Débats > Opinion >

Edito :Le chemin de la CPI

Lundi, 05 janvier 2015

En signant cette semaine une demande officielle d’adhésion à la Cour Pénale Internationale (CPI), le président palestinien, Mahmoud Abbas, aura abattu l’une de ses dernières cartes dans le conflit qui l’oppose à Israël. La décision palestinienne fait suite à l’échec, la semaine dernière, d’un projet de résolu­tion au Conseil de sécurité de l’Onu, réclamant la fin de l’occu­pation israélienne. Le projet, pré­senté par la Jordanie, n’a pas recueilli le nombre de voix requises et a donc été rejeté.

Exaspérés par l’échec du pro­cessus de paix parrainé par les Américains et excédés par les tergiversations continues du gouvernement israélien, les Palestiniens ont tiré les consé­quences de deux décennies de longues négociations infruc­tueuses avec les Israéliens. Ils optent aujourd’hui pour une nouvelle stratégie : internationa­liser leur conflit avec les Israéliens et sortir du cercle restreint du parrainage améri­cain. La démarche palestinienne va sans doute raviver les ten­sions entre l’Autorité palesti­nienne, Israël et les Etats-Unis. Et on peut d’ores et déjà s’attendre à une accélération de la coloni­sation dans les territoires occu­pés en guise de représailles israéliennes. Israël vient d’ailleurs de geler le transfert de 106 mil­lions d’euros de taxes collectées pour le compte de l’Autorité palestinienne. Les Etats-Unis, eux, opposés à toute démarche unilatérale des Palestiniens qui « alourdirait le climat avec Israël » et « ne ferait rien pour les aspira­tions du peuple palestinien à accé­der à un Etat souverain et indépen­dant », pourraient aussi hausser le ton contre l’Autorité palesti­nienne.

Mais les Palestiniens avaient-ils vraiment le choix ? La dernière initiative du secrétaire d’Etat, John Kerry, pour relancer le pro­cessus de paix, lancé en juillet 2013, s’est soldée par un échec. Et les Américains ont été inca­pables de faire pression sur leur allié israélien pour l’amener à mettre fin à la colonisation. Celle-ci s’est poursuivie à un rythme effréné.

En adhérant à la Cour pénale internationale, les Palestiniens espèrent poursuivre les diri­geants israéliens pour crimes de guerre. La CPI qui siège à La Haye a pour mission de pour­suivre les auteurs de génocides, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre. Les Palestiniens savent que l’opinion publique internationale leur est favorable, surtout en Europe, et sont confiants qu’ils peuvent faire condamner Israël pour crimes de guerre. Grâce à son statut d’Etat observateur à l’Onu obtenu en 2012, la Palestine peut devenir membre de la CPI en l’espace de deux mois. Les Palestiniens affirment que les pratiques israéliennes pendant la guerre sur Gaza, qui avait fait 2 100 morts en juillet dernier, s’apparentent à des crimes de guerre. Et ils entendent bien faire valoir leurs droits .

Lien court: