Economie > Economie >

Covid-19: Les recettes du FMI pour les économies arabes

Salma Hussein, Lundi, 20 avril 2020

Aucun pays de la région arabe ne sera épargné par les séquelles écono­miques du Covid-19, avertit un rapport du Fonds Monétaire International (FMI), qui propose des solutions pour sortir de la crise. L’Egypte est cependant parmi les pays les mieux lotis pour y faire face. Lecture.

Sauver les vies, c
Sauver les vies, c'est la 1re priorité des politiques, souligne Jihad Azour du FMI.

La tempête parfaite. C’est ainsi que le Fonds Monétaire International (FMI) décrit la crise éco­nomique provoquée par le coronavi­rus dans les pays arabes, notamment les pays importateurs de pétrole, dont l’Egypte fait partie. Le rapport « Perspectives économiques régio­nales », publié à l’occasion des réu­nions bisannuelles du FMI et de la Banque mondiale, propose des poli­tiques qui peuvent représenter une issue à la crise.

Les pays de la région arabe en plus de l’Afghanistan et du Pakistan per­draient l’équivalent de 4% de leur PIB en raison de la crise. « C’est comme si on retranchait 425 mil­liards de dollars des revenus de ces pays », explique Jihad Azour, direc­teur du département Moyen-Orient et Asie centrale au FMI, lors d’une conférence de presse virtuelle.

Tout d’abord, la région souffre du ralentissement de la croissance glo­bale, ce qui affecte les chaînes de valeurs mondiales basées dans la région, ainsi que les petites et moyennes industries riches en emplois. Ainsi, si la demande mon­diale sur le prêt-à-porter se replie, les usines en Egypte, en Tunisie et en Jordanie qui fabriquent des pantalons ou des chemises pour H&M seront obligées de couper leurs productions et ainsi de suite.

De plus, les mesures gouvernemen­tales pour contenir le virus vont réduire le pouvoir d’achat des citoyens dans la région. Le secteur le plus touché sera le tourisme.

Les pays les plus touchés seront les pays exportateurs de pétrole, qui doi­vent faire face à une baisse sans pré­cédent des cours du pétrole. La plu­part de ceux-ci connaîtraient une croissance négative en 2020, couplée de déficits budgétaires croissants, qui passeraient en moyenne de 2% à 10%, selon le rapport. En Iraq, en Iran et en Algérie, la capacité d’atté­nuer la crise est limitée.

L’Iran était déjà en récession avant d’être fortement frappé par le corona­virus. Le FMI prévoit que l’économie connaîtrait une contraction de 6%. Le recul en Algérie serait de 5,2%. L’Iraq, où les émeutes sociales étaient à leur apogée quand le coronavirus est apparu, verrait son économie rétrécir de près de 5% (voir gra­phique).

L’Arabie saoudite, le Koweït et les Emirats arabes unis sont d’ailleurs mieux équipés pour faire face à la crise « grâce aux grandes sommes investies dans les fonds souverains », indique le rapport.

Les pays non pétroliers,

les moins affectés

Si la baisse des prix du pétrole représente une opportunité pour les économies non pétrolières, le corona­virus représente un défi sur le plan humanitaire et économique augurant d’une hausse du chômage, qui était déjà à plus de 9 % en moyenne avant la crise. Ces économies reculeraient de 1 % en 2020. Notamment en rai­son de la baisse des investissements et des rémittences des travailleurs à l’étranger. Les dettes publiques ris­quent d’augmenter, mais il y a aussi un risque de défaut de paiement.

Des pays qui ont connu une année difficile en 2019, comme le Liban, le Soudan ou le Pakistan, seront plus affectés que les autres. Les pays qui possèdent une industrie d’extraction de minerais épanouie, telles l’Egypte et la Mauritanie, sont en meilleure position. L’Egypte peut aussi bénéfi­cier de la demande mondiale crois­sante sur ses produits dans les chaînes de valeurs mondiales (remplaçant d’autres pays plus affectés par le coronavirus et par le confinement). Mais le rapport prévoit pour l’Egypte une croissance à 2%, soit moins de la moitié des prévisions officielles. Le ministère des Finances a publié la semaine dernière le budget de l’Etat où il prévoyait une croissance de 4,5%. « Nous sommes prêts à réviser notre prévision à la lumière des évo­lutions de la situation humanitaire et économique », a déclaré le ministre des Finances, Mohamad Maeit.

Le rapport affirme qu’il serait plus difficile aux pays de la région d’em­prunter à l’extérieur et que certains pays pourraient connaître une déva­luation de leurs devises. La région est plus exposée au manque de certains biens importés, puisqu’elle est plus dépendante de l’importation que l’en­semble des pays émergents et en développement.

La santé, un domaine prioritaire

Le FMI a souligné dans son rapport les domaines prioritaires pour contrer la crise. Tout d’abord, le financement public du secteur de la santé, même au détriment d’un déficit budgétaire plus large, une première pour une institution dont le rôle primaire est d’aider les pays à consolider leurs finances publiques. « La priorité immédiate est de sauver des vies. Les gouvernements doivent continuer à consacrer leurs dépenses essentielles à la santé, en remettant à plus tard toute autre dépense non essentielle », recommande Azour.

Et d’ajouter que des politiques doi­vent être mises en place afin de proté­ger les moteurs de croissance. « Il s’agit notamment de mitiger l’impact de la crise sur les ménages, les sec­teurs les plus endommagés et les petites et moyennes entreprises », ajoute-t-il. Le rapport salue les mesures prises par certains pays, dont l’Egypte, d’augmenter les allocations financières aux plus démunis. Il appelle les banques à faciliter l’em­prunt aux ménages aussi bien qu’aux PME. Avoir recours à ces mesures, pour les auteurs du rapport, c’est réussir à « voler dans des cieux turbu­lents » .

1

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique