Voyages > Tourisme >

Voyages en bref

Lundi, 20 septembre 2021

Egypte

Inauguration

Inauguration

La tombe du roi Djoser, située au sud de son complexe funéraire à Saqqarah, a été inaugurée cette semaine suite à un projet de restauration qui a débuté en 2006. Ce projet, qui comprenait des études architecturales, géotechniques, géoenvironnementales et archéologiques du cimetière, a abouti à une rénovation globale de tous les éléments de la tombe, de la consolidation des murs et des couloirs à la restauration minutieuse des décorations, des inscriptions et des gravures des murs. Cette tombe, qui date de la IIIe dynastie (2670-2650 av. J.-C.) renferme de nombreux longs couloirs dont les murs sont décorés de fausses portes à l’effigie du roi et de ses titres, et les murs sont décorés de morceaux de faïence bleue. Il y existe aussi un puits au bout d’une chambre funéraire avec un énorme sarcophage en granit rose semblable à la chambre funéraire de la pyramide à degrés.

Réunion

Le ministre du Tourisme et des Antiquités, Khaled El-Enany, s’est entretenu cette semaine avec l’ambassadeur de Bulgarie en Egypte, Dian Anglikoff Katrachif, afin de discuter des perspectives de coopération entre les deux pays en matière de tourisme et de relance du mouvement touristique en provenance de la Bulgarie. Dans le même contexte, un protocole d’entente a été signé entre les deux parties avec l’objectif de renforcer la coopération mutuelle dans le domaine de l’archéologie, des musées ainsi que de la lutte contre la fraude des biens culturels et archéologiques.

France

Restauration

Restauration

La façade de la célèbre église parisienne de la Madeleine va retrouver une nouvelle fraîcheur après une campagne de rénovation qui doit durer jusqu’en juin 2023. Située dans l’axe de la place de la Concorde et de l’Assemblée Nationale, l’église monumentale du centre de la capitale était étayée avec des échafaudages et des filets de protection depuis une vingtaine d’années. Il s’agit notamment de « retirer l’échafaudage (devant la porte) qui avait été mis en place en 1998 pour consolider la structure, car on avait constaté un tassement ainsi que des fissures jusqu’à la voûte », selon Karen Taïeb, adjointe à la maire socialiste chargée du patrimoine et des relations avec les cultes. Les travaux sont pilotés par la mairie de Paris, propriétaire de l’édifice, pour un coût de 10 millions d’euros.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique