Voyages > Tourisme >

Kharga : Le retour des vols relance le tourisme

Doaa Elhami , Mardi, 15 février 2022

Le rétablissement des vols réguliers d’Egyptair vers l’oasis de Kharga, capitale du gouvernorat de la Nouvelle Vallée, encourage le tourisme dans la région des oasis.

Le temple de Hibis   Kharga attend les visiteurs.
Le temple de Hibis Kharga attend les visiteurs.

Après 15 ans de suspension, les vols réguliers de la compagnie Egyptair reprennent entre Le Caire et la Nouvelle Vallée. «  On attendait cette décision depuis longtemps », affirme Mohamad Ibrahim, directeur général des monuments de la Nouvelle Vallée, soulignant l’importance d’une telle décision pour la promotion touristique de cette région qui comprend les quatre oasis : Kharga, la capitale, Dakhla, Farafra et Paris. Le ministère de l’Aviation civile a décidé le rétablissement du vol Le Caire-Kharga et vice-versa chaque dimanche, assuré par un Airbus A 200-300. Malgré la capacité limitée de cet avion qui ne peut transporter que 135 passagers, les experts du secteur du tourisme estiment que le rétablissement de cette ligne sera bénéfique pour la promotion touristique de la Nouvelle Vallée.

Au cours des 15 années de suspension, les touristes devaient prendre la route et rouler 8 heures pour atteindre la Nouvelle Vallée depuis Le Caire. Aujourd’hui, le vol ne prend que 40 minutes. « Les voyageurs perdaient ainsi une journée avant de commencer leur tournée touristique. Le retour de ces vols est donc une bonne chose pour encourager le tourisme culturel à la Nouvelle Vallée et pas seulement à Kharga », explique le guide touristique Magdi Atiya, originaire de l’oasis de Dakhla. Notons qu’Egyptair permet la réservation des billets en ligne.

Du temple de Hibis aux tombes de Labakha

Selon Mohamad Ibrahim, Kharga compte de nombreux sites archéologiques à visiter, comme par exemple le temple d’Hibis, les tombes de Bagawate, le palais Moustapha Al-Kachef, le musée de la Nouvelle Vallée à Kharga, les temples de Ghoueta, de Douche et de Zaïan dans l’oasis de Paris, ainsi que les tombes Labakha. Tous ces monuments sont ouverts à la visite touristique. Ajoutons que des sources d’eau se trouvent près de certains sites archéologiques et le touriste peut aussi les visiter. « En prenant l’avion, la tournée touristique commence depuis le vol au-dessus de l’oasis de Kharga avant l’atterrissage, puisque l’avion offre une vue panoramique magnifique de tout l’oasis avec ses sites archéologiques, ses sources d’eau et ses dunes de sable », reprend Mohamad Ibrahim, qui espère que les montgolfières seront introduites à la Nouvelle Vallée comme à Louqsor en Haute-Egypte. En fait, les heures gagnées grâce au rétablissement des vols permettront de prolonger les programmes de visite. « Après la tournée dans les oasis de Kharga et de Paris, les touristes peuvent se rendre en véhicules à l’oasis de Dakhla », affirme Magdi Atiya. Là, le touriste peut visiter le site de Balat, qui remonte à l’ère pharaonique, et faire une tournée au sein de la cité Al-Qasr, l’une des toutes premières cités islamiques. Il peut aussi voir les vestiges du temple dédié à la divinité Thot ainsi que le temple de Deir Al-Hagar et les tombes de Mozawaqa. Le programme touristique peut englober encore l’oasis de Farafra et le Désert blanc ainsi que ses célèbres sources d’eau. « J’espère que les vols seront également rétablis sur la ligne Le Caire-Dakhla, ce qui permettra le tourisme dans toute la Nouvelle Vallée », reprend le guide touristique qui espère aussi que le désert occidental sera ouvert au tourisme et au camping.

Mots clés:
Lien court: