International > Afrique >

RCA : Un scrutin pour se relever

Sabah Sabet, Dimanche, 10 janvier 2016

Deux anciens premiers ministres sont arrivés en tête au premier tour de la présidentielle en Centrafrique. Les deux rivaux s'affronteront lors d'un deuxième tour de scrutin censé sortir le pays de trois années de violences.

Anicet Georges Dologuélé et Faustin Archange Touadéra sont les deux candidats arrivés en tête du premier tour de l’élection présidentielle en Centrafrique tenu le 30 décembre dernier. Dans ce pays très pauvre de 4,8 millions d'habitants, essentiellement rural, les électeurs ont participé massive­ment et dans le calme à la présiden­tielle et aux législatives, plusieurs fois reportées. Parmi les trente can­didats en lice au départ, Dologuélé, l’un des favoris, a recueilli 23,78 % des suffrages, devant son principal rival, l’outsider Touadéra, 19,42, selon les résultats provisoires annon­cés par l’Autorité Nationale des Elections (ANE). Un deuxième tour est prévu le 31 janvier. Mais qui sont alors ces deux rivaux ?

Anicet Georges Dologuélé, 58 ans, parfois surnommé « M. Propre » pour sa gestion rigoureuse des affaires lorsqu’il était premier ministre d’Ange-Félix Patassé entre 1998 et 2001.Il était l’un des favoris du scrutin. Dologuélé avait obtenu, à la der­nière minute, le soutien officiel du parti de l’ex-président François Bozizé — renversé en 2013 et qui n’a pas pu participer au scrutin — , le Kwa Na Kna (KNK), dont les fiefs de Bangui et des régions de l’ouest comptent parmi les plus peu­plés du pays. Ainsi, il a su s’imposer à grand renfort de communication sur le terrain, à Bangui comme en province. Ses affiches étaient par­tout dans la capitale centrafricaine, tandis que de nombreux candidats manquaient de moyens financiers pour le faire.Par ailleurs, ce banquier de forma­tion, qui a servi à la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC), a créé l’Union pour le Renouveau Centrafricain (URCA), parti au nom duquel il se présente à la présiden­tielle et aux législatives dans la région de Bocaranga (nord) dont il est ressortissant. C’est la première fois qu’il est candidat à des élec­tions.

Pour Faustin Archange Touadéra, 58 ans, il est aussi connu comme « l’homme qui payait les salaires des fonctionnaires » : cette popula­rité vient des fonctionnaires qui lui doivent la bancarisation de leurs salaires après plusieurs décennies d’atermoiements les conduisant à s’endetter lourdement, à cause de retards répétés dans les versements de primes impayées, etc. « Il restera comme celui qui a payé les fonction­naires, et il est très apprécié pour cela », souligne une source diploma­tique à Bangui à l’AFP.Resté dans l’ombre durant toute la campagne, l’outsider est sans conteste la grande surprise de ce premier tour. Lui qui fut le dernier premier ministre de Bozizé (2008-2013) a réalisé de très bons scores dans les fiefs de l’ex-président dans l’ouest du pays. Ainsi, il a pu béné­ficier d’une frange importante de l’électorat traditionnel du KNK, malgré les directives du bureau du parti, de l’avis de plusieurs observa­teurs avisés. Sur le plan politique, il a eu à conduire le dialogue inclusif réunissant à Bangui fin 2008 le pou­voir, l’opposition, la société civile et les mouvements rebelles, à l’issue duquel ont été signés plusieurs accords de paix importants avec les rébellions.

En outre, certains candidats ont suscité une polémique sur le proces­sus électoral : deux tiers d’eux avaient dénoncé des irrégularités et réclamé « l’arrêt des opérations électorales ». Le gouvernement était aussitôt intervenu, affirmant qu’il n’était « pas question » d’inter­rompre le processus en cours, et le décompte des voix s’était poursuivi.La majorité des contestataires avaient alors fait marche arrière, mais certains, comme Karim Meckassoua, présenté au départ comme un poids lourd du scrutin mais arrivé septième, ont précisé qu’ils utiliseraient les voies de recours légales pour contester les résultats provisoires devant la Cour constitutionnelle. « Il y a certaine­ment eu des fraudes à certains endroits et de gros problèmes d’or­ganisation qui ont perturbé le scru­tin, mais il est peu probable qu’il y ait eu une fraude massive, notam­ment parce que les principaux can­didats avaient déployé des manda­taires pour surveiller les bureaux de vote pendant le scrutin et le centre de traitement des résultats à Bangui », estime une source diplo­matique, sous couvert d’anonymat. Malgré l’insécurité et le défi logis­tique, la Centrafrique s’efforce de se remettre debout après deux années de transition chaotique diri­gée par Catherine Samba Panza et qui ont été marquées par de nom­breuses violences, tandis que l’éco­nomie vivait sous perfusion de l’aide extérieure. La Centrafrique est plongée dans le chaos depuis le renversement du président François Bozizé en mars 2013 par l’ex-rébel­lion Séléka, elle-même finalement chassée du pouvoir par une inter­vention internationale menée par la France dans son ancienne colonie début 2014.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique