Tourisme > Voyages >

Deir Al-Madina continue de livrer ses secrets

Mardi, 30 août 2016

Situé à l’ouest de Thèbes, le village de Deir Al-Madina est un village où résidait la confré­rie des artisans chargés de construire les tombeaux et les temples funéraires des pha­raons et de leurs proches durant le Nouvel Empire (de la XVIIIe à la XXe dynastie).

Le site antique de Deir Al-Madina recèle actuelle­ment de vestiges d’un village, d’une nécropole et d’une zone culturelle, laissés par la commu­nauté d’ouvriers et d’artisans ayant oeuvré à la réalisation des tombes royales. Ce site, grâce aux témoignages uniques sur l’âge d’or égyp­tien qu’il a fournis (maisons des ouvriers, textes documentaires ou littéraires, dessins, céramiques et mobiliers divers), a permis aux archéologues et aux égyptologues de rendre compte de la vie quotidienne de cette période. Les habitants de Deir Al-Madina sont à l’ori­gine d’une grande partie des tombes de la Vallée des rois et des temples funéraires qui longent la rive ouest du Nil. Sur le flanc de la colline bordant le village, les tombes des ouvriers ont été construites et décorées par les ouvriers de la nécropole eux-mêmes.

Loin d’avoir livré tous ses secrets, ce site, fouillé par l’IFAO depuis 1921, continue acti­vement à faire l’objet, chaque année, de fouilles et de nettoyages. La plupart des pro­jets menés à Deir Al-Madina se basent sur une coopération entre différents spécialistes. « Les égyptologues qui étudient les tombes du site tra­vaillent de pair avec des restaurateurs. En plus de préserver les monuments, ces derniers aident les égyptologues à mieux comprendre comment les décors ont été conçus, et surtout, ils améliorent la lecture des textes et des scènes par leur tech­nique de nettoyage fine et précise. La mission travaille également avec un topographe spécialisé dans la photogrammétrie (modélisation 3D par photographie et production de photos orthonor­mées). L’emploi de cette technique permet, en outre, aux égyptologues de mieux comprendre le développement architectural d’une tombe, la manière dont elle a été creusée et son articulation par rapport aux autres tombes avoisinantes », explique le président de la mission, Cédric Gobeil

Lien court: