Opinion > Opinion >

A propos de l’identité égyptienne

Wednesday 27 juil. 2022

L’identité est un terme qui renvoie à la fois à l’individu et à la communauté. Le psychanalyste Eric Ericson souligne que l’identité est à la fois personnelle et collective. Le terme «  identité » en philosophie réfère à la réalité d’une chose ou d’une personne qui la distingue des autres. Juridiquement, le terme « identité » renvoie à « l’ensemble des traits ou des caractéristiques qui, au regard de l’état civil, permettent de reconnaître une personne et d’établir son individualité au regard de la loi ». Politiquement, ce terme apparaît, en France, au début des années 1980, lorsque les hommes politiques français ont essayé de retrouver la place de la France dans le monde en soulignant l’unité et l’identité de celle-ci. A titre d’exemple, le président Jacques Chirac, a essayé, en 1988, de rapprocher les termes « identité nationale française » et « immigration ». Et ceci, en assurant la « sécurité pour tous » et en garantissant « les droits de l’homme ».

Des attributs peuvent être ajoutés au terme « identité » donnant à cette dernière des sens bien différents. L’identité peut être nationale, et peut aussi être à la fois nationale et culturelle.

Le terme « identité » préoccupe l’esprit national égyptien depuis fort longtemps. En effet, les penseurs égyptiens ont essayé de tracer les traits de l’identité nationale pour faire face à la colonisation anglaise qui occupait le pays. Le terme « identité nationale » est cité dans la Constitution égyptienne de 2014, tout d’abord dans l’article 19 qui affirme que: « L’éducation est un droit pour chaque citoyen. Elle a pour but de construire la personnalité égyptienne, de préserver l’identité nationale, de consolider le mode de pensée scientifique, de développer les talents, d’encourager l’innovation, de consolider les valeurs culturelles et spirituelles et d’établir les concepts de citoyenneté, de tolérance et de non-discrimination ». L’identité nationale culturelle est citée aussi dans l’article 47 qui prévoit que: « L’Etat s’engage à préserver l’identité culturelle égyptienne avec ses divers affluents historiques ». L’identité culturelle renvoie à une société dans laquelle les habitants d’une nation partagent des caractéristiques générales qui découlent des composantes culturelles fondamentales et primaires, à savoir la langue, les traditions, les coutumes sociales, les manières de pratiquer la vie quotidienne et de tisser les relations, ainsi que l’appartenance à un territoire, à un Etat et à un système politique et social unique. De grands auteurs égyptiens comme Mohamad Hussein Heikal et Tawfiq Al-Hakim ont affirmé que la littérature est une caractéristique de l’identité culturelle de l’Egypte, en soulignant le lien psychologique étroit entre l’Egypte Ancienne et l’Egypte moderne. Ils ont utilisé le terme « nationalisme littéraire » pour marquer cette identité culturelle propre à l’Egypte.

La Déclaration universelle sur la diversité culturelle, Unesco 2001, a traité dans ses textes la question de la diversité culturelle. D’après cette déclaration, la diversité culturelle est source de richesse. L’humanité est le point-clé qui peut rapprocher les différentes sociétés et les différentes civilisations.

D’ailleurs, l’Unesco a récemment consacré une Journée mondiale à la culture africaine, le 24 janvier de chaque année. Cette journée célèbre les cultures vivantes du continent africain et de la diaspora africaine dans le monde entier, et fait leur promotion en tant que levier efficace au service du développement durable, du dialogue et de la paix.

L’Egypte, qui fait partie de l’Afrique, cherche une complémentarité avec le continent. Afin de conserver le patrimoine africain, il faut que les pays africains, premièrement, proposent à l’Unesco un plan juridique de protection, et deuxièmement, valoriser le patrimoine africain au niveau mondial pour montrer l’unicité de ce patrimoine.

Nous devons mettre en avant la culture africaine en prévoyant, par exemple, un sommet annuel pour la culture africaine. Enfin, le continent africain peut créer une identité culturelle commune à tous les pays en fixant un agenda et une liste d’objectifs communs qui répondent directement aux situations vécues dans chaque société et qui vont au-delà des divergences culturelles propres à chacune de ces nations.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique