Tourisme > Tourisme >

Espoir de reprise pour le 2e semestre 2014

Dalia Farouq, Lundi, 30 juin 2014

Bien que l'Egypte ait reculé de 9 places au dernier classement de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), les perspectives de la seconde moitié de l'année courante
semblent beaucoup plus prometteuses.

espoir

L’egypte occupe la 31e place au baromètre du tourisme publié cette semaine par l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). Elle a ainsi beaucoup reculé par rapport à son ancien classement de 2012, où elle occupait la 22e place. Mais si le tourisme était quasiment au point mort en 2013 et début 2014, les perspectives pour les six prochains mois sont plus optimistes, surtout après l’élection présidentielle. « Le recul de l’Egypte au dernier classement de l’OMT était attendu. Tout le monde connaît la situation très difficile du tourisme en Egypte qui agonise depuis plus de trois ans à cause de l’instabilité et de l’insécurité », explique Ahmad Al-Nahas, expert touristique. Et d’ajouter: « Aujourd’hui, la situation s’améliore et il y aura un retour total à la stabilité après les élections parlementaires qui auront lieu dans quelques mois. On remarque aussi que la discipline est revenue à la rue égyptienne. Les touristes reviendront donc ».

##

Optimiste, Adel Zaki, membre de la Chambre des agences de voyages, assure, lui aussi, que tous les indices indiquent une relance du tourisme pour la seconde moitié de 2014. « On peut s’attendre à une progression de 20 % au cours des six prochains mois, surtout si le gouvernement égyptien lance une campagne de promotion qui vise à effacer l’image de l’Egypte instable des trois dernières années et à propager l’image d’une Egypte plus sûre, plus accueillante et plus belle », explique Zaki. Il ajoute que les responsables du tourisme doivent profiter de la cérémonie d’investiture du nouveau président Abdel-Fattah Al-Sissi, pour faire la promotion d’une nouvelle Egypte. Quant au recul de l’Egypte au classement de l’OMT, il est naturel étant donné les circonstances difficiles que l’Egypte a connues ces derniers temps. « Il ne faut pas oublier que 15 pays européens imposent des restrictions sur les voyages en Egypte, avec à leur tête l’Allemagne, depuis le mois de février dernier. Cette situation a beaucoup affecté l’affluence touristique en Egypte. Cependant, il y a une volonté politique de rétablir la sécurité et relancer l’économie. Ce sont les deux priorités que s’est fixées le président Abdel-Fattah Al-Sissi. Le tourisme sera aussi une priorité pour lui et son gouvernement. Il a plusieurs fois déclaré que pour que les touristes reviennent, il faut rétablir la stabilité », reprend Zaki.

Ahmed Al-Khadem, ex-président de l’Organisme de promotion touristique, assure que l’année 2013 était la pire en Egypte du point de vue du nombre de touristes. « Même pendant la première moitié de 2014, le tourisme en Egypte a chuté d’environ 36 %. Car on n’a pas encore remédié aux raisons profondes du recul du tourisme, on ne traite que les symptômes de la maladie seulement », souligne Al-Khadem.

Et d’ajouter: « La crise du tourisme est due aux actes terroristes, à l’absence de confiance des partenaires étrangers, à l’état moyen des infrastructures touristiques comme les aéroports. Les millions de dollars qui sont dépensés sur la promotion touristique doivent être réorientés et utilisés pour résoudre ces problèmes », indique Al-Khadem. Depuis 2010, les revenus du tourisme étaient en baisse vertigineuse. Ils sont passés de plus de 9 milliards d’euros en 2010 pour atteindre 4,2 milliards en 2013. Moins optimiste, Al-Khadem estime que le tourisme ne retrouvera sa situation d’avant la révolution qu’en 2017. Il ne fait aucun doute que le tourisme en Egypte reprendra au début de la saison hivernale qui commencera en octobre prochain. « On pourrait retrouver 80% des touristes que nous avons perdus au cours des trois dernières années. Les réservations hôtelières en témoignent. Aujourd’hui, le taux d’occupation hôtelière est de 65% à Hurghada, 60% à Marsa Alam et 55 % à Charm Al-Cheikh. Ces chiffres ne sont pas mauvais pour cette période de l’année. En outre, selon les indices touristiques, les touristes anglais et italiens reviendront avec force, de même que les touristes russes », explique Nagui Eriane, membre de la Chambre des hôtels.

En effet, 1500 tour-opérateurs italiens viennent d’organiser une conférence à Marsa Alam, en mer Rouge. Au cours de cette conférence, les professionnels du tourisme italiens ont renouvelé leur confiance dans les stations balnéaires de la mer Rouge, dont ils reconnaissent la sécurité. Ils ont également assuré que la demande sur les stations balnéaires en Egypte est en augmentation parmi les touristes italiens, attirés par la plongée sous-marine et les activités nautiques. Dans le même contexte, l’Egypte reste la destination touristique la plus populaire parmi les Russes. Au cours du premier semestre 2014, plus de 500 000 touristes russes ont visité l’Egypte, selon l’Association des tour-opérateurs de Russie citant les données du Service fédéral russe des statistiques (Rosstat).

Malgré l’état critique du tourisme en Egypte à l’heure actuelle, les professionnels du tourisme gardent l’espoir d’une relance du secteur avec le retour de la stabilité et la sécurité dans le pays.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique