Semaine du 4 au 10 août 2021 - Numéro 1384
Nouveau Canal, 6 ans après : Dr Mohamed Al-Dahabi : Tout ce qui est en relation avec le Canal de Suez et aidera à la compréhension de son histoire sera exposé
  Dr Mohamed Al-Dahabi, conseiller général du projet du Musée du Canal de Suez, dont l’inauguration est prévue en novembre prochain, revient sur les détails de ce projet.
Dr Mohamed Al-Dahabi
Hala Fares04-08-2021

Al-Ahram Hebdo : Un nouveau musée retraçant l’histoire du canal est en cours de développement à Ismaïliya. De quoi s’agit-il ?

Mohamed Al-Dahabi : Le siège de la Compagnie universelle du Canal maritime de Suez sera transformé en un musée international retraçant l’historique du canal. En fait, l’idée du musée n’est pas nouvelle, elle remonte à la fin des années 1990, mais n’a jamais été exécutée. Et ce n’est qu’en 2010 que l’idée a resurgi avec l’Association du souvenir de Ferdinand de Lesseps et du Canal de Suez, et la pierre de base a été déposée en 2014. C’est un projet très important qui va changer l’avenir des trois villes du Canal : Suez, Ismaïliya et Port-Saïd. Le musée retrace l’histoire du canal, le développement des trois villes et leur planification à travers les siècles.

— Pourquoi avoir choisi le bâtiment de la Compagnie universelle du Canal maritime de Suez comme siège du musée et ne pas avoir opté pour un nouvel édifice ?

— C’est un bâtiment historique de grande valeur et son histoire est étroitement liée au creusement du canal. Le polytechnicien François Philippe Voisin, nommé directeur des travaux du projet du creusement de l’isthme, a construit sa résidence en 1862, composée de salons et chambres à coucher avec une annexe administrative divisée en deux pavillons, l’un consacré au gouverneur de la ville et l’autre était un bureau de télégramme pour lier la compagnie à la France. Ensuite, ce bâtiment a été transformé en un siège administratif pour la Compagnie du Canal de Suez au temps de la nationalisation du Canal de Suez en 1956, puis il est devenu le siège du Parti national et ensuite l’une des compagnies de navigation.

— Qu’en est-il de la maison de De Lesseps, située près du musée ?

— En fait, la ville d’Ismaïliya est construite autour du siège administratif de la compagnie qui est l’actuel musée, de la maison de De Lesseps, qui était le directeur de la compagnie, et du palais du khédive détruit en 1905. La maison de De Lesseps et le musée sont les plus anciennes bâtisses existant dans la ville. La maison de De Lesseps se trouve dans l’entité du musée et fait partie du circuit de la visite. Une partie de la maison, celle de sa chambre avec ses objets personnels, fait une partie du musée, et la deuxième partie de sa demeure, développée en 1905 et qui suit le style byzantin, sera transformée en boutiques hôtels.

— Quelles sont les pièces qui seront exposées au musée ?

— Le fait de choisir les pièces à exposer n’était pas une tâche facile. En fait, tout ce qui est en relation avec le canal et aidera à la compréhension de son historique sera exposé. Le musée se trouve sur une superficie énorme d’un hectare, soit 10 000 m2, son style architectural est un mélange de style européen et arabe. En effectuant la muséologie du musée, on a pris en considération de raconter l’histoire de l’Egypte même avant le creusement du Canal de Suez parce que l’idée de relier les deux mers est une idée très ancienne. Parmi les pièces les plus importantes figure celle d’un pyramidion découvert dans la région de Qantara. A cause de cette pièce, De Lesseps a formé une mission archéologique dirigée par Jean Klida. Et De Lesseps a dû changer le trajet du canal 16 km vers le côté est pour préserver ce chantier archéologique. Outre les pièces exposées, il y a des documentaires qui seront diffusés, le système hologramme sera utilisé avec des systèmes de son et lumière assez modernes.

— Quel était le rôle de l’Association du souvenir de Ferdinand de Lesseps et du Canal de Suez dans le concept de ce musée ?

— Les membres de l’association nous ont beaucoup aidés. Pour commencer le projet de restauration, nous avions besoin de déterminer une date précise pour savoir jusqu’à quelle date nous allons enlever les rajouts qui ont eu lieu sur le bâtiment. Et d’après les documents fournis par l’association, nous avons décidé d’enlever toute modification faite après 1957. Nous avons essayé de préserver l’authenticité de 1862 et nous avons minimisé toute intervention pouvant changer la valeur du bâtiment et son contenu. Les membres de l’association nous ont fait une copie de la robe que l’impératrice Eugénie portait lors de l’inauguration du canal. Ils ont fait aussi une maquette du bateau Eagle qui était présent lors de l’inauguration.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire