Tourisme > Voyages >

Du vol à la restauration

Nasma Réda, Mardi, 08 octobre 2013

Le Musée égyptien organise une exposition temporaire des pièces récupérées et restaurées suite au vol du Musée du Caire le 28 janvier 2011, en pleine révolte populaire.

Du vol à la restauration
Une statue réparée de Toutankhamon. (en médaillon, la statue endommagée par l'attaque de 2011).

Destruction et restauration, le nom est bien choisi pour l’exposition tenue dans la salle 44 du Musée du Caire, inaugurée le 30 septembre dernier et qui se poursuivra jusqu’au 15 novembre prochain. Il s’agit de l’exposition de 29 pièces sur les 54 qui avaient été volées et endommagées du Musée du Caire pendant la révolution du 25 janvier 2011.

11 pièces sur 29 avaient été récupérées par la police du tourisme alors que les 18 autres pièces avaient été retrouvées gravement endommagées et dispersées sur le sol du musée dans différentes salles et même dans le jardin du musée. Ces pièces ramassées et stockées sous haute surveillance, le ministère a décidé de les restaurer. « Quelques mois après, lorsque l’état du pays est devenu un peu plus sécurisé, on a pu sortir ces pièces de leur cache et former un comité de jeunes archéologues pour commencer les travaux de restauration au sein du département de restauration au Musée égyptien », explique Al-Sayed Amer, directeur du musée.

Du vol à la restauration
Une statue réparée de Toutankhamon. (en médaillon, la statue endommagée par l'attaque de 2011).

Parmi ces pièces se trouvent 3 statues inestimables qui remontent au Nouvel Empire et qui appartiennent au jeune pharaon Toutankhamon, dont une en or le représentant à bord d’un bateau.

De même, parmi les pièces importantes exposées qui ont été restaurées, figure une momie dont la tête avait été arrachée lors du pillage. Les restaurateurs ont réussi à relier la tête de la momie à son corps grâce à des techniques datant de l’époque des pharaons. « Notre travail n’était pas facile au départ », estime Abdel-Réhim, l’un des archéologues honorés par le ministère lors de la cérémonie d’ouverture. « Quelques pièces étaient brisées en de très petits morceaux et il y avait des parties manquantes, mais grâce aux aides fournies par le musée, on a réussi à achever notre travail », reprend-il. Si la momie a bien été restaurée, cela n’est pas le cas de toutes les pièces. « Un vase est très mal restauré, cela aurait été plus logique de le laisser brisé dans la vitrine, comme témoin du vol. C’est aussi de l’Histoire », estime un visiteur de l’exposition.

Du vol à la restauration
Une statue réparée de Toutankhamon. (en médaillon, la statue endommagée par l'attaque de 2011).

Quant aux 25 pièces toujours portées disparues, le ministre d’Etat pour les Affaires des antiquités, Mohamad Ibrahim, a assuré qu’aucun des objets volés n’est sorti des frontières égyptiennes et que les autorités sont toujours à leur recherche. D’après Ahmad Charaf, président du secteur des musées au Conseil suprême des antiquités : « L’Interpol, l’Icomos en plus de l’Unesco et tous les aéroports ont une liste détaillée de ces 25 pièces perdues. On n’a pas perdu l’espoir de les retrouver, surtout que parmi elles figurent la précieuse ceinture de la princesse Mérit, fille aînée d’Akhénaton et Néfertiti, ainsi qu’une statue d’Ibis en bronze et plusieurs oushabtis remontant à l’époque des Ramessides, toujours du Nouvel Empire ».

4

Lors de l’inauguration de l’exposition, le ministre d’Etat pour les Affaires des antiquités, Mohamad Ibrahim, a livré aux ambassadeurs de Pérou et de l’Equateur des objets antiques appartenant à leurs pays, et qui avaient été interceptés à l’aéroport du Caire, il y a quelques mois.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique