International > Monde >

Bouteflika : 4e mandat de tous les risques

Mardi, 22 avril 2014

L’image que l’on retiendra de l’élection présidentielle algérienne du 17 avril dernier est celle d’un président réélu mais se rendant aux urnes sur une chaise roulante.

Bouteflika : 4e mandat de tous les risques
(AP)

Malgré ses ennuis de santé, à l’origine d’une vaste polémique sur sa capacité de tenir les rênes du pays, Abdelaziz Bouteflika a été réélu dès le premier tour par 81,53 % des voix pour un 4e mandat, à l’issue d’un scrutin boudé par la moitié des électeurs. Maintenant que les jeux sont faits, les Algériens restent sceptiques quant à ce 4e mandat. Comble du paradoxe, durant la campagne qu’il n’a pas menée lui-même, les émissaires électoraux de M. Bouteflika ont insisté sur sa volonté de rajeunir le personnel politique mais aussi l’encadrement technocratique et militaire.

Arrivé deuxième, Ali Benflis a déclaré vendredi soir, après l’annonce des résultats officiels, qu’il ne reconnaissait pas la victoire de M. Bouteflika, en dénonçant une élection « planifiée et préparée par une alliance entre la fraude, de l’argent suspect et des médias vendus ». Il a également annoncé avoir jeté les bases d’un nouveau parti politique qui ouvrira ses portes notamment aux jeunes .

Mots clés:
Lien court: