Tourisme > Voyages >

Le dictionnaire de Kamal pacha s’offre au public

Doaa Elhami, Mardi, 20 septembre 2016

Plus de 80 ans après sa réalisation, le Dictionnaire hiéroglyphe-arabe, rédigé par l’égyptologue Ahmad Kamal pacha, est actuellement exposé au Musée du Caire.

Le dictionnaire de Kamal pacha s’offre au public

« Je suis sur le point de terminer le dic­tionnaire et j'ai atteint mon objectif ». Ces propos d’Ahmad Kamal pacha, le père des égyptologues égyptiens, ont été annon­cés lorsqu’il travaillait sur son Dictionnaire hiéroglyphe-arabe, en 1923. Ce dictionnaire est le fruit de 21 ans de travail et de recherche sur la civilisation de l’Egypte Ancienne. Malgré cette annonce datant de presque un siècle, ce dic­tionnaire n’a vu le jour qu’à l’occasion de l’ex­position des répliques et des publications du ministère égyptien des Antiquités en cours au Musée égyptien du Caire. « L’ex-ministre des Antiquités, Zahi Havas, a recueilli les manuscrits d’Ahmad Kamal pacha et les a publiés dans l’imprime­rie du ministère », raconte Ahmad Samir, inspecteur au Musée égyptien. La publication a respecté le nombre des volumes du dictionnaire précisé par l’auteur. Seuls 20 volumes ont été retrouvés sur les 23 composant le dictionnaire. Ces volumes longtemps conservés dans les dépôts du ministère ont dû attendre « la validation du nouveau ministre des Antiquités, Khaled Al-Anani, pour organiser une exposition pour le grand public ». « C’est l’une des plus importantes références pour les étu­diants de l’Egypte Ancienne et les égyptolo­gues », commente Ahmad Samir. Pour lui, ce dictionnaire est un monument, puisque la dernière édition est iden­tique au manuscrit d’ori­gine « qu’Ahmad Kamal pacha a rédigé à la main, et dont les pages de grand format sont beiges et non-alignées », conti­nue-t-il. Chaque volume est protégé de deux cou­vertures : la première est en papier épais tandis que la seconde est noire et ornée de hiéroglyphes dorés avec l’équivalent arabe. L’auteur a choisi comme titre Dictionnaire hiéroglyphe-arabe, et celui-ci est resté inchangé. Pour toutes ces raisons, ce dictionnaire est devenu le best-seller des publications exposées.

Le dictionnaire renferme le mot hiéro­glyphe, ses synonymes variés et leur équiva­lent en arabe. Celui-ci est encore enrichi d’explications et de commentaires en fran­çais, la langue favorite de l’auteur. « Parfois on y trouve encore les équivalents : copte, hébreu, éthiopien ou araméen … », explique l’expert en égyptologie, Louäy Mahmoud Saïd, dans son livre Kamal et Youssof, deux archéologues du bon vieux temps. Ce diction­naire explique que les hiéroglyphes et la langue arabe sont dérivés de la même racine. Même la grammaire est quasi identique. « Mon étude minutieuse de la civilisation de l’Egypte Ancienne, débutée à l’âge de 18 ans jusqu’à mes 60 ans, m’a guidé dans mes recherches, et m’a permis de démontrer que la langue de l’Egypte Ancienne et l’arabe d’aujourd’hui proviennent de la même source », a annoncé Ahmad Kamal pacha dans une conférence scientifique en 1914. Ce parti pris a freiné la publication de cette grande étude.

Tombé dans l’oubli

En 1923, l’auteur a tenté de publier son oeuvre à travers le ministère de Maaref (ancien ministère de l’Education) qui lui en proposait 4 000 L.E. Mais le directeur des publications, qui était anglais, a invité l’égyptologue anglais Firth, pour revoir le dictionnaire. « Ce dernier a refusé de corriger l’oeuvre d’Ahmad Kamal pacha, mais a demandé au directeur du Musée égyptien qui était à cette époque un Français, Lacos, d’y participer. Ce dernier a refusé de publier l’ouvrage pour qu’il reste la propriété des Français », retrace l’expert Louäy Mahmoud Saïd. Après la parution du célèbre Dictionnaire de Berlin quelques années plus tard, celui d’Ahmad Kamal pacha est tombé dans l’oubli. Il faudrait attendre les années 1960 pour que l’affaire du dictionnaire surgisse à nouveau. Les héritiers de Kamal pacha crai­gnaient alors le vol de l’ouvrage et souhaitaient qu’il ait été édité. Toutes les tentatives ont échoué. Dans les années 2000, enfin, le premier dictionnaire rédigé, Dictionnaire hiéroglyphe-arabe, est publié dans les imprimeries du ministère égyptien des Antiquités. Et ce trésor de la civilisation égyptienne devient enfin accessible au public.

Lien court: