Tourisme > Tourisme >

3 millions de visiteurs indiens en 2017  ?

Dalia Farouq, Mardi, 05 août 2014

Les marchés émergents sont devenus une priorité pour relancer le tourisme. Au nombre desquels l’Inde, qui devrait exporter 50 millions de touristes dans le monde en 2020.

Inde
Un spectacle indien organisé à l'aéroport du Caire, dans le cadre d'une initiative pour promouvoir le tourisme. (Photo : Ayman Barayez)

L’inauguration d’une ligne directe reliant Le Caire à New Delhi aura un impact positif sur la promotion du tourisme égyptien. Trois vols directs par semaine entreront en service en octobre prochain, pour s’ajouter à quatre autres vols hebdomadaires entre Le Caire et Bombay.

« L’inauguration de cette ligne s’inscrit dans le cadre d’une initiative ambitieuse lancée cette année, pour attirer un million de touristes indiens par an. On travaille dans tous les sens pour faire reprendre le tourisme en Egypte. Cette année, on s’est tourné vers de nouveaux marchés », explique Adel Al-Masry, directeur du bureau de la promotion touristique en Inde. Il ajoute que l’Inde fait partie des marchés prometteurs parmi les pays exportateurs de touristes sur le plan mondial.

Le nombre de touristes indiens dans le monde en 2013 était de 16 millions, avec une augmentation annuelle de 2 millions. « Selon les études de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), en 2020, les touristes indiens atteindront les 50 millions. En outre, les touristes indiens sont caractérisés par leur montant élevé de dépenses. Ils dépensent entre 80 et 100 dollars par jour, un montant supérieur à la moyenne. On doit travailler pour profiter de ce boom », indique Al-Masry.

Faciliter les transports

Le grand problème avec ces marchés reste celui du transport. « Avec cette nouvelle ligne aérienne, les liaisons Egypte-Inde seront renforcées. Mais ce n’est pas suffisant. Il faut accroître le nombre de vols réguliers d’EgyptAir vers l’Inde, mais aussi permettre l’atterrissage des avions en provenance d’Inde dans plus d’aéroports nationaux », poursuit Adel Al-Masry.

D’ici fin 2017, les autorités égyptiennes espèrent attirer 3 millions de touristes indiens. Un chiffre qui semble exagéré: en 2010, l’année record du tourisme en Egypte, le nombre d’Indiens se rendant en Egypte était seulement de 176 000.

Adel Al-Masry assure pourtant que ce nombre peut être atteint si toutes les instances compétentes fournissent les efforts nécessaires. L’émirat de Dubaï accueille, à lui seul, 5 millions de touristes indiens. Taïwan en reçoit 4 millions. « On compte aussi sur des campagnes de promotion de grande envergure dans les journaux et les magazines indiens et des visites de reconnaissance », ajoute-t-il.

Au début de l’année, un mémorandum a vu le jour entre les agences de tourisme indiennes et l’Organisation de la promotion touristique ainsi que la Chambre des agences de voyages, afin de faire croître le tourisme indien en Egypte. L’Egypte offrira des facilités aux touristes indiens comme les visas délivrés à l’aéroport. Un accord a été conclu entre l’Association des Chambres de tourisme en Egypte et l’Union des Chambres de tourisme indiennes, afin que l’Egypte soit l’hôte de l’Assemblée générale des Chambres indiennes de tourisme qui aura lieu en septembre.

Mais une question se pose: ces nouveaux marchés pourront-ils à eux seuls mettre fin à la crise du tourisme et relancer ce secteur en pleine récession depuis 2011 ?

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique