Semaine du 4 au 10 août 2021 - Numéro 1384
Nouveau Canal, 6 ans après : Pêche en eau profonde
 
Pêche en eau profonde
Amira Samir04-08-2021

Une course contre la montre. L’Autorité du Canal de Suez intensifie les démarches pour achever la deuxième phase du projet national pour moderniser d’une « nouvelle flotte de pêche égyptienne », avec un coût de 1,8 milliard de L.E. Objectif : construire un groupe de 100 navires de pêche géants qui seront le noyau d’une f lotte de pêche moderne équipée des dernières technologies pour naviguer en eaux profondes. L’Autorité du Canal de Suez a réussi à livrer le premier lot de bateaux de pêche en inaugurant 34 bateaux de pêche en avril dernier conformément aux spécifications et normes internationales, dans le cadre de la première phase de ce projet national sous le patronage du président Abdel-Fattah AlSissi. Et ce, dans le but de créer de nouveaux emplois aux jeunes, d’atteindre l’autosuffisance en protéines animales et de renforcer le développement communautaire d’une manière qui apporte une valeur ajoutée pour le développement économique de l’Egypte. Les dimensions de chaque navire sont d’environ 24 m, la largeur de 7, 2 m, chacun peut accueillir l’économie mondiale aussi bien qu’à l’Egypte. C’est ce que la fermeture du canal pendant six jours en mars dernier a démontré », a déclaré Gerben Egginik, le président d’IHC dans un communiqué. L’achat des dragues fait partie du plan de l’Autorité du Canal de Suez à l’horizon 2026, qui comprend également le développement de la flotte maritime, des remorqueurs et des bateaux servant au guide de transport. En outre, selon Rabie, l’achat des dragues fait également partie d’une stratégie visant à améliorer la classification globale du Canal.

« L’Autorité cherche également à augmenter la part de marché du Canal de Suez, qui s’élève actuellement à environ 10 % du trafic maritime international total, soit 24,5 % du commerce de conteneurs et à l’échelle mondiale, et 100 % du commerce de conteneurs entre l’Asie et l’Europe », a déclaré Rabie. Selon le capitaine Farid Rouchdi, expert maritime, « le dragage et le nettoyage de la voie navigable du Canal de Suez des résidus du sable et des rochers ainsi que l’approfondissement de son submersible, ces processus aident le canal à supporter le passage des porte-conteneurs et des navires de plus en plus grands ».

Quelles missions ? Il existe deux types de dragues : le type suceuse, chargé de travailler les quais maritimes, tandis que l’autre type est nommé « cutter », comme les dragues Mohab Mamich et Hussein Tantawi censés draguer, élargir et approfondir des voies maritimes. L’Autorité du Canal de Suez souffre d’un manque de dragues de type « cutter », « d’où le besoin de se doter de ces deux nouvelles dragues ayant des caractéristiques sophistiquées capables de répondre aux exigences de l’évolution du commerce mondial et l’apparition d’une nouvelle génération des navires géants », ajoute Rouchdi. La drague Mohab Mamich a déjà commencé son travail dans le projet du développement de la voie navigable des lacs amers. Il s’agit du dédoublement de la voie à partir du signe 122 km2 à 132 km2.

Cette distance de 10 km2 s’ajoute à la distance du Nouveau Canal de Suez pour atteindre 82 km2 au lieu de 72 km2. Alors que la drague Hussein Tantawi travaillera dans le projet de l’élargissement et d’approfondissement du secteur Sud du Canal de Suez dès le signe 132 km2 à 162 km2. « Le temps initialement estimé pour ces projets était de 24 mois. Grâce aux caractéristiques ultrasophistiquées des deux dragues, la durée passe à 18 mois. La flotte de dragage du canal avait récemment élargi ses travaux, pour comprendre le développement des ports égyptiens et à la désinfection des lacs », a souligné le chef de l’Autorité du Canal de Suez, Ossama Rabie l Nada Al-Hagrassy environ 50 tonnes de poissons.

Les entreprises affiliées à l’Autorité du Canal de Suez ont entamé la construction des bateaux de pêche en s’appuyant sur les derniers systèmes technologiques de pointe pour les communications et la navigation, des systèmes de sécurité et de lutte contre l’incendie, ainsi que des systèmes modernes de dessalement d’eau de mer pour obtenir de l’eau potable et des systèmes de production de glace pour conserver le poisson dans des réfrigérateurs géants. Ainsi, chaque navire comprend également des équipements de navigation, de météorologie, de communications sans fil, de sauvetage et de lutte contre les incendies, et il dispose de 4 salons et 3 congélateurs pour conserver les poissons.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire