Tourisme > Voyages >

Facebook au service de l’égyptologie

Doaa Elhami, Mardi, 02 août 2016

Un an après son lancement, la page officielle Facebook du Musée égyptien fait régulièrement évoluer son interaction avec les internautes.

Facebook au service de l’égyptologie

Des photos d’une dizaine de pièces archéologiques ont récemment été publiées sur la page Facebook officielle du Musée égyptien. Objectif : Faire sélectionner celles du mois d’août après la réussite de l’expérience du vote électronique pour celles du mois de juillet, par les visiteurs de la page. C’était une première fois pour la direction du musée. « Grâce à notre page officielle Facebook, j’ai invité les visiteurs à choisir la plus belle pièce », explique Sabah Abdel-Razeq, directrice du département des expositions temporaires. Cette initiative marque la première année d’existence de la page. Durant les 12 mois derniers, la page a beaucoup évolué, a vu et verra plusieurs nouveautés.

Au début, Yasmine Al-Chazli, ex-directrice du bureau d’enregistrement au Musée égyptien et assistante pour les affaires des musées au ministre des Antiquités, a décidé de créer un compte Twitter nommé « Museum Week ». Il publiait les chefs-d’oeuvre des musées de toute l’Egypte, accueillait les propositions et échangeait les informations concernant d’autres musées. Ensuite, une nouvelle page officielle a été ouverte sur Facebook avec de plus modestes moyens. D’après Iman Ahmad Hassan, responsable de la page Facebook du musée, « seule notre page est officielle. Toutes les nouvelles du musée (conférences, expositions, événements, célébrations …) y sont diffusées. D’ailleurs, cette page nous a aidés à diffuser le patrimoine égyptien au grand public, égyptien ou pas, explique Iman Ahmad Hassan. L’équipe de la page y publie des contes fabuleux de certaines pièces : le récit de la découverte du fameux couple de l’Egypte Ancienne, Rê Hotep et Nefert par exemple ».

L’équipe de la page invente aussi des devinettes nommées « La pièce mystérieuse ». Les visiteurs doivent répondre à des questions afin d’identifier l’oeuvre en question. Pour Iman Ahmad Hassan, cette méthode est attirante, surtout chez les visiteurs de 13 à 14 ans.

Facebook au service de l’égyptologie
La pièce votée par les visiteurs du site.

La page est aussi enrichie de petites vidéos qui enregistrent les restaurations des pièces récemment restituées au pays. Elle comprend encore les photos privées que les visiteurs ont prises pendant leur visite au musée. Actuellement, le nombre des visiteurs de la page a atteint le nombre de 6 000 personnes, de différents âges et nationalités, Arabes et Européens.

D’après les jeunes égyptologues, cette page, encore à ses débuts par rapport à celles d’autres musées mondiaux, sera enrichie de plusieurs nouveautés pour l’interaction avec le public. Elle accueille d’ailleurs toutes les bonnes propositions et les commentaires de ses visiteurs.

Lien court: