Semaine du 14 au 20 juillet 2021 - Numéro 1382
La modernisation de l’institution militaire et de l’armement
Ahmad Eleiba14-07-2021
 
 

La modernisation qu’a connue l’institution militaire égyptienne au cours des 7 dernières années va au-delà des aspects quantitatifs et qualitatifs de ce qui prévalait en Egypte durant les 3 décennies qui ont précédé la Révolution du 30 Juin 2013, notamment après l’accord de paix égypto-israélien. Les initiatives d’armement se sont multipliées loin de la seule voie qu’elles empruntaient auparavant dans le cadre du programme d’aide américaine, USAID.

Ahmad Eleiba

L’aspect le plus important est l’adoption d’une stratégie de diversification des sources d’armement qui prend en considération les demandes de l’institution militaire liées en grande partie aux engagements étatiques en matière de sécurité nationale, notamment la lutte contre le terrorisme. Il y a aussi la sécurisation des richesses découvertes dans les eaux économiques égyptiennes, ainsi que le rôle joué par l’institution militaire de concert avec les institutions civiles en matière de développement, surtout dans les zones qui sont en cours de réhabilitation après les opérations de lutte antiterroriste ou bien encore dans les méga-projets nationaux qui nécessitent la participation de l’institution militaire, comme c’est le cas dans le monde entier.

Une autre dimension entre en jeu, liée à l’équilibre stratégique sur le front externe à la lumière de la tension qui sévit dans une région riche en conflits. D’autant que l’Egypte est un acteur majeur dans la région et les règles du jeu régional lui imposent la possession de cartes de pression stratégiques, pour faire face aux dangers et aux menaces dans son environnement en proie aux troubles. Dans ce contexte, citons quelques tendances-clés en matière d’armement. La première est la modernisation des bases, notamment l’infrastructure. Puis, il est impossible de développer les mécanismes militaires ou les infrastructures institutionnelles sans promouvoir simultanément les capacités du personnel militaire pour devenir performant et plus qualifié. L’institution militaire a réussi à maintenir cet équilibre à travers un certain nombre de facteurs. La promotion de la performance des officiers est destinée primordialement à assimiler les évolutions sur le plan sécuritaire d’abord, afin de traiter avec les menaces non conventionnelles engendrées par les évolutions régionales. C’est ce que reflètent les manoeuvres bilatérales et multilatérales auxquelles a pris part l’Egypte sur différents terrains d’opération dans la région et à l’extérieur de celle-ci.

Sur un autre plan, l’armement basé sur une technologie de pointe requiert une réhabilitation et un entraînement qualitatif des troupes. Le programme d’armement égyptien était essentiellement basé sur les armes européennes, et par conséquent, la réhabilitation s’est principalement appuyée sur les pays de l’Otan. Le programme de réhabilitation a permis de combler les écarts et de se rapprocher d’un certain nombre de superpuissances. Il s’est appuyé notamment sur des manoeuvres conjointes qui ont eu lieu sur un certain nombre de théâtres d’opération. La coopération militaire avec des puissances mondiales a permis aux troupes égyptiennes de s’entraîner sur de nouveaux terrains. Ce fut notamment le cas des manoeuvres égypto-russes en novembre 2020.

Outre le développement de l’infrastructure militaire et la promotion de la performance du personnel, l’Egypte s’est appuyée sur une stratégie de diversification des sources d’armement. Cette stratégie est régie par des calculs délicats. L’Egypte a obtenu des armes des meilleures entreprises mondiales et a réussi à faire l’équilibre entre les besoins de la marine, de l’armée de l’air et de l’armée de terre. Ceci était clair dans les programmes d’armement et dans la nature des contrats. La carte de l’armement égyptienne montre une ouverture de l’Egypte sur un certain nombre de pays européens. Les plus importantes transactions ont été conclues avec la France, l’Allemagne, l’Italie et la Grande-Bretagne. L’Egypte a finalisé l’achat de plusieurs avions Rafale et du satellite industriel et militaire Tiba qui représente un essor dans le domaine des télécommunications. Des contrats ont été signés avec l’Allemagne pour l’achat de sous-marins modernes, et parallèlement, un nouveau marché a été conclu avec l’Italie dans le domaine de la marine. Le troisième fondement sur lequel s’est appuyée l’Egypte pour moderniser son armée est la diplomatie militaire. Il s’agit d’un nouveau volet dans les relations de partenariat et de coopération militaire entre l’Egypte et les forces régionales et internationales.

Les relations de l’Egypte avec certaines puissances internationales se sont renforcées en matière de politique étrangère, ainsi que dans les manoeuvres militaires conjointes. On a ainsi vu des manoeuvres conjointes avec la Grèce et Chypre. Le programme des manoeuvres a également témoigné d’un élan qualitatif, dont l’un des plus importants aspects est le fait de parer aux menaces sous la surface comme le démantèlement des mines maritimes. L’une des évolutions majeures a été le progrès réalisé au niveau du rôle diplomatique égyptien sur l’arène africaine qui s’est développé dans le cadre institutionnel, militaire et sécuritaire dans la région du Sahel et du Sahara au moyen de partenariats bilatéraux avec le Soudan, le Kenya, l’Ouganda et le Rwanda.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire