Semaine du 1er au 7 septembre 2021 - Numéro 1388
Proche Orient : Nouveau dynamisme égyptien
  Le Caire intensifie les démarches pour paver la voie à une relance du processus de paix israélo-palestinien. Des efforts qui s’inscrivent dans le rôle axial et référentiel de l’Egypte dans ce dossier.
Proche Orient : Nouveau dynamisme égyptien
01-09-2021

*Dr Tarek Fahmy

Entre les récentes fermetures et réouvertures du passage de Rafah, le va-et-vient du chef du service des renseignements, le général Abbas Kamel, entre Ramallah et Tel-Aviv, la semaine dernière, pour transmettre des messages du président Abdel-Fattah Al-Sissi aux deux côtés palestinien et israélien, vient prouver la volonté continue de l’Egypte d’assumer son rôle dans le processus de paix. Un rôle que Le Caire a toujours tenu à jouer, afin de rapprocher les points de vue, au cas où les deux parties disposeraient de la volonté politique nécessaire pour relancer le processus de paix. Ce dynamisme égyptien s’inscrit dans le cadre de son engagement à préserver la trêve et à imposer la stabilité pour passer à la suite, soit le fait d’inciter les deux parties, surtout la partie israélienne, à reprendre la voie de la paix.

C’est ce qu’a révélé le message direct transmis par Abbas Kamel à Tel-Aviv évoquant la possibilité de passer à une autre phase dans les relations bilatérales et invitant le premier ministre israélien, Naftali Bennett, à visiter Le Caire et rencontrer le président Sissi dans un indice sur l’évolution des relations diplomatiques du Caire avec Tel-Aviv. Il s’agit d’une carte importante pour le côté israélien et un privilège dont jamais n’ont joui les gouvernements israéliens successifs, y compris celui de Netanyahu. Ce qui s’explique par la volonté du gouvernement de Bennett, qui travaille sur le dossier conformément aux visions égyptienne et jordanienne et dispose d’une volonté d’instaurer la stabilité dans la région se basant sur deux axes. Le premier consiste à stopper les provocations sécuritaires et le deuxième à prendre davantage de mesures positives vis-à-vis des Palestiniens, sur fond d’évaluation sécuritaire des intérêts israéliens. Ce qui dépendra de la détermination des deux côtés de concrétiser cette feuille de route soutenue par Le Caire et impliquera un rôle américain soutenant les efforts de médiation égyptienne et qatarie. Il est question également de faire réussir les efforts de l’émissaire onusien, outre la proposition d’offrir des facilités directement aux habitants de la bande de Gaza en accentuant les pressions sur le côté israélien.

Coordination

Le message est que l’Egypte et Israël coordonnent étroitement sur ce dossier avec les Etats-Unis, notamment après la tournée effectuée, mi-août, par le chef de la CIA, William Burns, en Israël, dans les territoires palestiniens et en Egypte. Lors de cette tournée, il a été question de la reprise des négociations de paix et de l’intensification des contacts entre Palestiniens et Israéliens, avec un soutien américain à Ramallah. Et là, il faut savoir que les services de renseignements ont participé à l’élaboration d’un document en coopération avec l’Autorité palestinienne, présenté en juillet 2021 et conçu en tant que base pour développer les positions de la CIA et du secrétariat d’Etat américain en coordination avec les parties palestinienne et israélienne. Le document porte notamment sur la nécessité de relance de la communication entre les trois parties sur fond de confiance mutuelle, tout en mettant au-devant les revendications palestiniennes fondamentales, dont en tête le dossier des prisonniers palestiniens et l’amélioration du statut de l’Autorité palestinienne. A cela s’ajoute la discussion des moyens d’améliorer la performance financière via les grandes entreprises américaines, ainsi que la coordination sécuritaire.

L’approche de l’Egypte

Proche Orient : Nouveau dynamisme égyptien
Le chef du service des renseignements, Abbas Kamel, a rencontré le président palestinien à Ramallah la semaine dernière pour promouvoir le processus de paix.

Pour relancer le processus de paix, le dynamisme de l’Egypte se fait sur deux volets : le premier consiste à convaincre le pouvoir palestinien de se lancer aux négociations tout en encourageant la reprise des communications officielles entre les ministres palestiniens et leurs homologues israéliens. Ce qui a été accompli dans le cadre d’une série de communications dans le domaine de l’économie, de l’investissement et de l’administration locale. Pour ce qui est du deuxième volet, l’Egypte appuie l’intensification de la coordination palestino-américaine, d’autant plus que les récentes promesses faites par William Burns montrent un soutien américain à l’Autorité palestinienne face aux défis qu’elle affronte. En contrepartie, pour les Etats-Unis, il est question, d’une part, de stopper les infiltrations à partir de la bande de Gaza. D’autre part, les Américains tentent de convaincre le gouvernement israélien que, selon les prévisions des renseignements américains, la scène palestinienne est sur le point d’exploser. Parmi ces raisons figure la fragilité accrue du pouvoir du président palestinien, Mahmoud Abbas, vu les pressions à Ramallah qui risquent de faire chuter son pouvoir. Des pressions incarnées par l’annulation des élections générales alors que de l’autre côté, la popularité du mouvement Hamas monte.

C’est dans ce contexte que l’approche égyptienne oeuvre à soutenir l’accalmie politique et sécuritaire notamment à la bande de Gaza. Ainsi, pour favoriser la scène palestinienne à la relance du processus de paix, l’Egypte déploie de grands efforts sur des dossiers cruciaux, comme la consolidation de la trêve, l’échange de prisonniers et la reconstruction de la bande de Gaza à travers un organisme international pour éviter que les fonds collectés ne soient manipulés par le Hamas pour développer son armement. Une situation qui explique les énormes efforts que déploie l’Egypte pour atteindre ces objectifs en agissant avec prudence avec le Hamas, qui continue de lancer les bombes incendiaires et d’organiser des marches revendiquant le retour. Aujourd’hui, alors que les frappes sur la bande de Gaza reprennent, tous les scénarios restent ouverts, surtout que l’Egypte mise sur l’Autorité palestinienne pour remettre le dossier palestinien sur la liste des priorités internationales et activer la coordination tripartite entre l’Egypte, la Jordanie et l’Autorité palestinienne.

Le rôle égyptien dans le dossier palestinien est omniprésent et restera la principale référence pour tout règlement. Ce qui revient à la crédibilité du côté égyptien avec toutes les parties concernées, pavant le chemin à une reprise des négociations palestino-israéliennes, conformément à des mécanismes déterminés. Les résultats dépendront de la volonté politique de toutes les parties d’instaurer une paix durable.

Professeur de sciences politiques à l’Université du Caire

Les quatre axes de la vision égyptienne

Promouvoir la coordination égypto-américano-israélo-jordanienne.

Soutenir la proposition américaine portant sur la promotion d’une approche pour le rapprochement des points de vue entre les différentes parties de façon à maintenir l’accalmie.

Ressusciter l’idée de la quadripartite internationale et la proposition d’une des formules de négociations tenant compte des évolutions actuelles dans la bande de Gaza et en Cisjordanie.

Parvenir à stabiliser les conjonctures dans la bande de Gaza, en prélude à la levée graduelle de l’embargo en cas d’approbation du côté palestinien.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire