Tourisme > Voyages >

La muséologie arrive enfin en Egypte

Nasma Réda, Lundi, 13 janvier 2014

L'Unesco approuve la proposition de l'Egypte de créer au Caire le premier centre de formation de spécialistes en muséologie. Ils devront améliorer la gestion des musées et les compétences des employés.

Unesco
Le Musée égyptien suivra-t-il un jour les critères de la muséologie ?

L’Egypte compte plus d’une centaine de musées dispersés aux quatre coins du pays. Mais seuls 3 d’entre eux répondent aux normes internationales de muséologie : le Musée de la momification à Louqsor, celui de la Nubie à Assouan et le Musée islamique du Caire. Sera-t-il pos­sible de voir un jour les trésors égyptiens exposés comme on les voit dans les départements des antiquités égyptiennes du Louvre ou du British Museum ? Le rêve devient réalisable.

L’Unesco a dernièrement accepté de collaborer avec le ministère des Antiquités, afin de créer, pour la première fois, un centre de muséologie en Egypte. L’histoire de ce centre a com­mencé quand l’Egypte a proposé, au cours de la dernière assemblée générale de l’Unesco, une demande pour sa création. L’organisation internationale a recommandé à l’Egypte de pré­parer un dossier en bonne et due forme. « Ce centre a pour but essentiel de développer la ges­tion des musées et d’améliorer l’efficacité de leurs employés. Surtout que la muséologie et la muséographie sont des sciences modernes qui se sont propagées dans le monde entier et plusieurs pays en profitent, à l’instar de la Chine et du Nigeria », explique Mohamad Ibrahim, ministre d’Etat pour les Affaires des anti­quités, assurant que cette propo­sition a reçu le soutien de plu­sieurs pays membres de l’Unesco.

Parmi eux, le Soudan, la Libye, l’Ouzbékistan et le Yémen. Selon lui, ce centre permettra d’ap­prendre aux Egyptiens non seule­ment à réaliser des mises en scène attrayantes des pièces dans un musée, mais aussi d’assurer une bonne conservation des col­lections des musées, à en pro­mouvoir l’étude et à présenter de nouvelles expositions. « La muséologie est devenue, au fil des années, une discipline à part, surtout avec l’expansion des musées dans les années 1960 et 70. Elle a sa propre histoire, sa propre théorie et sa propre pra­tique », explique Ahmad Charaf, président du département des musées.

Charaf souligne aussi la néces­sité d’établir un tel centre spécia­lisé dans la formation des muséo­logues. « Ce centre pourrait offrir une aide précieuse aux musées, car il pourra former un personnel qualifié dans les domaines de la conservation, de la restauration, de la documentation des biens culturels et des laboratoires et ateliers nécessaires aux travaux scientifiques », affirme-t-il.

Le centre de muséologie sera créé au Musée égyptien du Caire, lui-même un exemple type de la négligence des critères muséolo­giques. « Bien que le Musée égyptien regorge d’importantes collections, le visiteur se perd et le quitte sans informations de valeur gravées à l’esprit. Ses pièces, en plus de celles dans les entrepôts, peuvent, à elles seules, former une dizaine de musées. Il faut savoir quoi mettre, où et comment », déduit Al-Sayed Amer, directeur du Musée du Caire.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique