Tourisme > Voyages >

Cham Al-Nessim, la fête éternelle

Nasma Réda, Lundi, 13 avril 2020

Le lundi qui suit la fête de Pâques copte marque le jour de la plus ancienne fête de l’histoire égyptienne : Cham Al-Nessim. Célébrée par tous les Egyptiens, elle n’a que peu changé au cours des millénaires.

Cham Al-Nessim,

Le lundi qui suit la fête de Pâques copte, les Egyptiens —chrétiens comme musulmans —ont l’habitude de se réunir pour fêter Cham Al-Nessim. Cette fête, connue en Egypte depuis l’antiquitéen tant que «fête du printemps », coïncidait avec le début de la saison de la moisson et était l’une des 168 fêtes célébrées en Egypte Ancienne. Son nom est issu du mot Chemou (Shemu), qui signifie «résurrection »et désigne également la troisième saison du calendrier nilotique, la saison de la moisson (voir encadré). «Cette fête qui rassemble le peuple entier est célébrée depuis plus de 5 000 ans comme marquant le début du printemps. Nombre des éléments qui la caractérisaient n’ont pas beaucoup changé jusqu’à nos jours », explique l’égyptologue Magdi Chaker, du ministère du Tourisme et des Antiquités.

Chaker explique que les fêtes dans l’antiquitécommençaient par des festivités royales devant les pyramides, du côtéest, pour remercier le dieu Rê, divinitédu soleil, considérécomme le dieu créateur de l’univers, le dieu de l’Etat et de la justice. «Puis les membres de la famille, habillés presque tous en lin blanc, se retrouvaient au bord du Nil, responsable de la fertilité de la terre et garant de toute vie. Ce fleuve était représenté par le dieu Hâpi et vénéré », poursuit Chaker. Les barques qui naviguaient sur le Nil étaient décorées de fleurs, dont le lotus bleu. Cette plante vivace aquatique flotte àla surface du fleuve pendant la journée, puis s’enfonce dans l’eau au coucher du soleil.

Elle symbolisait la renaissance et la nouvelle vie pour les Anciens Egyptiens. La tradition consistait àoffrir des fleurs de lotus aux personnes aimées. «Les femmes décoraient aussi les tables à manger lors de la fête de Chemou et faisaient des couronnes avec cette fleur comme symbole d’amour pour leurs maris », explique Wassim Al-Sissi, chercheur et expert en égyptologie.

Cinq éléments culinaires essentiels

D’après les inscriptions murales de la plupart des tombes et des temples, cinq aliments surtout étaient de mise pour célébrer Cham Al-Nessim. Le poisson salé(appeléfessikh aujourd’hui) en était le principal. «Lors de la crue du Nil, un grand nombre de poissons étaient pêchés par les paysans, puis conservés pendant quatre mois dans le sel », souligne Chaker, précisant que ce mets était agrémentéde laitue et d’oignons, qui étaient, selon les coutumes des anciens, des offrandes pour Kemet (l’Egypte) et sa terre noire fertile pendant la saison de la moisson. L’oignon était en outre un symbole religieux important dans l’Egypte Ancienne, utilisépour se débarrasser des mauvaises âmes.

C’est pour cette raison qu’on l’a trouvéen masse dans plusieurs tombes, notamment celle de Toutankhamon. «Quant à la laitue, elle était présentée au dieu Amon comme symbole de fertilité », indique Al-Sissi. En plus du poisson salé, de l’oignon et de la laitue, on trouvait aussi sur la table des Egyptiens le jour de Cham Al-Nessim les plantes de Cicer (malana, un genre de fèves) qui représentaient la fertilitéet étaient offertes au dieu Horus. Ces quatre mets font partie jusqu’àaujourd’hui du «menu »de Cham Al-Nessim.

Le cinquième et dernier élément sur la table des Egyptiens depuis l’Ancien Empire est les oeufs. Ces derniers, symbole de la vie et de la création de l’humanité, les Egyptiens avaient l’habitude de les colorier de plusieurs couleurs et de graver sur chacun d’eux un souhait pour la nouvelle année. «De cette manière, pensaient-ils, le dieu réaliserait tous leurs souhaits et rêves », indique Chaker.

Modification de date

Si les pharaons ont célébréla fête de Chemou pendant des siècles àla mi-mars, les chrétiens ont, au début du XXe siècle, changécette date, notamment pour qu’elle tombe un autre jour que la fête juive de Pessah. Autre raison : «Les prêtres coptes se sont mis d’accord pour reporter la date de Cham Al-Nessim d’un mois, au mois d’avril, pour qu’elle vienne tout de suite après Pâques, et donc après le jeûne, qui dure 55 jours », déclare Magdi Chaker.

Cham Al-Nessim a aujourd’hui perdu tout caractère religieux, mais le côtérituel demeure. La fête est célébrée par tous les Egyptiens, chrétiens et musulmans. Au lieu d’assister àdes festivités royales aux pyramides, dès la matinée, ils se promènent dans les espaces verts des villes ou àla campagne, ou partent en bateau pour prendre l’air. Le déjeuner se fait souvvent àl’extérieur : poisson salé, laitue, oignons, fèves et oeufs. Les enfants aiment particulièrement cette fête, qui est souvent l’occasion de sortir et parfois de faire des concours de décoration d’oeufs l

Le calendrier nilotique

Le calendrier nilotique, dit aussi « calendrier égyptien », se composait de 365 jours de 24 heures et se divisait en 12 mois de 30 jours chacun, et en 3 saisons de 4 mois chacune.

La première saison, l’automne, était nommée « Akhet ».

Elle coïncide avec la crue, qui s’étend de la mi-juillet à la minovembre.

« Peret », dont le nom signifie « reflux » ou « hiver », durait du 16 novembre à la mi-mars.

Puis venait la dernière saison, « Chemou », soit la saison de la moisson, qui commençait le 16 mars et comprenait le printemps et l’été.

Pour arriver à 365 jours, on ajoutait 5 jours à la fin de Chemou, du 14 au 18 juillet, jours qui étaient considérés comme les anniversaires d’Osiris, de Seth, d’Isis, de Nephtys et d’Horus.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique