Economie > Economie >

La Révolution 8 ans après : Les réalisations expliquées par les responsables

Gilane Magdi et Amani Gamal El Din, Mardi, 29 juin 2021

Les ministres du groupe économique ont assisté, dimanche 27 juin, à un colloque organisé à la Fondation Al-Ahram. L’occasion de passer en revue les réalisations de l’Egypte dans les différents domaines.

Les réalisations expliquées par les responsables
Le PDG de la Fondation Al-Ahram, Abdelmohsen Salama, le rédacteur en chef du quotidien Al-Ahram, Alaa Sabet, et notre rédactrice en chef, Névine Kamel, avec les ministres du groupe économique.

Mohamad Maeit, ministre des Finances

Les réalisations expliquées par les responsables

Le ratio de la dette par rapport au Produit Intérieur Brut (PIB) n’a cessé d’augmenter pendant la période suivant la Révolution de 2011 pour atteindre son plus haut niveau en juin 2017, soit 108 %, et les services de la dette par rapport aux revenus avaient atteint 40 %. C’était la situation la plus pire pour notre pays. C’est pourquoi nous avons décidé d’entreprendre des pas accélérés dans le programme de réforme au niveau de la consolidation fiscale et du ratio de la dette. Ce dernier par rapport au PIB a alors reculé à 90,4 % en juin 2019 et à 88 % en juin 2020, contre 83 % prévu avant la pandémie. La pandémie nous a obligés à changer nos prévisions budgétaires à cause de la baisse des revenus résultant du confinement et de l’augmentation des dépenses nécessaires pour donner des paquets de stimuli aux secteurs les plus touchés. Le taux de croissance du PIB a également baissé de 5,6 % avant la pandémie. Un taux qui a connu une grande chute à 2,8 % en 2020-2021, contre 6 % prévu si ce n’était la pandémie. Les taux des services de la dette-revenus budgétaires a baissé de 40 % en juin 2016 à 34 % pendant l’année financière en cours et sont prévus d’atteindre 31 % en 2021-2022. Ce recul signifie sans doute que le service de la dette est sous contrôle et il y a un excédent budgétaire suffisant pour le verser. Avant la pandémie, cet excédent avait atteint 105 milliards de L.E. signifiant ainsi que les revenus ont couvert les dépenses et 105 milliards de L.E. pour le service de la dette. Avant le programme de réforme, je ne trouvais pas 15 millions de dollars pour débloquer le paiement du vaccin contre l’hépatite C. Les exportateurs de blé refusaient d’expédier les cargaisons des ports avant de percevoir leurs sommes dues en raison du manque de confiance en l’économie égyptienne. Aujourd’hui, ils nous envoient des cargaisons dont le paiement est dû en 6 mois. Le fait de posséder un bon niveau de réserves monétaires à la hauteur de 40 milliards de dollars nous rend capables de garantir l’approvisionnement des différents biens élémentaires (pain, blé, médicaments et produits pétroliers) aux citoyens.

Rania Al-Machat, ministre de la Coopération internationale

Les réalisations expliquées par les responsables

Pour chaque dollar dépensé dans les projets de développement durable, nous avons voulu calculer les profits qui ont impacté le citoyen. Les résultats de cette équation ont été compilés dans un livre qui vient de paraître. Le livre met en lumière l’adoption du ministère de la Coopération internationale d’un cadre de diplomatie économique afin de consolider les relations économiques de l’Egypte avec les partenaires de développement multilatéraux et bilatéraux. Cette chronique pourrait servir de référence pour d’autres pays émergents et en développement pour l’échange des connaissances et le transfert des expériences.

Le livre comprend également une carte détaillée publiée sur le site du ministère avec tous les détails du portefeuille de financement du développement d’un montant de 25,6 milliards de dollars destinés à 377 projets en cours d’exécution. La carte permet d’identifier les projets mis en oeuvre dans le cadre de chaque objectif, ainsi que le rôle du partenaire au développement qui finance le projet. Et met en lumière les avantages perçus par les bénéficiaires, qu’ils soient publics ou privés. Le livre donne une vue d’ensemble sur la répartition des projets financés par les partenaires de développement dans chacun des objectifs de développement durable dans tous les gouvernorats de la République.

Amr Talaat,ministre des Télécommunications et de la Technologie de l’information

Les réalisations expliquées par les responsables

Le ministère a entamé en 2019 un projet consistant à augmenter des services d’Internet à haut débit et l’infrastructure technologique des services d’Internet avec des investissements à la hauteur de 30 milliards de L.E. La mise en application de ce projet a entraîné l’augmentation de la vitesse d’Internet à 37,5 mégabyte/seconde actuellement, contre 6,5 mégabyte/seconde en 2014, soit une hausse de 7 fois plus. Plusieurs projets ont été mis en oeuvre pour créer une liaison en fibre optique entre les établissements gouvernementaux dans l’espace de trois ans. 13 000 établissements ont été reliés d’un total de 32 000, alors que le reste sera connecté dans les 18 prochains mois. La liaison des fibres optiques inclut également les écoles, ainsi que les maisons et les établissements gouvernementaux dans le cadre de l’initiative de Hayah Karima. Au niveau du commerce électronique, son volume a augmenté de 20 % en 2020, l’année de la pandémie pendant laquelle les achats à travers les réseaux électroniques ont subi une grande hausse. Le ministère possède également un plan pour moderniser les bureaux de la Poste égyptienne. 1 600 ont été déjà modernisés entre 2019 et 2020, et 1 500 sont en cours de modernisation pendant l’année en cours. 500 nouveaux bureaux seront créés et 100 bureaux mobiles dans les zones surpeuplées. Les exportations numériques ont augmenté à 4,1 milliards de dollars en 202-2021, contre 2,3 milliards de dollars depuis deux années financières.

Ali Al-Mosselhi, ministre de l’Approvisionnement et du Commerce intérieur

Les réalisations expliquées par les responsables

En matière de sécurité alimentaire, le gouvernement cible des réserves stratégiques de 6 mois, contre 2 en 2014. Pour le blé aujourd’hui, il y a 6,4 mois de réserves; le sucre 5,7 mois pour la viande, des contrats avec le côté soudanais assurent la disponibilité jusqu’à 24 mois. Les réserves stratégiques ont évité les fluctuations des prix. Même avec la flambée des prix mondiaux de l’huile à 55 %, le pays a maintenu les prix qui ont augmenté seulement de 15 % après le mois de consommation du Ramadan. En effet, la numérisation a joué un rôle pour sécuriser les besoins alimentaires dans la réactualisation des données des bénéficiaires et la modernisation des bureaux de Tamwine à 100 %.

Névine Gamie, ministre du Commerce extérieur et de l’Industrie

Les réalisations expliquées par les responsables

La stratégie-pilier de l’Etat est l’industrie. Le rôle et les objectifs du concept de localisation de l’industrie qui est évoqué couramment ces derniers temps ont été redéfinis, ceux-ci consistant à ce que les composantes des produits soient égyptiennes à 55 %. Ce fut une étape importante avant de passer à la prochaine qui était cruciale pour l’économie égyptienne, à savoir la promotion des exportations avec un produit compétitif et de qualité afin de réaliser l’objectif cible du gouvernement de 100 milliards de dollars d’ici 2025. Le plan de promotion des exportations a reposé sur deux axes, le remaniement du programme de soutien financier et un intérêt primordial porté aux Petites et Moyennes Entreprises (PME). Des arriérés accumulés depuis 2016 ont été versés aux exportateurs qui ont été préjudiciés à cause du confinement, afin de préserver la maind’oeuvre et le fonctionnement des usines via un versement immédiat de leurs dus, dont le montant a atteint 27 milliards de janvier jusqu’en avril 2021. Des programmes de soutien privilégiés étaient destinés aux PME, Le gouvernement égyptien tient à accomplir une complémentarité entre elles et les grandes entreprises, surtout celles du secteur industriel, pour réaliser la notion de cluster industriel.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique