Tourisme > Voyages >

Les trésors royaux se laissent à nouveau admirer

Nasma Réda, Mardi, 21 octobre 2014

Le Musée des bijoux, qui renferme une impressionnante collection de la famille de Mohamad Ali, vient de rouvrir ses portes à Alexandrie. Dans un somptueux palais de style néoclassique, se côtoient couronnes, bagues ou horloges incrustées de diamants.

Musée des bijoux
(Photo : Ibrahim Mahmoud)

Après trois ans de fer­meture pour raisons sécuritaires, le Musée des bijoux royaux d’Alexandrie a rouvert ses portes au public. « La rentrée au Musée est gratuite jusqu’à mi-novembre pour encourager les visiteurs à s’y rendre », a précisé le ministre des Antiquités, Mamdouh Al-Damaty. Le ministère s’attend à une affluence considérable, les pre­mières semaines, en raison de l’at­trait que représente ce Musée, tant par sa collection que par son style architectural.

Ce fascinant Musée abrite, en effet, plus de 1000 pièces de bijoux royaux (dont environ 700 sont exposées), en plus de nombreux effets personnels de la famille royale sous Mohamad Ali (1805-1952), mais aussi des rois Fouad et Farouq, de leurs femmes et de leurs enfants.

2
La couronne de la reine. (Photo : Ibrahim Mahmoud)

Le processus de réhabilitation comprend une restauration précise des murs et des plafonds, de même qu’une rénovation complète de la muséo­graphie et l’installation de caméras de sur­veillance. « Les touches finales consistaient à polir les murs, nettoyer les planchers et à fixer les lumières. C’est une équipe de menuisiers, de peintres et de techniciens de haut niveau qui a accompli ce travail », précise Ahmad Sharaf, directeur du secteur des musées au ministère des Antiquités.

Sur 4185m2, le Musée, qui se situe à Ziziniya, un des quartiers les plus élégants d’Alexandrie, est un chef-d’oeuvre d’art moderne. Il a été com­mandé par Zeinab Fahmy, l’épouse de Haïdar pacha, pour sa fille Fatma Al-Zahraa en 1919. Sa construction s’est achevée en 1923. Le palais, de deux étages, est notamment remarquable par son style européen « néoclassique », du début du XXe. Les vitraux aux fenêtres sont restés intacts, tout comme le jardin et ses statues en bronze.

3
Les peintures multicolores décorent tout le palais. (Photo : Ibrahim Mahmoud)

Ahmad Sharaf ajoute: « Le bâtiment a égale­ment été utilisé comme le palais d’été de la pre­mière femme du roi Farouq, la reine Farida ». Les initiales de la princesse Fatma (FH) appa­raissent à plusieurs endroits du palais, de même que sur les statues en bronze. « Ce Musée illustre l’évolution du mode de vie et des protocoles royaux en Egypte au cours des XIXe et XXe siècles », ajoute le directeur du secteur des musées.

Le Musée a été inauguré pour la première fois en 1986, puis fermé pour des travaux urgents de restauration en 2003 avant d’être rouvert en avril 2010. En raison de défaillances sécuritaires après la révolution du 25 janvier, le Musée a été, à nouveau, fermé en avril 2011.

Or et diamants

4
Le nom de Mohamad Ali apparaît sur un collier. (Photo : Ibrahim Mahmoud)

Outre la fascinante collection de bijoux, la collection comprend le jeu d’échecs de Mohamad Ali, en pierres précieuses, ainsi que la couronne de la reine Farida incrus­tée de diamants. Des colliers, bra­celets, boucles d’oreilles et broches en or avec perles et rubis, de la vaisselle en or incrustée de diamants, des tasses de thé en por­celaine, des médailles en or incrus­tées de diamants font partie des pièces maîtresses du Musée.

Parmi les objets les plus pré­cieux figure aussi la couronne en platine de la princesse Choweikar, la première épouse du roi Fouad 1er, le père du roi Farouq. Le Musée comprend aussi une horloge royale incrustée de diamants. Une partie du Musée est consacrée aux antiquités et aux cadeaux offerts à la famille royale dont la célèbre plaque ornée de diamants de la reine Eugénie, donnée au khédive Ismaïl lors de la cérémonie d’inauguration du Canal de Suez.

5
Le jeu d'échecs de Mohamad Ali. (Photo : Ibrahim Mahmoud)

Ahmad Sharraf assure que « d’autre joyaux de la famille Mohamad Ali, enfermés dans 45 caisses à la Banque Centrale, feront prochaine­ment partie du Musée ». Ces nouveaux joyaux renferment des chandeliers d’argent, des assiettes et des bagues.

Le ministre des Antiquités a insisté lors de l’inauguration sur les mesures de sécurité dont dispose le Musée: caméras sensibles, gardiens omniprésents, alarmes et dispositifs anti-intru­sion ont été mis en place… sans que le plaisir du visiteur en soit diminué.

Tarifs et horaires :

Ouvert tous les jours de 9h à 16 h.

Billets gratuits jusqu’à mi-novembre 2014 puis :

Tickets pour les Egyptiens: 2 L.E. (1 L.E. pour les étudiants).

Tickets pour les étrangers: 50 L.E. (25 L.E. pour les étudiants).

Lien court: