Tourisme > Tourisme >

Bonnes nouvelles pour le tourisme

Dalia Farouq, Mardi, 30 juillet 2019

L’Allemagne et l’Espagne, deux des plus grands pays européens pourvoyeurs de touristes, viennent d’annuler les restrictions imposées à leurs citoyens désireux de se rendre à Taba et à Charm Al-Cheikh. Des décisions qui tombent à point à l’approche de la saison touristique hivernale.

Bonnes nouvelles pour le tourisme
La ville de Charm Al-Cheikh accueille les touristes espagnols.

Deux bonnes nouvelles pour le tourisme en Egypte devraient réjouir tous les professionnels du secteur et accroître l’espoir d’un rétablissement complet du tourisme, un secteur en mal depuis 2011. L’Allemagne vient d’enlever ses restrictions sur les voyages à Taba, alors que l’Espagne a modifié ses conseils aux voyageurs et a annulé toutes restrictions aux Espagnols désirant se rendre à Charm Al-Cheikh.

Bonnes nouvelles pour le tourisme
Le footballeur Ramos lors de sa visite à Hurghada.

Ces décisions auront sans doute un impact positif. En effet, l’Allemagne est un marché stratégique pour l’Egypte. Avec plus de 1,7 million de touristes allemands qui ont visité l’Egypte en 2018, contre près de 1,2 million en 2017, les professionnels du tourisme estiment pouvoir s’approcher des deux millions de touristes allemands en 2019, surtout à la suite de cette décision.

En fait, l’Allemagne a toujours été un marché stratégique pour l’Egypte, en raison de la puissance de son industrie touristique, de l’importance de son potentiel, de la durée de séjour moyenne du touriste allemand, qui avoisine les 12 jours, et de son potentiel d’achat et de dépenses. Ainsi, l’Allemagne a toujours figuré parmi les trois premiers pays exportateurs de touristes vers l’Egypte. « L’annulation des restrictions de la part de l’Allemagne est une preuve supplémentaire de la stabilité et de la sécurité des destinations balnéaires du Sinaï, d’autant plus que cette décision émane d’un grand pays européen », se réjouit Atef Abdel-Latif, membre de l’Association des investisseurs touristiques du Sud-Sinaï.

Le Sud-Sinaï, des plages et bien plus

Bonnes nouvelles pour le tourisme
Les touristes viennent plus nombreux à Charm Al-Cheikh.

Pour sa part, Hani Gawich, membre de l’association des investisseurs de Taba et de Noweibaa, assure que plus de touristes à Taba signifie la relance du mouvement touristique dans la région tout entière, puisque ces touristes se rendent généralement aussi à Dahab, à Noweibaa et à Sainte-Catherine durant leur séjour. « Cette décision tombe à merveille, d’autant plus qu’elle intervient à deux mois avant la saison touristique hivernale qui commence en octobre », se félicite Gawich. Et vice versa. Selon Gawich, les agences de voyages allemandes et égyptiennes auront le temps de programmer la visite de Taba, de Noweibaa et de Sainte-Catherine lors des voyages destinés à Charm Al-Cheikh, ce qui signifie aussi le prolongement des séjours et l’augmentation des revenus touristiques.

En fait, avant 2011, le Sud-Sinaï, à lui seul, recevait environ 25 % des touristes qui venaient en Egypte. Un taux qui a beaucoup baissé, surtout à partir de 2014, à la suite d’un attentat contre un groupe de touristes coréens.

Taba et la région qui l’entoure sont un lieu riche en matière de tourisme. Située à 240 kilomètres au nord de Charm Al-Cheikh, la ville de Taba se situe sur la pointe du Golfe de Aqaba sur la mer Rouge. Avec des plages paradisiaques, des coraux exceptionnels, un soleil brillant et une température modérée, Taba est une destination touristique de premier lieu. Pourtant, elle offre beaucoup plus que le divertissement balnéaire. Le canyon coloré impressionnant, l’inspirant monastère de Sainte-Catherine et la massive forteresse de Saladin méritent tous d’être visités à partir de Taba. Ainsi, cette destination égyptienne à multiples facettes doit se préparer pour accueillir ses visiteurs.

Bonnes nouvelles pour le tourisme

120 000 touristes espagnols sont venus en Egypte en 2018, contre 66 000 en 2017. Un chiffre que l’on espère voir croître dans la période à venir. Madrid a, en effet, emboîté le pas à Berlin, annulant les restrictions sur les voyages de ses citoyens à Charm Al-Cheikh. Une décision avait été prise après qu’une délégation de l’ambassade d’Espagne s’est rendue au Sud-Sinaï, où se trouve cette station balnéaire. « Le ministère espagnol des Affaires étrangères a estimé que la situation en matière de sécurité à Charm Al-Cheikh est devenue comparable à celle d’autres villes comme Le Caire, Alexandrie, Louqsor et Assouan, ou aux grands centres touristiques situés sur la côte africaine de la mer Rouge », a déclaré l’ambassade d’Espagne.

Selon Mohamad Hassouna, tour-opérateur travaillant sur le marché espagnol, cette décision signifie non seulement le retour des touristes espagnols à la ville de la paix, mais constitue aussi un signal positif pour plus de 500 millions d'hispanophones dans le monde. « Depuis 2017, les agences de voyages espagnoles témoignent d’une demande croissante sur les voyages en Egypte et ont exercé une certaine pression sur les responsables du tourisme chez eux afin de lever les restrictions. Ceci aura sans doute une influence positive », explique Hassouna, ajoutant qu’un grand pays comme l’Espagne ne prendra pas cette décision sans une étude détaillée et sérieuse du marché égyptien et sans s’assurer de la stabilité et de la sécurité. « La décision espagnole peut tout à fait encourager d’autres pays qui imposent encore des restrictions sur les voyages à Charm Al-Cheikh, notamment la Russie et l’Angleterre », reprend Mohamad Hassouna.

Toutefois, selon Mahmoud Amin, membre de la Chambre du tourisme, il est vrai que les Espagnols se font rares à Charm Al-Cheikh depuis le crash de l’avion russe sur la ville en 2015, mais ils sont prisés par la culture et le patrimoine égyptiens, et il existe de dizaines de vols charters entre Le Caire et Louqsor et Madrid. « On doit commencer dès maintenant à organiser des campagnes de promotion pour le tourisme à Charm auprès du marché espagnol, afin de convaincre les tour-opérateurs de reprogrammer des voyages pour la ville et séduire les touristes par les offres spéciales et la qualité des services présentés », lance Amin. Pour sa part, Magdi Sélim, ancien vice-ministre du Tourisme, estime que la dernière visite du joueur de football de l’équipe espagnole Real Madrid Sergio Ramos, en Egypte, a eu de bons échos, reflétant une image positive de l’Egypte tant par sa beauté que par sa stabilité.

Ces bonnes nouvelles redonnent l’espoir aux professionnels du secteur du tourisme d’une relance définitive de ce secteur qui table à retrouver les couleurs de 2010, une année record.

Lien court: