Tourisme > Tourisme >

Voyages en bref

Mercredi, 23 décembre 2020

Découverte

Le ministère du Tourisme et des Antiquités a annoncé qu’une nouvelle découverte archéologique au sein de la nécropole de Saqqara sera dévoilée au début de l’année 2021. Il s’agit de la mise au jour de plusieurs puits funéraires renfermant des sarcophages et des pièces antiques qui datent du Nouvel Empire. Cette révélation a été effectuée par une mission archéologique égyptienne dirigée par le célèbre égyptologue Zahi Hawas, qui opère sur un site côtoyant la pyramide du roi Titi Ier. D’après Hawas, cette découverte va clarifier une partie inconnue de l’histoire de Saqqara et dévoilera également les secrets des tombes des XVIIIe et XIXe dynasties présentes sur le site.

Saqqara

Pour la troisième année consécutive, les dernières découvertes de la nécropole de Saqqara figurent sur la liste du magazine américain Archeology comme étant parmi les 10 plus importantes et captivantes découvertes de l’année 2020. Découvert à la mi-novembre dernier par la mission égyptienne du Conseil Suprême des Antiquités (CSA), l’un des sarcophages colorés de Saqqara apparaît sur la couverture de l’édition de janvier-février 2021 du magazine. Il est à noter que cette mission dirigée par Mostafa Waziri, secrétaire général du CSA, avait précédemment réussi à découvrir plus de 100 sarcophages scellés renfermant leurs momies datant de plus de 2 500 ans en bon état de conservation.

Exposition

84 pièces provenant du Musée d’art islamique du Caire ont quitté l’Egypte cette semaine à destination de l’Arabie saoudite. Ces pièces feront partie de l’exposition intitulée « Shatr Al-Masjid » (autour de la mosquée), qui se tiendra en janvier prochain au Musée Ithra à Dhahran, une dépendance du Centre culturel international roi Abdel-Aziz. L’exposition, qui durera jusqu’en octobre 2022, retrace l’histoire des mosquées à travers 130 oeuvres.

Musée

Inauguré fin octobre dernier, le Musée des carrosses royaux du Caire a reçu deux nouveaux véhicules afin d’être restaurés et exposés parmi la collection du musée. Il s’agit de la calèche « Qosseir » et le carrosse unique « Charapan ». La calèche, qui remonte à l’époque du khédive Abbas Helmi II (1892), a été amenée de la forteresse antique située à Qosseir, ville côtière de la mer Rouge. La calèche a été déposée à Qosseir après avoir été saisie en 2008 lors d’une tentative de sortie en contrebande depuis le port de Safaga. Le véhicule est de la marque Alay, il mesure 3,5 m de long et 1,5 m de large. Fabriqué en bois et garni de cuir pour sa cabine, il comporte aussi deux portes latérales, un siège pour le cocher, d’autres pour les gardes, quatre lanternes en cuivre et une cloche. Quant à l’unique cabriolet « Charapan » de couleur noire, c’est un véhicule ouvert (landau) datant de l’époque du khédive Ismaïl et qui était utilisé pour les sorties des princes et princesses. Ce véhicule se distingue par ses trois sièges. Les restaurateurs du musée ont commencé à examiner et documenter l’état actuel des deux carrosses avant de les remettre en état pour ensuite les exposer dans la salle des célébrations royales.

Caire historique

Sous l’égide du ministère du Tourisme et des Antiquités et afin de célébrer les mille cinquante ans de la fondation du Caire historique, l’Organisme des monnaies a émis un ensemble de médailles commémoratives, accompagnées de photos de différents monuments emblématiques islamiques de la ville qu’elles représentent. On y trouve la mosquée d'Al-Azhar, celle d’Al-Aqmar, le dôme de l’imam Al-Chaféi, la mosquée du sultan Hassan et celle de Mohamad Ali. Sur d’autres pièces figurent des minarets et des sabils, symboles architecturaux de la ville. Le Caire historique a été nommé « capitale de la culture et de la civilisation islamiques pour l’année 2020 ».

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique