Tourisme > Voyages >

Al-Azhar brille de nouveau au Caire

Nasma Réda, Mardi, 13 mars 2018

Accompagné du prince héritier d'Arabie saoudite, Mohamad bin Salman, et du cheikh d’Al-Azhar, Ahmad Al-Tayeb, le président Abdel-Fattah Al-Sissi a inauguré, le 6 mars, la mosquée d'Al-Azhar après sa restauration minutieuse.

Al-Azhar brille de nouveau au Caire
La cour principale en marbre et ses arcades.

La somptueuse mosquée d’Al-Azhar, minaret de l’islam, a retrouvé son éclat après de longues années de restauration. Inaugurée cette semaine par le président égyptien, Abdel-Fattah Al-Sissi, et le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohamad bin Salman, Al-Azhar est considérée comme la mosquée la plus prestigieuse dans l’esprit des musulmans à cause de son rôle joué au cours des siècles dans la diffusion de la religion islamique modérée. Après plus de 3 ans de travaux, la mosquée a été enfin ouverte au public pour la prière et pour la visite. « Ce projet de restauration et de rénovation est considéré comme le plus grand effectué à la mosquée d’Al-Azhar depuis sa construction il y a plus de 1 000 ans », explique Mohamad Abdel-Latif, chef du secteur des monuments islamiques au ministère des Antiquités. Et d’ajouter que la restauration, qui a inclus la mosquée historique, ainsi qu’un certain nombre de ses édifices et la zone résidentielle réservée aux étudiants, a été possible grâce à un don du défunt roi Abdallah bin Abdel-Aziz Al Séoud, avec le parrainage et le soutien du roi Salman.

Al-Azhar brille de nouveau au Caire
Les lieux de résidence des élèves ont été restaurés.

Il est à noter que la mosquée, comme d’ailleurs une grande partie des monuments islamiques, est située dans le vieux Caire, l’une des zones les plus peuplées de la capitale, qui souffre de pollution, de l’élévation du niveau des eaux souterraines et de l’humidité, en plus des effets du séisme de 1992. En fait, cette mosquée a toujours été au centre de l’attention des responsables et a fait l’objet de plusieurs restaurations. « Les travaux de restauration faites en 1998 ont gravement affecté les anciens motifs et décorations de la mosquée et ont été fortement dénoncés par l’Unesco, qui a demandé aux autorités égyptiennes de présenter un rapport technique détaillé sur les travaux effectués et a ensuite envoyé une mission pour étudier les meilleures mesures à prendre pour conserver ce monument historique de valeur religieuse et historique », explique Abdel-Latif, ajoutant que la mosquée a été ensuite délaissée pendant de longues années par manque de financement. En 2014, les études sur la rénovation d’Al-Azhar ont commencé et le travail a débuté en février 2015.

Conserver les éléments d’origine

Al-Azhar brille de nouveau au Caire
Les motifs et décorations ont repris leur éclat.

« Les derniers travaux de restauration ont été réalisés selon les méthodes scientifiques les plus sophistiquées. Nous avons déployé le maximum d’efforts pour que les éléments architecturaux d’origine soient conservés », déclare Mohamad Abdel-Aziz, directeur du projet de développement et de rénovation du Caire historique, qui a supervisé le travail. Selon lui, la restauration visait principalement à renforcer les bâtiments historiques et à les protéger de tout futur dommage. « Les colonnes ainsi que les murs de l’édifice ont été renforcés. Les archéologues se sont débarrassés de toutes les traces de ciment et des peintures blanches pour arriver à ceux d’origine », souligne Abdel-Aziz. La restauration a également inclus le nettoyage et le renforcement des motifs architecturaux du bâtiment, à l’intérieur comme à l’extérieur. Quant à la boiserie, qui constitue le plafond et les fenêtres qui sont en moucharabiehs, elle a été minutieusement traitée. De même, les peintures, les inscriptions coraniques et les mechkawat (lampes) ont été restaurées. « En plus des travaux faits dans les dômes et les minarets de la mosquée, la zone résidentielle des étudiants a fait l’objet d’une restauration de fond », dit Abdel-Latif. Ces travaux ont consisté à transformer et à moderniser les systèmes d’éclairage, les toilettes, les systèmes de drainage, de ventilation, et de sécurité, conformément aux normes internationales les plus modernes.

Al-Azhar brille de nouveau au Caire
Les dômes sont renforcés.

« Nous n’avons pas pu changer le parterre en marbre qui couvre le sol d’origine de la mosquée qui est en pierre. Cela pouvait affecter les murs de la mosquée, on a préféré laisser le marbre actuel », déclare Abdel-Aziz, assurant que toutes les étapes ont été réalisées sous la supervision du ministère des Antiquités qui a fourni à l’équipe de travail les dessins et les documents des anciennes restaurations effectuées dans la mosquée, surtout celles de 1998 et 2011.

La mosquée au fil du temps

Al-Azhar brille de nouveau au Caire
Un des minarets éclairés et restaurés.

Fondée en 972 par le général Gawhar Al-Séqelli au nom du calife fatimide Al-Moez Lé dine Allah, cette prestigieuse mosquée-Université d’Al-Azhar a donné son nom au quartier qui est l’un des plus réputés du Caire. Depuis sa fondation, qui a duré deux ans seulement, la mosquée d’Al-Azhar a une double fonction. C’est à la fois un lieu de prière et un lieu d’enseignement. Chaque souverain gouvernant l’Egypte a voulu y laisser son empreinte. Sous les Fatimides, elle a été d’abord appelée la Mosquée du Caire, avait alors un seul minaret et occupait la moitié de l’espace qu’elle occupe aujourd’hui qui couvre une superficie de 13 300 m2. Le bâtiment actuel, très différent de la mosquée à portiques d’origine, est un mélange d’éléments d’époques diverses. Par conséquent, l’architecture de la mosquée traduit toutes les influences qui se sont combinées au fil des siècles, pour faire l’originalité et la qualité de l’architecture islamique égyptienne. Ces ajouts successifs donnent un ensemble particulièrement riche. La mosquée accueillait autrefois des milliers d’étudiants égyptiens et étrangers provenant de plusieurs pays islamiques pour étudier dans les différentes madrassas (écoles) de la grande mosquée. Aujourd’hui, la majorité des cours a lieu dans les locaux des différentes facultés de l’Université d’Al-Azhar. Dès sa construction, la mosquée a été privilégiée par les fidèles pour la prière du vendredi et pendant le mois de Ramadan. Chaque année, de nombreux croyants s’y rendent régulièrement pour célébrer ce mois sacré. Son cheikh est considéré comme la plus haute autorité en Egypte ainsi que dans les pays arabes et islamiques.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique