International > Afrique >

Sénégal : Confusion autour des résultats de la présidentielle

Sabah Sabet, Lundi, 25 février 2019

Le président sortant du Sénégal, Macky Sall, s’est déclaré vainqueur du premier tour de la présidentielle du dimanche 24 février avant même la proclamation des résultats. Ses principaux adversaires parlent en revanche d’un second tour.

Sall

Le camp du chef de l’Etat sortant, Macky Sall, n’a pas attendu la fin des opérations de dépouillement du premier tour de l’élection prési­dentielle sénégalaise, tenue dimanche 24 février, pour crier victoire. Son premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionn, a en effet affir­mé dans la nuit, soit quelques heures à peine après la fermeture des bureaux de vote, que Macky Sall avait récolté « au moins 57 % » des suffrages. « Les résultats compilés nous disent aujourd’hui qu’il nous faut féliciter le président Macky Sall pour sa réélection », a-t-il déclaré. Une heure plus tôt pour­tant, les deux principaux adversaires du président sortant, Idrissa Seck et Ousmane Sonko, avaient écarté cette possibilité. « A ce stade, un deuxième tour s’annonce », a déclaré le premier. « Dans l’état actuel du dépouillement, aucun candidat, je dis bien aucun candidat, moi y compris, ne peut se procla­mer vainqueur de l’élection présidentielle », a ajouté le second, lors d’une conférence de presse commune aux deux opposants. Officiellement, les résultats doivent être proclamés ce vendredi. Un éventuel second tour, (si second tour il y a) se tien­drait le 24 mars, compte tenu des délais légaux de proclamation, de possibles contestations et de la campagne.

En attendant les résultats officiels et définitifs, les déclarations des candidats créent un état de confu­sion allant à l’encontre de l’atmosphère dans laquelle s’est déroulé le scrutin. « Le scrutin s’est déroulé de manière globalement satisfaisante sur toute l’étendue du territoire national et à l’étran­ger », a indiqué la Commission Electorale Nationale Autonome (CENA) dans un communiqué diffusé à la fin de la journée de vote. La CENA a estimé que le taux de participation avait dépassé les 42 %. Outre cette bonne affluence, le scrutin— dans lequel le président sortant Macky Sall avait quatre adversaires: Idrissa Seck, Ousmane Sonko, Madické Niang et Issa Sall— s’est déroulé sans heurt. Les forces de l’ordre ont été largement mobilisées et leur intervention rapide a calmé quelques tensions avant qu’elles ne s’amplifient. A noter aussi que peu de retard a été enregistré à l’ouverture des bureaux avec un dispositif com­plet. Chose rare lors des précédents scrutins.

Fort de la statistique qui a vu tous ses prédéces­seurs effectuer au moins deux mandats, Macky Sall, 56 ans, veut donc piloter pour les cinq pro­chaines années la deuxième phase (2019-2023) de son plan « Sénégal émergent » et même l’empor­ter dès ce premier tour. Une prouesse réussie pour la dernière fois en 2007 par son ancien mentor, Abdoulaye Wade (2000-2012). Au pouvoir depuis 2012, le chef de l’Etat a concentré son action sur l’économie, pas sur le volet social. Ses concur­rents, rescapés du nouveau système de parrai­nages et des décisions judiciaires qui ont éliminé des rivaux de poids, espèrent bien contrarier ses ambitions, à commencer par l’ancien premier ministre Idrissa Seck, 59 ans, et le député « anti­système » et ex-inspecteur des impôts Ousmane Sonko, 44 ans, qui ont tous deux prophétisé sa chute dès dimanche soir. En outre, pour la pre­mière fois depuis 1978, ni le Parti Socialiste (PS) ni le Parti Démocratique Sénégalais (PDS, libéral) d’Abdoulaye Wade ne présentent leur propre can­didat. Mais la famille libérale est particulièrement bien représentée, avec Macky Sall, Idrissa Seck et l’ancien ministre Madické Niang, 65 ans, tous les trois issus du PDS. Tous deux élus députés en 2017, Ousmane Sonko, partisan déclaré du patrio­tisme économique, et le président d’université privée Issa Sall, 63 ans, proche d’un mouvement religieux issu de la puissante confrérie tidiane, sont en revanche de nouveaux venus sur la scène politique nationale .

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique