Tourisme > Voyages >

30 millions de L.E. pour restaurer Al-Azhar

Nasma Réda, Mardi, 15 septembre 2015

La grande mosquée d’Al-Azhar, lieu hautement symbolique pour les fidèles, est l’objet de profondes restaurations. Les travaux devraient durer plus d’un ans, mais n’entraveront pas les prières quotidiennes.

30 millions de L.E. pour restaurer Al-Azhar
L'ex-premier ministre en visite de la citerne au cours de la grande mosquée.

Un grand projet de restauration de la mosquée d’Al-Azhar vient d’être lancé par le ministère des Antiquités. Destination privilégiée des fidèles et des étudiants en droit islamique venant des quatre coins du monde, la mosquée d’Al-Azhar a été fondée en 970, pendant l’époque fatimide par le commandant Gahwar Al-Séqelli.

« C’est un don de 30 millions de L.E. du défunt roi d’Arabie saoudite, Abdallah Bin Abdel-Aziz, décidé avant sa mort, qui va permettre de restaurer cette mosquée, symbole du monde islamique. Les travaux de rénovation et de restauration ont commencé progressivement. Il est prévu qu’ils prennent fin d’ici un an et demi », explique Mohamad Abdel-Aziz, vice-ministre des Antiquités.

C’est une entreprise saoudienne, nommée Ben Laden, qui est chargée d’exécuter le projet de restauration sous la supervision du ministère. Des analyses de toutes les inscriptions, des pierres et du bois utilisés ont déjà été effectuées afin de déterminer les matériaux les plus proches de ceux d’origine. L’équipe d’archéologues a également retiré toutes les pièces de marbre des sols des trois écoles (madrassas) qui se trouvent dans la mosquée : Madrassa Al-Gawhariya, Madrassa Al-Taybarsiya et Madrassa Al-Aqbaghawiya.

Mohamad Abdel-Aziz ajoute que d’importants travaux concernent les anciennes salles de bains qu’il faut transférer ailleurs afin « qu’elles ne cachent plus la mosquée et sa façade ». De même, tous les réseaux électriques et l’ensemble de l’éclairage seront changés.

Le comité permanent des monuments islamiques et coptes avait accepté en février dernier le projet de rénovation à condition qu’il « n’entrave pas les prières au sein de l’édifice », indique le vice-ministre des Antiquités.

Le début de la restauration a révélé une surprise : la découverte, sous le sol de la cour de la mosquée, d’une profonde fosse. Il s’agit d’une importante citerne de 6 m2. « Il est probable que ce réservoir, semblable à celui de la mosquée de Mohamad Ali dans la Citadelle, fut utilisé comme une réserve en cas de besoin », indique le directeur du département des sites coptes et musulmans, Mohamad Abdel-Latif.

L'ex-premier ministre, Ibrahim Mahlab, en visite sur les lieux, a fait savoir que ce réservoir devrait être ouvert au public pour la visite, ce qui exige le renforcement de ses parois avec des blocs en pierre. « Une fois cette citerne restaurée, elle sera protégée par des vitres et éclairée jour et nuit pour montrer son architecture aux visiteurs », se réjouit Abdel-Latif.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique