Semaine du 8 au 14 décembre 2021 - Numéro 1402
Mahmoud Abou El Kheir : La loi de la lutte contre les épidémies est dans l’intérêt du citoyen
  Mahmoud Abou El Kheir, sous-secrétaire de la commission de la santé au parlement, revient sur la loi relative à la lutte contre les épidémies récemment adoptée.
Mahmoud Abou El Kheir,
Propos recueillis par Ola Hamdi08-12-2021

Al-Ahram Hebdo : Que pensez-vous des mesures prises par l’Etat pour lutter contre le variant Omicron ?

Mahmoud Abou El Kheir: Afin de lutter contre le nouveau variant Omicron, un certain nombre de mesures ont été prises: la suspension des vols vers et depuis l’Afrique du Sud, des instructions pour donner une troisième dose de vaccin aux personnes âgées et aux personnes atteintes de maladies chroniques et au personnel médical.

Nous réclamons également la suspension des vols de et vers les pays ayant un risque élevé de ce variant, ainsi qu’une vaccination plus élargie. D’ailleurs, il est indispensable d’appliquer de nouveau le système des amendes aux personnes qui ne portent pas de masque ou ne respectent pas les gestes barrières, sans oublier l’annulation des rassemblements, telles les cérémonies, les conférences et d’autres. De plus, il convient d’interdire l’accès aux services publics aux personnes non vaccinées.

Mahmoud Abou El Kheir,
30 millions de citoyens ont reçu la première dose et 15 millions ont reçu les deux doses.

— Quel est le nombre de personnes vaccinées jusqu’à présent ?

— Selon les chiffres du ministère de la Santé et de la Population, environ 30 millions de citoyens ont reçu la première dose et 15 millions ont reçu les deux doses. Mais, il est indispensable que ces chiffres augmentent, d’autant plus que les vaccins sont disponibles. Nous ne sous-estimons pas les efforts déployés par le ministère de la Santé dans ce domaine, mais nous souhaitons intensifier les efforts dans les prochains jours afin que 50 % de la population reçoivent les deux doses.

— Quels sont les principaux objectifs de la loi sur la lutte contre les épidémies et les pandémies récemment ratifiée ?

— Cette loi met en place une charte visant à aider l’Etat à faire face aux épidémies et aux pandémies. Au cours des deux dernières années, le monde ne s’attendait pas au coronavirus. Il était donc indispensable de créer une législation qui donne au gouvernement une loi sur la façon de réagir en présence d’une pandémie et qui comprend des mesures claires que l’Etat doit adopter en cas de pandémie, d’un virus ou d’une épidémie. Ladite loi prévoit également une pérennité financière pour l’Etat pour faire face à d’éventuelles épidémies.

Cela figure dans l’article qui précise le mode de collecte des dons financiers ou en nature pour faire face à la crise, ainsi que les règles relatives à l’attribution et à la dépense de ces dons. Il était important qu’il existe une loi conformément à laquelle l’Etat peut agir dans de telles situations, afin que nous puissions faire face à la pandémie qui nous a tous surpris et pour éviter toute pandémie à l’avenir. L’Etat a ainsi un fondement légal qui lui permet de diriger les citoyens, d’obliger ces derniers à prendre certaines mesures et de prendre des décisions qui visent à réduire la propagation de l’épidémie. La loi entrera en vigueur dès la publication de sa charte exécutive qui est en cours de finalisation.

— Quelles sont ses clauses les plus importantes ?

— Cette loi englobe un ensemble de mesures qui sont susceptibles de lutter contre les maladies ou les épidémies qui peuvent apparaître en Egypte, comme l’interdiction de circulation des citoyens pour les protéger, la suspension des cours dans les écoles et les universités, la suspension du travail dans les ministères et les services gouvernementaux, la détermination des heures d’ouverture et de fermeture des magasins et d’autres.

Economiquement, la loi a accordé certains avantages économiques aux citoyens en cas de pandémies et de fermetures prolongées. L’Etat aidera le citoyen en échelonnant ou en reportant partiellement ou totalement le paiement des factures d’électricité, de gaz et d’eau, en échelonnant le paiement des impôts, en fixant le prix de certains services, biens, produits, en plus d’autres mesures qui visent à alléger le fardeau qui pèse sur les citoyens en temps de pandémie. Toutes les clauses de cette loi sont dans l’intérêt du citoyen et de l’Etat.

— Dans quelles conditions la suspension des cours est-elle annoncée ?

— Parmi les clauses de la loi figure la clause relative à la suspension des cours à l’école et à l’université en cas d’épidémie ou de pandémie à laquelle pourraient être exposés les enfants ou les étudiants.

La loi a donné au Comité de gestion de crise, en coopération avec le ministère compétent ou le Conseil des ministres, le pouvoir de suspendre les cours. Cela est normal pour aider l’Etat à faire face à l’épidémie par des moyens légaux afin qu’aucun préjudice ne soit causé au citoyen et qu’on limite la propagation de l’épidémie. Cette loi n’entre en application que lorsqu’il y a une pandémie ou une épidémie.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire