à prélever des cellules épithéliales du col de l’utérus et à les examiner au microscope afin d’obser­ver d’éventuelles anomalies dans leur forme ou structure.

Pour les personnes âgées de 50 ans et plus, elles doivent effectuer une coloscopie tous les 5 à 10 ans. Ce test consiste à introduire dans le rectum une sonde souple avec une caméra minuscule à son extrémité pour voir l’intérieur du côlon. Si des excroissances anormales sont détectées, celles-ci peuvent être échantillon­nées et éliminées si nécessaire.

Concernant le cancer de la prostate, des exa­mens rectaux numériques sont recommandés pour les hommes âgés de 50 ans ou plus. Mais comme la prostate est un organe interne, le toucher rectal peut être pratiqué par le médecin comme examen de dépistage. Des contrôles cutanés peuvent également être effectués par un dermatologue pour détecter des signes ou des excroissances anormales. Ceci est particulièrement important car notre peau est fréquemment exposée aux rayons UV du soleil. Ces rayons UV peuvent occasionner des mutations au sein de l’ADN des cellules de la peau, provoquant potentielle­ment un cancer.

Plus récemment, certains firmes et labora­toires proposent des tests de dépistage qui échantillonnent le sang et recherchent la pré­sence d’ADN tumoral circulant, c’est-à-dire de l’ADN qui a été libéré dans la circulation san­guine lorsqu’une cellule cancéreuse est morte. Si de l’ADN tumoral circulant est détecté, il est recommandé au patient de faire un suivi avec un oncologue. De nombreux laboratoires tra­vaillent à l’amélioration de la sensibilité et de la spécificité de ces tests.

Le cancer est de plus en plus fréquent chez les enfants. Pourtant, on ne fait pas subir aux enfants ce genre de test

— Pour les familles présentant une histoire familiale de cancer, en particulier à un jeune âge, il serait recommandé de faire une analyse de la lignée germinale. Les cellules germinales étant responsables de la transmission hérédi­taire des gènes d’une génération à une autre. Ce test aide à détecter les anomalies génétiques héréditaires qui augmentent le risque d’un individu, le cas échéant l’enfant, de développer certains types de cancers. Dans les familles sans antécédents de cancer, aucun test spéci­fique de dépistage du cancer n’est générale­ment recommandé.

Il est, cependant, conseillé de consulter régu­lièrement un médecin généraliste et de faire les examens médicaux périodiques des enfants. Les signes précoces d’anomalies seraient ainsi détectés rapidement et seraient plus faciles à gérer .

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique