International > Monde >

Sameh Eid : Daech a voulu envoyer à ses rivaux le message qu’il existe toujours

Maha Salem, Mardi, 30 avril 2019

Dr Sameh Eid, analyste et spécialiste des groupes extrémistes au Centre égyptien de la pensée et des études stratégiques (ECSS), explique les raisons des attaques terroristes qui ont touché le Sri Lanka.

Al-Ahram hebdo : Le groupe Daech a revendiqué les meurtriers attentats suicides de Pâques qui ont ravagé le Sri Lanka. Selon vous, est-il le vrai responsable ?

Dr Sameh Eid : J’aurais espéré pouvoir dire non, mais ces attentats ont bien été organisés et planifiés. Trois églises et trois hôtels ont été visés par les attentats et d’autres bombes ont été découvertes avant d’avoir explosé. Une tactique qui a besoin d’un groupe organisé qui opère selon un système, et le groupe Daech possède ces caractéristiques. Le mouvement local Le National Thowheeth Jamaath (NTJ) a d’abord été accusé par les autorités srilankaises d’avoir commis ces attaques, mais celui-ci aurait été incapable de faire cela sans le soutien d’un groupe puissant.

— Pourquoi Daech a-t-il choisi ce pays si loin de sa base pour commettre ces attentats ?

— Il y a plusieurs raisons. Tout d’abord, Daech est étouffé et assiégé dans les pays où il est déjà implanté comme en Syrie, en Iraq, en Egypte ou même en Libye ... Alors, il a cherché un pays lointain et où l’on ne s’attendait pas à une attaque. De plus, le Sri Lanka est proche de la Nouvelle-Zélande, où il y a eu récemment une attaque dans une mosquée. C’est donc une sorte de vengeance de la part de Daech.

Le groupe Daech ne peut pas opérer ou planifier une attaque à l’étranger. Autrement dit, il ne peut pas envoyer des djihadistes depuis la Syrie ou l’Iraq pour commettre des attentats ailleurs. Ce genre d’attaques a besoin d’observations, d’études et de surveillance sur place, alors les auteurs doivent d’être résidents de ce pays. Il est certain que les dirigeants de Daech ont des liens et des contacts avec des chefs des groupes terroristes qui opèrent au Sri Lanka. Ces derniers envoient les informations aux dirigeants de Daech qui sont capables d’élaborer des plans, qu’ils envoient avec le financement et les équipements nécessaires. Les chefs sur place, eux, sont chargés de recruter de nouveaux membres et de choisir les auteurs des attentats planifiés.

— Avec ces attaques, Daech a-t-il réalisé ses objectifs ?

— Ces attentats ont fait plus de 253 morts et des milliers de blessés, un bilan lourd. L’importance de ces attentats est toujours liée aux réactions de la communauté internationale, car les djihadistes cherchent toujours à l’inquiéter. Outre l’impact, le groupe de Daech veut aussi montrer que la guerre mondiale qu’il est en train de mener n’a aucune influence. Daech a voulu envoyer à ses rivaux le message qu’il existe toujours, qu’il est fort, puissant, équipé et prêt à commettre des attaques dans n’importe quel pays. Autre objectif : les dirigeants de Daech veulent encourager et soutenir ces combattants qui luttent dans les pays du Moyen-Orient en leur donnant une lueur d’espoir. Et ce genre d’attaques est considéré comme une publicité, un moyen d’attirer l’attention pour encourager de nouveaux membres à rejoindre le groupe. Enfin, Daech veut montrer qu’il possède des branches dans tous les pays et que ses partisans sont toujours fidèles, sous contrôle et ont toujours confiance dans les grands dirigeants.

— Quelle est la différence entre Daech et Al-Qaëda ?

— Les deux groupes sont liés bien sûr. Daech est considéré comme le successeur d’Al-Qaëda. De temps en temps de nouveaux groupes djihadistes sont créés, plus féroces encore et plus exigeants que ceux dont ils sont issus. Pour détruire ce genre d’extrémistes, il faut apporter une autre explication des versets du Coran, renouveler le discours religieux dans le monde. On a besoin d’une coopération entre toutes les organismes religieux à travers le monde.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique