International > Monde >

Tensions en tous genres en Iran

Mardi, 14 janvier 2020

Rien ne va plus en Iran. Alors que la tension avec les Etats-Unis est toujours palpable, l’aveu, samedi 11 janvier par Téhéran, de sa responsabilité dans le drame du Boeing ukrainien abattu par erreur la semaine dernière près de la capitale iranienne, le régime a dû faire face à l’indignation des Iraniens.

Tensions en tous genres en Iran3

Aussitôt après cette reconnaissance, des rassemblements ont été tenus dans la capitale et les manifestants ont scandé des slogans contre les autorités : déploiement en masse des forces de sécurité, unités de police antiémeute équipées de canons à eau et armées de matraques déployées en masse près de trois universités, l’ambiance était tendue à Téhéran ces derniers jours. Dans le même temps, la tension est montée avec Londres: l’Iran a reconnu, dimanche 12 janvier, avoir brièvement arrêté la veille l’ambassadeur britannique à Téhéran, « en tant qu’étranger non identifié dans un rassemblement illégal », initialement une cérémonie à la mémoire des victimes du crash d’un Boeing ukrainien.

L’ambassadeur avait été libéré 15 minutes après qu’il eut été identifié, selon le ministère des Affaires étrangères. Or, l’ambassadeur britannique a nié avoir participé à un tel rassemblement: « Je n’ai pris part à aucune manifestation (...). J’ai quitté les lieux après cinq minutes quand certains ont commencé à lancer des slogans » contre les autorités, a-t-il dit sur Twitter. En réaction à ces tensions avec Londres, entre 100 et 200 personnes ont manifesté le même jour devant l’ambassade de Grande-Bretagne dans la capitale iranienne, brûlant un drapeau britannique. C’est dire l’état de confusion qui règne en Iran

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique