Economie > Economie >

Canal : Certificats lucratifs à saveur patriotique

Marwa Hussein, Lundi, 08 septembre 2014

Les Egyptiens ont chaleureusement accueilli les certificats d'investissement du Canal de Suez. Au premier jour de souscription, 10 % des 60 milliards de L.E. avaient déjà été achetés. L’offre est, en effet, alléchante.

Canal
Le gouvernement n'a pas précisé de date pour la n de la souscription. (Photo : Yasser Al-Ghoul)

Au Deuxième jour du lancement des certificats d’investissement du Canal de Suez, le gouvernement avait déjà collecté 14,5 milliards de L.E. (environ 2,2 milliards de dollars). L’objectif du gouvernement est d’atteindre les 60 milliards de L.E. nécessaires à financer l’élargissement du Canal et le creusement de 6 tunnels sous le Canal.

« Je vais acheter un certificat à 1 000 L.E. pour aider le pays », lance fièrement Awad Al-Sayed, employé des chemins de fer à la retraite. Après avoir passé deux heures dans une branche de la banque Al-Ahly, il a tenté sa chance au siège de la banque Misr où 50 « investisseurs » attendaient déjà avant lui.

Jeudi 4 septembre, au premier jour du lancement des certificats, des centaines de personnes se sont ruées aux sièges de la banque Al-Ahly et de la banque Misr, 2 des 4 banques autorisées. Il y en a ceux qui achètent, mais aussi ceux qui sont venus se renseigner sur les termes des certificats.

Parmi les acheteurs : des retraités, des employés ou des femmes au foyer.

Fatma Al-Sayed, en une tenue paysanne, est venue investir 100 L.E. (14 dollars). « C’est pour le pays : le rendement sur 100 L.E. n’est pas si important », dit-elle. Elle n’est pas la seule à répéter ce slogan. Plusieurs sont venus avec le sentiment d’accomplir un acte patriotique. Les achats de certificats s’étendent de 100 L.E. à 8 millions de L.E., selon Kamel Ibrahim, directeur de la branche Nile Plaza de la banque Al-Ahly.

Anticipant cet afflux, le gouverneur de la Banque Centrale avait décidé de prolonger les horaires de travail dans les banques jusqu’à 18h. Les directeurs des branches ont la possibilité de prolonger davantage les horaires au cas de présence de clients. « Nous sommes restés jusqu’à 19h30 le premier jour », dit Moustapha Khalil, directeur de la branche principale de la banque Misr.

12 % d’intérêts annuels

Investir dans ces certificats est relativement lucratif : le taux d’intérêt de 12 % annuellement offert sur les certificats est plus élevé que toute autre forme d’épargne liquide. Le taux d’intérêt offert sur l’épargne par les banques Misr et la banque nationale d’Egypte (Al-Ahly) est actuellement de 10,5 % sur les certificats Platinium. Les mêmes banques offrent 6,5 % d’intérêts sur les comptes d’épargne.

En plus, ces certificats sont garantis par le ministère des Finances et la Banque Centrale. « Je vais acheter des certificats pour 100 000 L.E., ma prime de fin de service que j’avais dans un compte d'épargne, avec un taux d’intérêt de 6 %. C’est un bon investissement », dit un ancien employé dans une compagnie de pétrole.

Nabila est venue avec sa fille acheter des certificats pour 2 000 L.E. Mais elle a décidé de prendre son temps et de réfléchir, car si elle retire son argent avant les 5 ans prévus, le taux d’intérêt sera réduit. « C’est tout l’argent que possède ma fille, elle peut en avoir besoin au bout d’un moment », explique-t-elle.

Pour que les certificats voient le jour, le gouvernement a dû promulguer une loi relative au Canal de Suez lui permettant de s'endetter sans limite. La nouvelle loi, publiée le 2 septembre, permet à l’Autorité du Canal de Suez de demander aux 4 banques d’émettre les certificats et de verser les sommes directement sur un compte de l’Autorité du Canal auprès de la Banque Centrale. Le taux d’intérêt et le remboursement passeront également par ce compte.

Hani Guéneina, directeur des recherches auprès de la banque d’investissement Pharos, estime que ces certificats, garantis par le gouvernement, sont de bons investissements.« Les revenus du Canal sur une seule année vont couvrir les intérêts », dit il.

Il ajoute qu’il n y aura pas d’effet négatif sur la capacité des banques à prêter, vu que les dépôts bancaires s’élèvent à 900 milliards de L.E., alors que la totalité de la somme sollicitée est de 60 milliards de L.E. « On n'a rien à craindre. En plus, une partie des fonds versés dans ces certificats viendra d’épargnes personelles », assure-t-il.

Pas de conséquences néfastes

Hicham Ramez, gouverneur de la Banque Centrale, estime par ailleurs que ces certificats vont attirer de nouveaux clients pour les banques, ce qui évitera d’impacter le taux de croissance des dépôts, un taux d’environ 20 % lors des deux dernières années. Le fort taux d’intérêt attire aussi quelques épargnants qui maintenaient jusqu’alors leurs économies en dollars. « Nous avons noté que des gens commençaient à vendre leurs dollars pour acheter les certificats d’investissement du Canal de Suez », a aussi avancé Hicham Ramez, lors d’une conférence de presse qui a précédé le lancement des certificats. Il a estimé que le revenu total sur les certificats sera au total de 5,3 milliards de dollars, soit quasiment l’équivalent des revenus du Canal en un an.

Les certificats sont offerts exclusivement aux Egyptiens, personnes physiques et morales, à 10, 100 et 1 000 L.E., à montants illimités, à échéance de 5 ans. Les dividendes seront payés de façon trimestrielle pour les certificats de 1000 L.E., alors qu’ils seront versés à la fin des 5 ans pour les deux premières catégories.

Les banques Al-Ahly, Misr, Le Caire et celle du Canal de Suez sont les seules autorisées à émettre les certificats. Mais les clients des banques privées peuvent également les acheter à travers leurs banques. Si la souscription des certificats ne couvre pas le montant sollicité, un consortium de banques publiques mettra en place un prêt conjoint pour la somme restante.

Mots clés:
Lien court: