Tourisme > Voyages >

De la Cité du soleil au Musée du Caire

Nasma Réda, Mardi, 21 mars 2017

Soldats, policiers et archéologues étaient mobilisés cette semaine pour le transfert au Musée égyptien du Caire de six pièces d’antiquités, découvertes dans la région de Matariya.

De la Cité du soleil au Musée du Caire

Le cortège est parti le jeudi 16 mars à 1h du matin depuis le Souq Al-Khamis, situé à Héliopolis, ancienne cité du soleil et capitale de l’Egypte. Il est arrivé à l’aube au Musée égyptien du Caire de la place Tahrir auquel les pièces étaient destinées. « On a choisi de se déplacer de nuit pour bénéficier de la fluidité de la circulation », explique Mahmoud Afifi, chef du secteur des antiquités égyptiennes au ministère des Antiquités, qui accompagnait ce cortège exceptionnel. A Matariya, trois grandes pièces avaient été recouvertes d’un tissu blanc sur lesquelles des flèches rouges indiquaient les points sensibles. Les trois autres étaient conservées dans des boîtes en bois. « Pour éviter les vibrations à l’intérieur des boîtes durant le transport, le fond de celles-ci était fait de bois, de carton et d’éponge et les pièces étaient fixées par des cordes en fibres spéciales », explique Eissa Zeidan, responsable de la restauration et du transport des pièces antiques du Nouveau Grand musée. Bien que le cortège ait commencé à se déplacer à 1h du matin, les préparatifs avaient commencé à 4h de l’après-midi. Pour l’occasion, l’armée avait prêté un grand porte-char pouvant transporter jusqu’à 70 tonnes. Pendant le transport, celui-ci était précédé de trois motos et encadré par deux voitures policières.

Pour un tel convoi, sortir des ruelles du quartier populaire a été problématique, sans compter qu’il a été au centre de l’attention populaire et médiatique. L’itinéraire avait été établi à l’avance par les responsables de l’armée et les archéologues. « Vu la taille du camion et le poids des pièces, j’ai tracé un chemin plus ou moins direct sans virage important », dit Bassem Guéhad, vice-ministre des Antiquités pour le développement des ressources humaines, ajoutant qu’il a choisi un chemin plus long d’environ 20 km pour assurer la sécurité des pièces. Pendant le transport, des archéologues étaient spécialement chargés de surveiller l’état de la statue. Après avoir traversé la rue principale de Matariya, en presque une heure, ce convoi exceptionnel a emprunté le pont de Mostorod, avant de s’engager sur l’autoroute. Après être passé devant l’Université du Caire, le cortège a pris le pont de Doqqi et le pont du 6 Octobre, avant d’arriver au centre-ville du Caire. En temps normal, un tel trajet aurait dû durer une heure et demie au maximum. Le porte-char ne pouvant cependant pas dépasser les 30 km/h, l’acheminement des pièces a duré près de quatre heures. Au lever du soleil, les antiquités étaient enfin déposées dans le jardin du Musée égyptien du Caire. Selon les responsables du ministère, celles-ci y resteront six mois avant d’être transportées à l’occasion de l’inauguration du Nouveau Grand musée à Guiza, vers mi-2018.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique