Tourisme > Voyages >

Assiout: Un musée tant attendu

Doaa Elhami, Mardi, 15 janvier 2013

Le palais d’Alexan Abiscaroun sera transformé en musée. Une décision qui devrait permettre de lancer le tourisme dans la ville.

un musee1
La richesse des reliefs décoratifs distinguent les façades du palais. (Photos: Doaa Elhami)

Au coeur de la ville d’Assiout, en Haute-Egypte, le palais d’Alexan se dresse majestueusement. Unique en son genre, ce palais est un modèle de l’architecture européenne classique connue par les styles rococo et baroque. De même, il ne souffre d’aucune détérioration malgré ses 100 ans. Sans oublier les événements historiques qui s’y étaient déroulés. Pour toutes ces raisons, les autorités égyptiennes avaient décidé, depuis plus d’une quinzaine d’années, de transformer le palais d’Alexan en musée national. Cette décision a été concrétisée depuis quelques semaines seulement.

L’histoire a commencé vers la fin de 1995, lorsque le ministre de la Culture à l’époque, Farouq Hosni, avait décidé d’exproprier les propriétaires du palais d’Alexan et de l’enregistrer en tant que monument islamique. Par conséquent, le premier ministre de l’époque avait pris la décision de transformer le palais en musée. Une telle décision était attendue par les citoyens qui pensent que la création de ce musée va profiter au gouvernorat. Elle permettra aux citoyens aussi bien qu’aux touristes de visiter cet unique palais monumental dans le gouvernorat. Mais depuis, aucune démarche n’a été prise.

Il a fallu attendre fin 2010 pour créer plusieurs comités composés de membres du secteur des musées, de la police du tourisme et des antiquités, du gouvernorat d’Assiout et du bureau des antiquités dans le gouvernorat. Ces comités étaient chargés d’ouvrir le palais et d’enregistrer les pièces afin de choisir celles qui sont susceptibles d’être exposées. Depuis cette date, soit le 10 novembre 2010, le palais d’Alexan est enregistré comme antiquité islamique à Assiout, à l’exception du premier étage d’une annexe qui se trouve au sud du palais. Ce dernier est occupé par une société qui demande un délai pour vider les lieux. Ces démarches ont été finalisées en novembre dernier grâce au versement d’une somme d’un million et demi de livres environ par le Conseil suprême des antiquités. Ainsi, le palais est prêt à être transformé en un musée national qui racontera l’histoire de tout le gouvernorat d’Assiout à travers les pièces exposées. Le musée renfermera des objets allant des périodes prédynastiques jusqu’à nos jours, en passant par les époques pharaonique, gréco-romaine, copte et islamique. Le nombre de pièces avoisinera les 300 pièces. Des objets représentatifs de la civilisation de Deir Tassa (4200 av. J.-C.), tels que les haches et les coupes en forme de fleurs ainsi que les accessoires fabriqués de coquilles et les récipients en argile noire, représenteront l’époque prédynastique. Aussi la civilisation d’Al-Badari qui remonte à l’an 5000 av. J.-C. y sera présente grâce aux statues d’ivoire et au mobilier funéraire. Le musée comprendra aussi les pièces les plus connues appartenant à Assiout, mais qui ont été transférées dans d’autres gouvernorats, à l’instar de l’autel de l’église de Bawit exposé actuellement au Musée copte au Caire, ainsi que des pièces de monnaie dorées qui représentent la même époque. D’ailleurs, plusieurs récipients en argile décorés et conservés dans les dépôts verront enfin le jour grâce à ce musée, sans oublier les morceaux de tissus en lin sortis des dépôts archéologiques d’Achmounein à Minya. De même, certains objets personnels de la famille Abiscaroun, propriétaire du palais, occuperont des places distinguées au sein du musée, car ils témoigneront d’une époque perdue de l’histoire égyptienne.

A ce jour, les autorités n’ont pas encore défini la muséologie des pièces qui seront exposées. Elles n’ont pas précisé les différentes activités qu’offrira le musée aux citoyens d’Assiout qui attendent impatiemment son ouverture. Ce musée sera un lieu de rencontres culturelles pour eux. Il va aussi attirer les touristes qui pourront connaître l’histoire de cette ville à travers les temps et admirer l’architecture inédite du palais d’Alexan Abiscaroun .

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique