Economie > Economie >

La Banque mondiale soutient l’Egypte

Marwa Hussein, Mardi, 22 octobre 2019

L’Egypte et la Banque mondiale ont décidé de renforcer leur coopération, notamment dans les domaines de l’infrastructure, de la lutte contre la pollution et de la transformation numérique.

L’Egypte a annoncé son adhésion au pro­gramme mondial pour les infrastructures de la Banque Mondiale (BM), qui a financé 77 pro­jets dans 40 pays, à hauteur d’environ 69 mil­liards de dollars, au cours des quatre dernières années. C’est ce qu’a indiqué le ministère de l’Investissement. Le ministère a déclaré dans un communiqué que les fonds étaient répartis entre des institutions publiques et privées dans plusieurs secteurs, notamment les secteurs de l’eau et de l’assainissement, de l’énergie, des transports et des communications.

Cet accord est intervenu dans le cadre de la participation de l’Egypte, représentée par la ministre de l’Investissement, Sahar Nasr, aux réunions annuelles de la BM et du FMI à Washington. Le ministère a expliqué que les projets du programme contribuaient à fournir des services relatifs à l’électricité, à l’eau, à l’assainissement et à l’acheminement de gaz naturel aux foyers, en plus d’améliorer l’effica­cité de la production et de la distribution des services d’infrastructure et de fournir des finan­cements et un soutien technique dans des pro­jets de développement de ports, d’aéroports et de chemins de fer.

Quelques jours auparavant, Sahar Nasr avait discuté avec la BM d’un prêt de 500 millions de dollars pour financer un projet de lutte contre la pollution et de gestion des déchets solides en Egypte. La ministre a indiqué dans un commu­niqué que l’Egypte discutait également avec la BM d’élever le niveau de partenariat, afin de soutenir les secteurs de la santé et de l’éduca­tion en Egypte. Lors d’une réunion avec Ferid Belhaj, vice-président du groupe de la BM pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, elle a déclaré que le pays souhaitait tirer profit de l’expérience de la BM en matière de transfor­mation numérique, d’autant plus que cette der­nière a alloué 25 milliards de dollars pour sti­muler la transformation numérique au cours des 10 dernières années, en collaboration avec le secteur privé.

Belhaj a, lui, déclaré que l’Egypte était un pays-clé avec lequel la BM travaillait et que l’institution était désireuse de participer effica­cement aux efforts de développement déployés par l’Egypte grâce à ses procédures de réforme économique et législative, qui ont permis d’améliorer le climat d’investissement. Les deux parties ont convenu d’accroître la coopé­ration commune dans le domaine des infras­tructures et de soutenir l’initiative de la BM sur la transformation numérique en Afrique, et ce, au moment où l’Egypte assume la présidence de l’Union africaine. Les deux parties ont éga­lement convenu de renforcer la coopération dans le secteur de l’énergie, et ce, afin de sou­tenir l’Egypte à devenir un centre régional d’exportation d’énergie et un centre de com­merce régional.

Lien court: