Semaine du 10 au 16 novembre 2021 - Numéro 1398
Egypte-Etats-Unis : Le dialogue stratégique relancé
  Après 6 ans d’arrêt, le dialogue stratégique égypto-américain a repris à Washington les 8 et 9 novembre. Au menu des discussions: la coopération bilatérale et les dossiers régionaux.
Washington a salué la relance du dialogue stratégique avec l’Egypte qu’elle considère comme un parte
Washington a salué la relance du dialogue stratégique avec l’Egypte qu’elle considère comme un partenaire vital.
Chaïmaa Abdel-Hamid10-11-2021

« L’Egypte est un partenaire vital pour les Etats-Unis. Nous nous sommes engagés à consolider le partenariat établi depuis 40 ans entre les deux pays à travers le renforcement de la coopération en matière de sécurité, du respect des droits de l’homme et du développement des relations économiques et culturelles », a souligné le département d’Etat américain dans son communiqué publié à la veille du dialogue stratégique égypto-américain à Washington les 8 et 9 novembre.

Le dialogue stratégique représente une opportunité de faire progresser la coopération entre les deux pays dans tous les domaines. Le dernier dialogue remonte à 2015 sous l’Administration Obama. « Renforcer le partenariat entre l’Egypte et les Etats-Unis est d’une grande importance pour maintenir la paix et la prospérité dans la région », a déclaré le chef de la diplomatie, Sameh Choukri.

Selon le politologue Tareq Fahmi, l’importance de ce dialogue stratégique réside dans le fait qu’il représente « un canal de communication qui traduit la volonté des deux pays d’échanger les points de vue sur maints dossiers, mais aussi de surmonter les divergences ». « Pour Washington, Le Caire est la clé de la stabilité au Moyen-Orient. Lors de l’agression israélienne sur la bande de Gaza en mai dernier, l’Administration Biden a réalisé l’importance du rôle égyptien dans la région au moment où les Etats-Unis et le Conseil de sécurité étaient incapables d’arrêter la guerre », ajoute Fahmi.

Dossiers brûlants

Les dossiers régionaux brûlants ont été évoqués, notamment la situation en Libye, au Soudan, en Palestine et en Iran. Le dialogue a également porté sur la situation en Ethiopie. Les deux ministres ont affirmé leurs craintes vis-à-vis de la crise éthiopienne qui menace la stabilité dans la Corne de l’Afrique. Concernant le dossier du barrage de la Renaissance, Choukri et Blinken ont souligné la nécessité de parvenir à un accord entre l’Egypte, le Soudan et l’Ethiopie sur la gestion des eaux du Nil. Le chef de la diplomatie américaine a salué le rôle central de l’Egypte dans la région, notamment « les efforts égyptiens pour rétablir la stabilité en Libye ».

Il a souligné l’importance du fait que les élections dans ce pays se tiennent à la date prévue en décembre. « Les Etats-Unis et l’Egypte travaillaient ensemble pour aider les Libyens à résoudre les problèmes économiques urgents. Nous sommes d’accord sur le retrait total des forces étrangères, des combattants et des mercenaires du pays », a déclaré Blinken. Il a également salué la médiation égyptienne en vue d’un cessez-le-feu entre Israël et les factions palestiniennes en mai dernier, et l’engagement de l’Egypte dans le processus de reconstruction de Gaza.

Le secrétaire d’Etat a également déclaré que les Etats-Unis et l’Egypte souhaitent remettre la transition démocratique du Soudan sur les rails. Choukri et Blinken ont souligné « le rôle déstabilisateur de l’Iran dans la région ». « La région du Moyen-Orient est confrontée à de nombreux défis et le partenariat entre l’Egypte et les Etats-Unis est très important pour maintenir la paix dans la région », a précisé Choukri, qui a évoqué aussi la coopération face au coronavirus et aux changements climatiques.

Pour Mona Soliman, spécialiste des relations internationales à l’Université du Caire, ce dialogue stratégique annonce le début d’une nouvelle ère des relations entre les deux pays. « L’Egypte est devenue le seul et unique partenaire des Etats-Unis dans la région après le retrait des troupes américaines de la Corne de l’Afrique et de la Méditerranée », affirme-t-elle.

La question des droits de l’homme a été évoquée par Blinken qui a salué le lancement de la stratégie nationale des droits de l’homme en Egypte. Le Caire et Washington envisagent de renforcer leurs relations militaires et sécuritaires. Même chose pour les relations économiques. Dans ce contexte, Blinken a affirmé qu’une commission économique conjointe sera formée pour renforcer la coopération dans les domaines du commerce, de l’énergie, de la recherche, de la technologie, de l’enseignement supérieur et de la santé. Pour sa part, Choukri a souhaité que le dialogue stratégique « aboutisse à des résultats qui reflètent la particularité des relations égypto-américaines » .

chiffres et dates

120 milliards de dollars Montant des investissements américains en Egypte durant les cinq dernières années.

6,9 milliards de dollars Volume total des échanges entre les deux pays.

11 milliards de dollars Montant des investissements américains directs en Egypte en 2019.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire