Tourisme > Tourisme >

L’OMT soutient l’Egypte

Dalia Farouq, Mardi, 22 mai 2018

Organisées la semaine dernière à Charm Al-Cheikh, la 44e réunion de la commission de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) pour le Moyen-Orient et la Conférence régionale annuelle de l’OMT ont confirmé la reprise du tourisme en Egypte, tout en soulignant l’importance de la formation des employés du secteur.

L’OMT soutient l’Egypte
8,3 millions de touristes ont visité l’Egypte en 2017.

« L’Egypte est sur la voie du redressement ». C’est ainsi que le secrétaire général de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), Zurab Pololikashvili, a salué les bons chiffres réalisés par l’Egypte dans le secteur touristique durant les derniers mois lors de son discours à la séance inaugurale de la 44e réunion de la commission de l’OMT pour le Moyen-Orient. Il a également souligné que le pays s’est rapproché des taux records de 2010 (14 millions de touristes). Pololikashvili a déclaré que l’organisation était prête à soutenir financièrement et techniquement le tourisme en Egypte, surtout dans le domaine de la formation, du renforcement des capacités des cadres et de l’échange d’expertise en matière de marketing touristique. « On entend coopérer avec l’Egypte dans le but de créer une école pour l’hôtellerie et le tourisme, une première en son genre au Moyen-Orient », a indiqué le secrétaire général de l’OMT.

Lors de la réunion de la Commission pour le Moyen-Orient, organisée la semaine dernière par l’OMT et le ministère égyptien du Tourisme à Charm Al-Cheikh et qui a accueilli plus d’une dizaine de ministres du Tourisme de la région, Pololikashvili a assuré que la croissance en matière d’arrivées touristiques sur le plan mondial devrait se poursuivre en 2018 à un rythme de 4 à 5 %. En fait, l’année 2017 a été marquée par une croissance dans de nombreuses destinations et par une reprise dans les destinations qui ont souffert de baisses au cours des années précédentes.

Les arrivées de touristes à l’échelle internationale ont augmenté de 7 % en 2017, pour atteindre un total de 1,3 milliard. Selon Pololikashvili, le Moyen-Orient a consolidé son rebond de 2016 avec une hausse de 5 %. Le ministre du Tourisme des Emirats arabes unis, président de cette session, a indiqué que le tourisme au Moyen-Orient affrontait de nombreux défis, dont le plus important est la faible contribution du secteur au PNB des pays du Moyen-Orient. Selon lui, le tourisme contribue seulement à hauteur de 8,9 % du total du PNB de la région, ce qui équivaut à 224 milliards de dollars, d’après le dernier rapport du Conseil mondial du tourisme et du voyage. Le ministre émirati invite les pays du Moyen-Orient à coopérer pour encourager le tourisme interarabe, afin de renforcer le potentiel touristique de la région et de développer ses atouts. « L’innovation, la gestion des crises qu’affronte le secteur et la formation des cadres touristiques sont les principaux axes du plan de travail adopté par les pays de la région, afin d’assurer un développement durable du tourisme, un secteur crucial de l’économie de tous les pays », a dit le président de la session.

Les participants à la réunion se sont également mis d’accord sur cinq points, dont la nécessité de promouvoir l’utilisation de la technologie numérique dans les politiques touristiques nationales, de relier les écosystèmes tout au long de la chaîne de valeur du tourisme, ainsi que d’encourager la création d’emplois décents, d’entreprises durables et l’entreprenariat, en particulier parmi les femmes et les jeunes.

La formation, une nécessité

La réunion de la commission a été suivie par la Conférence régionale annuelle de l’OMT, qui avait pour titre « Développement du capital humain dans le tourisme : nouvelles perspectives ». Un thème qui souligne l’importance de la performance du marché du travail dans le secteur. Une panoplie de politiciens, de responsables gouvernementaux et d’experts du tourisme de tout le Moyen-Orient se sont réunis pour discuter de la nécessité d’appliquer un mécanisme complet et régulier sur la performance du marché du travail dans la région. En fait, selon l’OMT, environ 6 millions d’emplois au Moyen-Orient sont liés au secteur du tourisme, qui devrait connaître une forte croissance dans les années à venir. Zurab Pololikashvili a souligné les vastes opportunités en matière de création d’emplois et d’entreprises grâce au tourisme au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. « Le développement du capital humain touristique doit permettre de préparer la main-d’oeuvre par l’éducation et la formation, et en adoptant des technologies et des solutions numériques comme outils d’éducation et de formation », a-t-il déclaré. Par ailleurs, des partenariats efficaces entre les secteurs public et privé sont cruciaux pour garantir la compétitivité et la durabilité de l’industrie touristique.

De son côté, la ministre égyptienne du Tourisme, Rania Al-Machat, a souligné les initiatives de développement du capital humain lancées par l’Egypte, comme les projets de développement de la main-d’oeuvre à grande échelle, les initiatives de renforcement des capacités et les programmes d’apprentissage impliquant les communautés rurales isolées. « Le ministère s’est engagé à renforcer les programmes d’éducation et de formation touristiques en Egypte en partenariat avec l’OMT », a-t-elle déclaré. Enfin, les ministres ont convenu de se retrouver en Egypte au cours du deuxième trimestre 2019 pour la 45e réunion de la Commission régionale de l’OMT pour le Moyen-Orient.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique