Enquête > Enquéte >

Sablothérapie: Quand le sable soigne le corps

Manar Attiya, Dimanche, 08 août 2021

La sablothérapie, connue pour ses multiples vertus, est une pratique ancestrale dans l’oasis de Siwa. La montagne Al-Dakrouri accueille des patients venus soulager leurs douleurs dans le sable chaud. Reportage.

Sablothérapie  : Quand le sable soigne le corps
Le curiste est recouvert de sable brûlant, à une température allant de 70 à 80 degrés. (Photo: Mohamad Abdou)

Sablothérapie : Quand le sable soigne le corps

Dès l’aube, les ouvriers creusent des trous peu profonds sur le versant de la montagne Al-Dakrouri. « Cela doit se faire très tôt le matin pour permettre au soleil de chauffer la zone », disent les ouvriers. Après avoir aménagé un trou de la taille d’un corps, Ahmad, l’accompagnateur, invite le patient à s’y allonger et le recouvre de sable chaud supplémentaire (70 à 80 degrés), moins de sable est empilé dans la zone autour du coeur. Les femmes sont aidées par de jeunes filles de Siwa et les hommes par de jeunes hommes ou des garçons du village. Les bains de sable sont réalisés aux heures les plus chaudes de la journée, entre 11h et 14h. La cure dure 20 minutes, pas plus. « C’est le temps minimal pour éviter les risques d’insolation et la déshydratation », explique un des accompagnateurs.

Cette scène se déroule à Al-Dakrouri qui se trouve à 3km au sud-est de l’oasis de Siwa (à l’extrême ouest de l’Egypte) et qui est situé en plein désert occidental, à 738km du Caire. L’endroit est connu pour ses vertus curatives. Les gens, qui souffrent de rhumatismes articulaires, d’arthrose, de polyarthrite, de lombalgie, s’y rendent pour prendre des bains de sable afin de soulager leurs douleurs. Cette thérapie naturelle aide aussi à lutter contre certaines maladies de la peau et active la sudation, ce qui permet d’éliminer les graisses, les toxines et les peaux mortes à la manière d’un sauna. « Après avoir suivi un traitement médical de la polyarthrite rhumatoïde durant plusieurs années, des amies m’ont conseillé de faire des bains de sable à la montagne Al-Dakrouri. Peu à peu et après de nombreuses séances de sablothérapie, j’ai arrêté mon traitement lourd. La cure est également très relaxante et permet de m’évader de mes problèmes quotidiens », dit Oum Khadra, originaire de Daqahliya, qui a fait un trajet de 700km. Elle vient spécialement durant la saison estivale afin de soulager ses douleurs de polyarthrite rhumatoïde.

Sablothérapie  : Quand le sable soigne le corps
Le principe de cette médecine douce consiste à s’enfouir jusqu’au cou dans le sable chaud. (Photo: Mohamad Abdou)

Appelée également psammatothérapie ou arénothérapie, la sablothérapie est une médecine douce qui consiste à recouvrir le corps d’une épaisseur de sable chaud pour profiter de ses bienfaits sans brûler le corps. Le sable contient des minéraux tels que le magnésium, le calcium, le phosphore, le potassium et le souffre. Il est constitué de petites particules provenant de la désagrégation de matériaux d’origine minérale (essentiellement des roches) ou organique (coquilles et coraux) ou d’algues marines, des éléments qui lui ont conféré leurs vertus.

Toute une technique

Ce genre de thérapie naturelle se pratique dans l’oasis de Siwa, précisément sur la montagne Al-Dakrouri durant la saison de l’été: en juin, juillet et août. Les curistes arrivent portant des casquettes sahariennes cache-nuque, d’autres des lunettes, une protection supplémentaire pour eux contre les rayons du soleil. « Il faut se protéger du soleil pour éviter tout risque d’insolation et de déshydratation », dit Abdel-Salam, un des accompagnateurs, en ajoutant quelques informations importantes. « La sablothérapie n’est pas recommandée aux personnes qui souffrent de problèmes cardiovasculaires, d’hypertension, d’insuffisance respiratoire ou rénale. Plusieurs incidents ont été enregistrés, heureusement sans gravité », note-t-il avec confiance.

Sablothérapie  : Quand le sable soigne le corps
La séance de cure dure 20 minutes seulement pour éviter les risques d’insolation. (Photo: Mohamad Abdou)

L’accompagnateur doit rester aux côtés des patients durant toute la durée de la cure. Après avoir terminé sa séance de sablothérapie, Am Ali, 63 ans, qui souffre de rhumatisme articulaire, s’extrait seul du sable, le corps dégoulinant de sueur. A peine sorti de son trou, il est recouvert d’une serviette chaude, afin de ne pas se refroidir trop vite car il y a une grande différence entre la température du sable chaud et l’air ambiant. En sortant de son bain de sable, Am Ali est emmené dans une tente voisine, toujours enveloppé dans sa serviette. Le personnel commence alors à lui servir des boissons chaudes. Am Ali doit seulement boire des tisanes et du thé sucré. Il peut aussi consommer une soupe au poulet. « Cette thérapie naturelle dure entre cinq et sept jours, durant lesquels le curiste ne doit ni prendre de douches, ni boire de l’eau ou des boissons glacées. Il doit aussi éviter les ventilateurs ou la climatisation », note avec précision hadj Azmi Fetnas, faisant partie du personnel qui travaille sur les lieux depuis une trentaine d’années.

Siwa au centre des légendes

Sablothérapie  : Quand le sable soigne le corps
A l’oasis de Siwa, la température est trop élevée, dépassant parfois les 48 degrés et même plus sous le sable. (Photo: Mohamad Abdou)

En fait, la pratique et l’usage des bains de sable ont une origine lointaine, et les histoires et légendes ne manquent pas à ce sujet. Il y a 3 000 ans av. J.-C., naissait Imhotep, le génie médical de l’Ancienne Egypte considéré comme le premier fondateur de l’art médical. Il a été également vénéré comme dieu de la guérison à Memphis. Les découvertes antiques laissées par Imhotep ont signalé l’importance de cette médecine curative dans plusieurs endroits d’Egypte comme Fayoum, Hélouan, Sud-Sinaï, Safaga et dont le plus important est l’oasis de Siwa.

« On raconte que pendant la période gréco-romaine, on profitait des bienfaits curatifs des bains de sable chauds. A cette époque, les Romains se soignaient ou soulageaient leurs douleurs avec des produits naturels disponibles en Egypte », dit Am Omrane, un conteur natif de Siwa. Et d’ajouter: « La légende dit qu’un roi avait fait le tour du monde à la recherche d’un remède efficace pour sa fille qui souffrait de rhumatisme et a fini par découvrir l’oasis de Siwa et ses bains de sable ». Depuis cette date, l’endroit est devenu connu carle roi a révélé que se recouvrir le corps de sable chaud soulage les douleurs. Puis, les bédouins du gouvernorat de Matrouh ont commencé à accorder un grand intérêt à cette médecine douce. Des centaines de curistes arrivaient en grand nombre à Siwa pour s’enfouir sous le sable.

Dans cette oasis, il existe sept centres de sablothérapie. Le plus célèbre et le plus ancien est le centre d’Aboul-Qassem Al-Wahi qui date de 1901. Il s’étend sur une superficie de 2 feddans. Aboul-Qassem est le petit-fils du patriarche de la famille Al-Wahi. Il a hérité ce centre de ses ancêtres car la sablothérapie est un métier qui se perpétue de père en fils. Les grands-parents d’Aboul-Qassem Al-Wahi disaient constamment que l’alternance est une solution d’avenir pour lutter contre le chômage des jeunes. « Mon père répétait les paroles de ses parents et grands-parents pour inciter les jeunes à prendre la relève », raconte Aboul-Qassem Al-Wahi, la cinquantaine et propriétaire de ce centre. Il exerce le métier de ses grands-parents depuis une trentaine d’années.

L’été, la saison idéale

Sablothérapie  : Quand le sable soigne le corps
(Photo: Mohamad Abdou)

En fait, l’été est la saison idéale pour faire de la sablothérapie. Les curistes affluent chez lui pour profiter des soins et apaiser leurs douleurs. Dans la journée, il peut accueillir 40 femmes et 80 hommes. Comme tous les autres centres curatifs, on y soulage l’arthrose. Fatma, 65 ans, a l’intention de passer cinq jours. Elle souffre de douleurs aux mains, ainsi qu’au niveau des articulations des doigts. « J’ai commencé à faire cette cure depuis quatre ans. Chaque année, je viens à la même période pour atténuer mes douleurs. Depuis, mes mains sont plus souples, et je ne me réveille plus avec des raideurs aux doigts », dit-elle avec satisfaction.

Sablothérapie  : Quand le sable soigne le corps
Tous les curistes qui arrivent sur les dunes s’abritent sous des tentes pour se protéger du soleil. (Photo: Mohamad Abdou)

Cette pratique, qui date de l’époque des pharaons, existe aussi chez les Marocains et les Algériens depuis environ une centaine d’années. Au Maroc, l’endroit le plus réputé pour la sablothérapie est le désert de Merzouga qui offre à ses curistes du sable fin et des dunes magnifiques. En Algérie, la ville de Taghit, au sud, et presque toutes les villes et tous les villages localisés au niveau des dunes de l’Erg occidental sont les lieux de prédilection des curistes.

A Siwa, la température moyenne estivale dépasse souvent les 45° avec 10 degrés de plus sur du sable chaud. Ce qui n’est pas le cas dans les pays d’Europe. C’est pourquoi de nombreux Européens viennent visiter la montagne Al-Dakrouri pour soulager leurs douleurs. Des Suédois et des Allemands font le voyage pour se rendre dans l’oasis de Siwa et prendre des bains de sable. Ils séjournent dans l’une des cliniques qui se trouvent au pied de la montagne.

Mais, les travailleurs et les propriétaires des différents centres curatifs se plaignent ces jours-ci. « Avant le Covid-19, les touristes et les malades arrivaient en grand nombre pour profiter de cette médecine douce. Aujourd’hui, ils se font rares. Nous espérons que cette pandémie disparaîtra pour reprendre nos activités et revenir à la normale », conclut le propriétaire .

Lien court:

 

Les plus lus
En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique