Economie > Economie >

Cloud Computing : Un vecteur d’économie pour les PME

Dahlia Réda, Mardi, 11 novembre 2014

Outil informatique via Internet, le Cloud Computing permet de réduire les coûts de fonctionnement des Petites et Moyennes Entreprises (PME). L’Hebdo explore le potentiel de développement de ce nouveau domaine d’investissement en Egypte.

Cloud
Les PME ont beaucoup profité du Cloud Computing notamment les centres d'appel. (Photo : Al-Sayed Abdel-Qader)

« Notre centre d’appels a énormément profité du recours au Cloud Coumputing pour développer des outils de messagerie et de partage de documents. Après l’installation sur Cloud, cette plateforme permet aux agents du centre d’appels de partager leurs agendas en ligne, de gérer leur planning à distance », déclare Ahmad Assem, directeur d’un centre d’appels. Ce constat est celui que se font, de plus en plus, d’entrepreneurs et chefs d’entreprise qui ont choisi d’utiliser le cloud computing.

Le fait que les entreprises ne soient plus obligées d’acheter des logiciels coûteux, ainsi qu’employer des ingénieurs et comptables pour utiliser ces logiciels peut être très lucratif pour des milliers de PME en Egypte. L’alternative est d’ailleurs simple d’accès et d’utilisation.

Le Cloud Computing est l’usage d’un réseau de serveurs distants, via le Web pour le stockage, le traitement et la gestion des données, au lieu d’un serveur local ou un ordinateur personnel. Ce sont des solutions et des services à coûts réduits ou gratuits, ce qui permet d’énormes économies notamment pour les PME. « Le Cloud est devenu la solution la moins chère pour les petites et moyennes entreprises. Il est temps que ces entreprises l’adoptent pour être capables de piloter l’économie », a déclaré Frederico Carvalho, directeur régional des activités auprès d’Intel, lors de la conférence de ICT Cairo.

Parmi ces services, le partage de documents, le partage des messageries en ligne, la création d’une plateforme collaboratrice pour améliorer l’accès de commerciaux à l’information (CRM), et la gestion des écoles, des hôpitaux et des centres d’appels. Carvalho souligne que les avantages du Cloud sont nombreux. « Cette plateforme d’échange hébergée sur le Cloud permet aux employés de PME de partager leurs agendas en ligne, de gérer leur planning à distance, les utilisateurs peuvent également utiliser leur smartphone, et n’ont pas besoin de se connecter à leur propre PC pour avoir accès aux données. Il ajoute que ce partage de l’information via le Cloud réduit les dépenses, et contribue à augmenter la productivité », affirme-t-il.

Réduire de 20% les coûts

Néanmoins, sur le marché égyptien, la majorité des petites entreprises ne sont pas encore connectées à Internet, et ne sont pas informées de ce que le Cloud propose. Tamer Gadallah, directeur général chez TE Data, le fournisseur Internet détenu par Telecom Egypt, espère que la situation évoluera avec le temps. Il souligne que ce système réduira plus de 20 % de dépenses des sociétés, et évitera des dépenses supplémentaires que représentent les salaires des ingénieurs et des administrateurs.

Gadallah ajoute que TE Data planifie d’envahir ce domaine encore vierge, en proposant ce service aux PME égyptiennes. « Ce service sera présenté parmi un paquet complet (mobile, Internet, Cloud et ses applications) proposé par Telecom Egypt pour les PME dans les mois à venir », déclare-t-il. Et d’ajouter que sa société injectera 58 millions de L.E., en investissement dans Internet à haut débit, afin de booster le secteur du Cloud. TE Data n’est, en fait, qu’un retardataire, Mobinil ainsi que Vodafone offrent déjà ce service. Pour sa part, Inas Refaei, chef du département de l’innovation et des propositions pour les PME auprès de Mobinil, qui compte plus d’un millier de clients souscrivant au Cloud, souligne que « le nombre est encore limité, et le chemin est encore long pour promouvoir ce service. Il a en premier lieu besoin de grandes campagnes marketing pour assurer sa crédibilité aux clients, ainsi qu’une révision de la législation pour garantir la sécurité des données ».

Malgré le fort potentiel, les fournisseurs du Cloud Computing sont confrontés à de nombreux obstacles qui menacent leur croissance. Amr Sokkar, directeur général et fondateur de Proventures Consulting&Solutions, énumère ces risques: un réseau Internet limité et le risque d’une coupure probable du service, dû aux coupures régulières d’une des lignes maritimes ces dernières années, ainsi que les coupures répétitives de l’électricité. Toutes ces raisons sont autant d’entraves au développement des sociétés égyptiennes dans ce domaine. « Et donc la concurrence entre prestataires internationaux et locaux ne sera pas en faveur de ces derniers ». Pour Sokkar, le premier désavantage à la compétitivité de l’Egypte est le prix élevé d'Internet à haut débit ainsi que la faiblesse de son infrastructure, par rapport à ses concurrents étrangers. « Et donc un fournisseur de service local qui veut s’installer en Egypte aura à concurrencer le géant international Amazon, qui offre ce service à 300 L.E., alors qu’il coûte à un prestataire égyptien pas moins de 500 L.E. », estime Sokkar. Il ajoute que le gouvernement égyptien doit préparer le terrain, en fournissant une distribution stable en électricité, et en développant une couverture du réseau Internet qui soit suffisante. « Sinon, comment les PME travaillant dans ce domaine pourraient faire face aux quatre grandes sociétés de téléphonie mobile, et les pionniers dans ce domaine comme Intel, Google et IBM? » s’interroge-t-il.

En dehors de la question de compétitivité, le gouvernement étudie une offre de la compagnie émiratie Avaya, présentée par Sharif Khairallah, directeur du département de système d’information. Ce partenariat viserait le développement des données gouvernementales, afin de fournir les services du Cloud Computing aux diverses organisations gouvernementales, via la création d’un énorme réseau public. Ce partenariat semble une option tout à fait possible pour le gouvernement égyptien, compte tenu de la réussite d’un même projet par la société Avaya aux Emirats arabes unis.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique