Semaine du 13 au 19 octobre 2021 - Numéro 1394
Sinaï : La metamorphose
  Le Sinaï se trouve aujourd’hui au coeur du plan de développement global. Objectif : mettre fin à l’isolement de la péninsule et lui donner un nouveau visage. Explications.
inaï : La metamorphose
Aliaa Al-Korachi13-10-2021

De l’isolement à l’intégration. « Il est temps que le Sinaï profite des fruits de sa libération et d’être témoin d’une civilisation, d’une croissance et d’une urbanisation qui répondent aux aspirations du peuple du Sinaï », a déclaré le président Abdel-Fattah Al-Sissi, après avoir inauguré la station d’épuration de Bahr Al-Baqar, l’un des principaux projets de développement du Sinaï, le 27 septembre dernier. L’inauguration de ce projet marque « la victoire de la bataille du développement au Sinaï », a ajouté le président. Bahr Al-Baqar fait partie d’une panoplie de projets de développement et de reconstruction qui poussent comme des champignons dans le nord et le sud de la péninsule, dessinant un nouveau visage du Sinaï. Selon les chiffres publiés récemment par le Conseil des ministres, le montant des projets de développement réalisés au Sinaï au cours des 7 dernières années a dépassé les 650 milliards de L.E. Depuis 2014, le Sinaï est en vraie métamorphose. Une transformation radicale dans tous les domaines (voir pages 4 et 5).

Eradiquer le terrorisme, moderniser les infrastructures, relier la péninsule avec le reste des gouvernorats, assurer son intégration dans l’entité économique du pays et exploiter les ressources disponibles pour la placer parmi les zones les plus attrayantes pour les investissements et le tourisme : tels sont les cinq axes sur lesquels repose le plan de développement. Selon les observateurs, parler de l’isolement du Sinaï est aujourd’hui une affaire du passé. En fait, le développement du Sinaï s’inscrit dans une vision plus large qui vise à construire une nouvelle Egypte et la présenter sous une nouvelle forme au monde.

Une philosophie intégrale

Mais quelle est la philosophie du développement ? Pas de développement sans sécurité et pas de sécurité sans développement. Tel est le moteur du processus de la reconstruction du Sinaï. Autrement dit, le développement constitue un acteur efficace et pratique pour éradiquer le terrorisme et éliminer ses causes. « L’opération globale 2018 » a été lancée en février 2018 pour sécuriser les frontières orientales après l’effondrement de l’Etat libyen et abolir le plan qui visait de faire du Sinaï une zone hors du contrôle de l’Etat. « L’enjeu était comment maintenir le dynamisme du développement du Sinaï parallèlement aux opérations antiterroristes », a déclaré Gharib Abdel-Hafez, porte-parole de l’armée.

Le tout commence par une route. L’amélioration de l’infrastructure routière du Sinaï, sa connexion à la Vallée et au Delta via un réseau de tunnels s’étendant sous le Canal de Suez et la mise en place d’un nouveau réseau de ponts et de routes ont contribué à relier la péninsule avec le reste des gouvernorats et à intégrer la péninsule dans le système économique du pays. Au cours des 7 dernières années, environ 2 400 km de routes ont été construites. En parallèle, 6 tunnels et 5 ponts flottants ont été créés pour faciliter le transit des citoyens et promouvoir les investissements dans la zone économique du Canal de Suez.

inaï : La metamorphose

Selon les observateurs, l’exploitation des ressources disponibles du Sinaï a généré un nouvel environnement socioéconomique qui se dresse comme un rempart fort contre le terrorisme. Aujourd’hui, le Sinaï renferme plusieurs zones industrielles, notamment dans les villes de Bir Al-Abd, Abou-Zéneima, Al-Qantara Charq et dans le centre du Sinaï. Selon les chiffres du Conseil des ministres, environ 469,3 millions de L.E. ont été alloués au financement de 8 317 micro, petites et moyennes entreprises pour les résidents du Sinaï jusqu’en février 2021. Et ce, parallèlement à la mise en oeuvre des projets dans les domaines de l’éducation, des soins de santé, des services sociaux, ainsi que la création d’emplois pour les jeunes.

Le plan de développement a accordé aussi une importance à la création de nouvelles agglomérations urbaines qui visent à dessiner une nouvelle carte démographique. « On ne peut pas parler de développement sans inclure les agglomérations bédouines au fond du désert. D’où l’importance accordée par le gouvernorat à développer les sociétés bédouines en créant de nouvelles agglomérations agricoles et urbaines destinées à améliorer les conditions de vie de ces bédouins », a déclaré le général Khaled Fouda, gouverneur du Sud-Sinaï. Ainsi, 17 agglomérations bédouines, équipées par tous les services, ont été créées au nord et au sud du Sinaï pour réinstaller les bédouins. Ce plan vise à attirer des résidents des autres gouvernorats afin d’installer 8 millions d’Egyptiens au Nord-Sinaï, qui dispose aujourd’hui d’un environnement de développement intégré grâce à la présence des tunnels qui relient le Sinaï au Delta, ainsi que les possibilités d’investissement qu’offre cette région dans de nombreux domaines.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire