International > Monde >

Mohamed Fayez Farahat: « Les talibans et l’armée favorisent la victoire du courant islamiste »

Propos recueillis par Maha Al-Cherbini, Mardi, 07 mai 2013

3 questions à Mohamed Fayez Farahat, spécialiste du dossier pakistanais au Centre des Etudes Politiques et Stratégiques (CEPS) d'Al-Ahram.

Al-Ahram Hebdo : Vu cette grave vague de violences qui frappe le pays, comment sera le scrutin du 11 mai à votre avis ?

Mohamed Fayez Farahat : Il est difficile d’imaginer un scrutin impartial à 100 % dans de telles conditions. Les partis laïques et indépendants ne peuvent pas faire campagne de manière normale et ne peuvent pas tenir leurs réunions publiques qui sont essentielles en période d’élection. Les talibans tentent de favoriser la victoire du courant islamiste et conservateur au détriment du courant libéral. Le Tehreek-e-taliban (mouvement des talibans pakistanais) était toujours en lutte ouverte avec le pouvoir laïque qui gouverne le Pakistan. Il pense que ces élections sont anti-islamiques, mais il ne peut pas empêcher leur tenue. Il tente de barrer la route au courant laïque représenté par le PPP qui s’est allié avec Washington au grand dam des talibans. Malgré ces pressions, les autorités pakistanaises se déploient à sécuriser les élections pour garantir leur bon déroulement. En 2008, le pays traversait les mêmes conditions et le scrutin s’est bien déroulé. Nul n’a parlé de fraudes électorales. Ce genre de menaces pré-électorales est habituel dans des pays comme le Pakistan et l’Afghanistan.

— A la lumière de ces évolutions, quel est le parti favori du scrutin ?

— Avec la fragilisation des partis laïques et indépendants et avec l’invalidation de la candidature de Musharraf, le seul parti qui paraît probablement favori du vote est celui de la Ligue musulmane du Pakistan de Nawaz Sharif, car il reste le parti le plus fort sur la scène politique. Ce dernier avec quelques petits partis islamistes étaient les seuls à éviter les attaques talibanes. Il est vrai que le parti de Sharif n’est pas islamiste, mais aussi il n’est pas laïque. C’est un parti du juste-milieu qui rejette toute alliance avec les Etats-Unis. Il est le plus favorisé par les rebelles et l’armée.

— Dans ce pays qui a connu plusieurs coups d’Etat militaires, quelle est la position de l’armée ?

— Comme les talibans, la victoire des islamistes est dans l’intérêt de l’armée qui a toujours joué un rôle politique très important dans le pays. Depuis l’éviction du président Musharraf en 2008, les militaires ont perdu beaucoup de leur poids. Washington qui soutient le PPP a tout fait pour promouvoir les partis laïques et marginaliser l’armée qui entretenait des relations historiques avec les partis islamistes. Je pense que les militaires vont jouer un rôle dans les coulisses afin de récupérer leur place au devant de la scène. Il est dans l’intérêt de l’armée que le courant islamiste ou conservateur remporte le vote car l’armée s’est toujours dressée contre l’alliance du courant laïque avec Washington. N’oublions pas que certaines franges des talibans sont mues par les militaires et les services de renseignements pakistanais l

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique