Tourisme > Tourisme >

Virée dans le monde des momies

Nasma Réda, Mercredi, 28 avril 2021

Deux semaines après la magnifique parade, les 22 momies des rois et des reines de l’Egypte Ancienne se sont installées dans leur demeure éternelle. La salle des momies du NMEC a ouvert ses portes aux visiteurs dimanche 18 avril. Tournée dans la nouvelle salle royale

Virée dans le monde des momies
(Photo : Nasma Réda)

Le pyramidion surmontant le Musée national de la civilisation égyptienne (NMEC) apparaît de loin. Depuis la cour extérieure, les affiches mentionnant la Parade des momies sautent aux yeux, rappelant le cortège royal qui a eu lieu dans les rues du Caire il y a deux semaines. Les visiteurs passent par les portes d’entrée principales bien sécurisées pour se trouver au sein d’une grande et confortable salle de réception. Après l’achat des billets, ils passent par des portes électro­niques modernes en verre. C’est l’hymne d’Isis qui les accueille et les accompagne dans la salle cen­trale jusqu’aux rampes guidant à la salle des momies. A l’entrée, des jeux de lumières figurant les momies royales, des inscriptions hiéroglyphiques et la Vallée des rois où elles sont découvertes s’enfilent sur des écrans. Et le visiteur passe ensuite dans un corridor sombre où est affichée une pancarte illuminée, sur laquelle est brièvement inscrite la raison pour laquelle les Egyptiens ont momifié leurs corps. La tournée commence.

Virée dans le monde des momies
(Photo : Nasma Réda)

Plongé dans le noir du sol, des murs et du plafond, l’allée est à peine éclairée. Suivant des flashs tracés en blanc sur le sol, un vesti­bule mène à un autre jusqu’à ce que le visiteur se trouve dans la pre­mière salle faisant 20 m2. C’est là où reste en paix le « courageux » Séquenenrê Taâ II, de la XVIIe dynastie pharaonique. Entourée dans du lin beige qui couvre tout son corps, seule sa tête de couleur brun foncé apparaît. Dans sa vitrine, tout est contrôlé : la chaleur, l’hu­midité ainsi que le taux de nitrogène à travers des écrans digitaux.

A quelques pas de sa momie est allongé son sarcophage en cèdre coloré avec du jaune où apparais­sent des inscriptions hiérogly­phiques en rouge. Des écrans expo­sent les rayons X effectués sur la momie et leurs résultats. Un pan­neau doré en écriture bilingue anglo-arabe est accroché sur l'un des murs noirs de cette salle don­nant de brèves informations sur l’histoire de ce roi et comment il a été capturé pendant sa guerre contre les Hyksos.

Virée dans le monde des momies
(Photo : Nasma Réda)

Dans la deuxième salle se trou­vent les célèbres pharaons de la XVIIIe dynastie du Nouvel Empire.Amenhotep Ier, l’adoré des Egyptiens, la belle Ahmose-Néfertari et le roi Thoutmosis Ier sont à l’accueil des visiteurs, dans une salle côtoyant le roi courageux. « C’est magnifique », crient un Brésilien et sa femme russe, devant le géant sarcophage de 3,8 m d’Ahmose-Néfertari qui se tient debout. Ce sarcophage anthropoïde est fabriqué avec du bois, du cartonnage et différentes couches de lin, la reine s’expose sous la forme osirienne portant sa couronne. « Ce sarcophage est d’une beauté extrême. Comment sa momie conserve, après des décennies, ses cheveux longs et garde jusqu’à aujourd’hui sa beauté ? », s’exclament les deux époux venus spécifiquement après trois jours de visite au Caire pour admirer ce nouveau musée. « C’est impressionnant de voir les momies royales les unes après les autres dans une ambiance impressionnante », indiquent-ils, assurant qu’ils vont visiter aussi le Musée égyptien du Caire au cours de leur court voyage.

La salle renfermant les membres de la famille des « Thoutmosis » jouit des pièces antiques variées que le défunt déposait dans sa tombe. Un bateau funéraire en bois, des statuettes de différentes tailles et formes, ainsi que des vases canopes et des pièces en faïence bleue, sont exposés. « Tout est parfait et la scénographie des momies est magnifique. Mais c’est notre première visite en Egypte ; alors, on ne sait pas pourquoi ces pièces antiques sont là ou quels sont leurs rôles », se demande un membre d’une famille russe fasciné des différentes pièces exposées. « La salle des momies n’est pas conçue pour que le visiteur s’arrête longtemps devant la momie, la visite doit être rapide. Les pièces funéraires sont exposées et expliquées dans la salle centrale », explique Mahmoud Mabrouk, responsable du comité de la muséologie. La balade continue à travers les couloirs à peine allumés. Les chuchotements augmentent. C’est la section des Ramessides. Il est normal que le grand roi, Ramsès II, s’installe seul dans une salle à part alors que les momies de Ramsès IV, VI et IX sont regroupées dans une autre salle. Toutes les vitrines des momies sont presque identiques et chacune est bien contrôlée.

Virée dans le monde des momies
(Photo : Nasma Réda)

Après presque 30 minutes, un corridor ascendant mène à la salle centrale annonçant la fin d’un voyage avec les rois et les reines de l’Egypte Ancienne et annonçant le début d’une tournée dans les autres salles du Musée de la civilisation égyptienne.

Le NMEC en chiffres :

— 3 000 personnes ont visité la salle centrale le premier jour de l’inauguration.

— Entre 1 300 et 3 000 billets vendus par jour au cours des deux premières semaines après l’inauguration.

— 25 000 ont visité le musée le vendredi et le samedi 9 et 10 avril.

— 2 000 personnes ont visité la salle des momies le premier jour de son inauguration.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique