International > Monde >

Pressions américaines et tergiversations israéliennes

Abir Taleb avec agences, Mardi, 31 octobre 2017

Sous pression américaine, Israël a reporté un vote sur une loi hautement controversée qui ouvre la voie à l'annexion des colonies. Mais poursuit les projets de construction.

Pressions américaines et tergiversations israéliennes
La colonisation israélienne progresse à un rythme sans précédent. (Photo : AFP)

C’est à la dernière minute quIsraël a décidéde reporter un vote sur un projet de loi controversésur la colonisation. Un projet qui équivaudrait à une annexion de facto des colonies israéliennes autour de Jérusalem. Lannonce a étéfaite samedi 28 octobre par un responsable israélien. Le projet de loi, intitulé«loi sur le Grand Jérusalem », devait être votédimanche par un comitéministériel dans le but daccélérer son examen àla Knesset (parlement). Selon le ministre israélien du Renseignement, Israël Katz, favorable au projet de loi, les colonies qui passeraient sous juridiction de Jérusalem représentent une population estimée à150 000 personnes.

Citépar lAFP mais sous le couvert de lanonymat, le responsable israélien a déclaréque le projet de loi avait besoin dune «préparation diplomatique », sans donner davantage de détails. Il sagit dune allusion àla volontédu premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, de discuter dabord du projet de loi avec la Maison Blanche, qui cherche àrelancer les pourparlers de paix israélo-palestiniens au point mort. En effet, lAdministration du président américain, Donald Trump, sest dite opposée au projet de loi israélien. «Je pense qu’il est juste de dire que les Etats-Unis découragent les actions qui, selon eux, détourneront les concernés des efforts pour les négociations de paix », a ainsi déclaréle responsable américain, citépar lAFP.

«Le projet de loi d’extension de Jérusalem est considéré comme tel par l’administration (américaine) ». Par ailleurs, le députéisraélien, David Bitan, chef de la coalition gouvernementale de M. Netanyahu, a reconnu dimanche àla radio militaire «une pression américaine ». Selon le quotidien israélien Haaretz, M. Netanyahu a affirmédimanche àses ministres que le projet de loi devait être discutéen amont avec des responsables américains. Pourtant, la position américaine reste floue. Tout en faisant part de sa volontéde parvenir àla paix, et tout en déclarant quune colonisation «effrénée »ne servait pas la paix, lAdministration Trump rejette toute exigence de gel de la colonisation. Plus tranchée, la position de lUnion européenne appelle Israël à«reconsidérer »ses décisions. Selon Bruxelles, la colonisation nuit àla «viabilité de la solution à deux Etats et à la perspective d’une paix durable ».

Un coup fatal àla solution àdeux Etats

Car la loi, si elle est votée, risque de provoquer une onde de choc. En effet, cette loi incorporerait àla municipalitéisraélienne de Jérusalem des colonies se trouvant au sud et àlest de la ville, en Cisjordanie, territoire occupépar Israël depuis 50 ans. Cest donc un pas vers lannexion unilatérale des colonies concernées, qui enterrerait la solution àdeux Etats, cest-à-dire empêcherait de facto la création dun Etat palestinien. Doùlindignation palestinienne, malgréle report du vote.

Ce texte vise àperpétuer loccupation israélienne, «légaliser la présence des colons extrémistes juifs sur le sol palestinien et parachever la coupure totale »entre Jérusalem- Est, la partie palestinienne de Jérusalem et la Cisjordanie, a déclaréHanane Achraoui, une dirigeante de lOrganisation de libération de la Palestine. Selon elle, «ces agissements représentent la fin de la solution à deux Etats », cest-àdire la création dun Etat palestinien coexistant avec Israël. Les Palestiniens ont de quoi salarmer, dautant plus que cette solution, référence de la communautéinternationale pour résoudre le conflit israélo-palestinien, paraît de plus en plus compromise, non seulement àcause de lintransigeance israélienne, mais aussi en raison de la «mollesse »de la position de Washington, principal parrain du processus de paix, et le refus du président américain, Donald Trump, de sengager en faveur de la solution àdeux Etats.

A cela sajoute le fait que les colonies autour de Jérusalem, dont certaines visées par la «loi sur le Grand Jérusalem »comme Maale Adoumim ou Goush Etzion, coupent Jérusalem-Est de la Cisjordanie et compromettent la construction dun Etat palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale. Ainsi, non seulement la colonisation juive rogne les terres sur lesquelles les Palestiniens aspirent àformer un Etat indépendant, mais en fragmentant la continuitédes territoires. Pendant ce temps, Israël poursuit sa politique de colonisation. La semaine dernière, il a approuvéla construction de plus de 2 600 logements pour colons en Cisjordanie occupée, et de 176 au coeur dun quartier palestinien de Jérusalem-Est. Et lEtat hébreu ne compte pas, que la loi passe ou non : de laveu même du ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, jamais, la construction des colonies na étéaussi importante. «Nous travaillons à un rythme qui n’a pas d’équivalent depuis 2000. 3 000 logements sont actuellement en construction et 7 500 permis sont à différents stades de la procédure », a-t-il fièrement déclarélors dune visite dans les colonies.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique