Economie > Economie >

Opération séduction en Allemagne

Névine Kamel, Lundi, 21 octobre 2019

Une délégation de la Fédération des industries égyptiennes a effectué une visite de 3 jours à Berlin, en Allemagne. Objectifs: présenter les opportunités d’investissement aux entreprises allemandes et conclure des partenariats, notamment dans le secteur automobile.

Opération séduction en Allemagne
La délégation égyptienne durant la réunion avec le président de la Fédération des industries allemandes.

Une délégation de la Fédération des industries égyptiennes s’est rendue à Berlin, en Allemagne, pour une visite du 14 au 16 octobre. Emmenée par le président de la Fédération, Mohamad Zaki El-Sweedy, elle a effectué, au cours des 3 jours, des rencontres importantes avec les responsables d’entités d’investissement en Allemagne. Entre autres, le président de la Fédération des industries allemandes ainsi que le président de la Fédération des Chambres du commerce et des responsables de l’Association de l’industrie des automobiles, de celle des industries électroniques et électriques et de Software and Data Processing (SAP). L’une des principales rencontres a eu lieu avec les responsables de TÜV, organisme de contrôle et de certification allemand, responsable de la qualité et des licences d’accréditation. Deux autres visites importantes ont eu lieu, la première à l’usine de Siemens et l’autre à l’Euref, le Campus des Smart Cities.

L’un des objectifs de la délégation égyptienne était de présenter les opportunités d’investissement en Egypte, en vue de partenariats avec les responsables allemands. Les membres de la délégation ont aussi attiré l’attention sur certains secteurs en Egypte qui n’ont pas reçu une attention suffisante de la part des investisseurs allemands jusqu’à présent et constituent actuellement l’un des moteurs de la croissance industrielle, à savoir le domaine de l’accréditation et de la qualification technique.

La délégation regroupait Mohamad Zaki El-Sweedy, président de la Fédération des industries égyptiennes, Tareq Tawfiq, vice-président, ainsi que Mahmoud Soliman, Mohamad Achour, Ahmad Fekri Abdel-Wahab, Hossam Farid et Nader Riad, membres. Outre les membres de la Fédération, la délégation était composée de Emad Ghali, PDG de Siemens Egypt et président de la Chambre arabo-allemande de l’industrie et du commerce, et de Jan Noether, directeur exécutif de la Chambre arabo-allemande de l’industrie et du commerce. « Cette visite s’inscrit dans le cadre d’une série de visites de la Fédération dans le but de promouvoir les opportunités d’investissement industrielles dans le pays. Nous nous sommes déjà rendus en Arabie saoudite et en Italie, et le Japon est sur notre agenda, tout comme quelques autres pays. C’est notre rôle de faire le marketing des opportunités qui existent en Egypte, surtout dans les domaines qui nous intéressent », a expliqué El-Sweedy.

Ce dernier a ajouté, lors de la rencontre de la délégation avec les responsables de TÜV, que les lois égyptiennes, notamment la nouvelle loi sur l’investissement et la loi sur les licences industrielles, permettent désormais au secteur privé de créer lui-même des centres d’accréditation responsables d’octroyer les licences de qualité, à condition que ces bureaux soient accrédités par des institutions internationales. « Le but est de faciliter et d’accélérer l’octroi des licences et le fonctionnement des usines, surtout que les Allemands ont une forte expérience dans ce domaine », a indiqué El-Sweedy. Auparavant, le gouvernement était seul responsable d’accorder ces licences. Tareq Tawfiq, vice-président de la Fédération des industries, a, pour sa part, expliqué qu’il existait un grand fossé entre les qualifications des diplômés et les besoins de l’industrie. Un autre point de coopération urgent avec TÜV.

Les membres de la délégation égyptienne ont invité les responsables de l’Organisme de contrôle et de certification allemand à se rendre en Egypte au cours des deux semaines à venir, pour analyser sur le terrain les besoins des différents secteurs industriels, et ce, dans le but de conclure un protocole entre les deux parties. « Les Allemands peuvent se servir des centres technologiques spécialisés qui existent déjà et qui dépendent du ministère du Commerce extérieur et de l’Industrie en tant que base primaire pour une coopération bilatérale », a suggéré Shaimaa Bahaa Eldine, directrice des relations extérieures auprès de la Fédération égyptienne des industries. Jan Noether a suggéré de finaliser ces procédures et de préparer un mémorandum de coopération à signer lors de la visite prévue du président égyptien Abdel-Fattah Al-Sissi au cours de la seconde moitié du mois de novembre prochain.

Lors de la visite, le président de la Fédération des industries allemandes a par ailleurs invité les entreprises égyptiennes à participer à la Foire industrielle allemande de Hannovre, l’une des plus grandes expositions industrielles au monde, afin de rencontrer leurs homologues allemands et de leur permettre d’analyser les potentiels des différents secteurs. Les responsables de la Fédération égyptienne ont immédiatement lancé des démarches dans ce sens.

Le secteur automobile au centre des intérêts

Une autre rencontre importante a eu lieu avec l’Association de l’industrie des automobiles, qui regroupe environ 600 entreprises allemandes oeuvrant dans le secteur. Les deux parties ont discuté des moyens de développer la coopération, limitée jusqu’à présent. « Les entreprises allemandes sont encore prudentes en ce qui concerne l’investissement dans le domaine des voitures en Egypte. Une visite de terrain est nécessaire pour mettre en évidence les opportunités existantes », a indiqué Ahmad Fekri Abdel-Wahab, membre de la Fédération égyptienne des industries et membre de la délégation.A cet égard, le président de l’Association de l’industrie des automobiles allemande, Kurt Christian Scheel, a dévoilé qu’une délégation de 4 grandes entreprises automobiles allemandes, dont 3 sont déjà présentes en Egypte, se rendra en Egypte en décembre pour examiner les opportunités de coopération dans ce domaine. « Nous oeuvrons à encourager de nouvelles entreprises allemandes à investir sur le marché égyptien », a-t-il souligné. Et d’ajouter : « Le marché africain ne faisait pas partie de nos priorités auparavant. Mais les entreprises allemandes ont commencé à réaliser l’importance de ce marché, et le marché égyptien vient en tête de nos intérêts ».

Maher El-Shérif, ministre plénipotentiaire auprès du ministre du Commerce extérieur et de l’Industrie en Allemagne, a confirmé ces propos tout en soulignant que, selon un sondage effectué par une organisation d’affaires allemandes en juin dernier, l’Egypte sera une destination favorite pour les investisseurs allemands au cours de la prochaine période. « C’est donc aux entreprises égyptiennes de faire leurs devoirs et de présenter des formules de coopération complètes pour encourager les investisseurs allemands à prendre la décision d’investir. Ces derniers ont besoin de connaître les privilèges et les opportunités en Egypte ». Mission accomplie donc pour la délégation, mais il reste maintenant à entreprendre les démarches nécessaires pour atteindre les objectifs visés.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique