Semaine du 23 au 29 juin 2021 - Numéro 1379
Ahli sur la bonne voie
  Ahli a mis un pied en finale de la Ligue d’Afrique après sa victoire 1-0 contre l’Espé­rance de Tunis samedi 19 juin à Radès. Le cham­pion en titre aura un travail à ache­ver ce samedi 26 juin au Caire.
Ahli sur la bonne voie
(Photo : Twitter Account Ahli)
Karim Farouk23-06-2021

Demi-finales de la Ligue d’Afrique. Dès qu’Ahli a frôlé la pelouse du Stade de Radès en Tunisie, il s’est trouvé confronté à un public survolté qui a inondé le terrain de feux d’artifice. Bien que la police ait dû avoir recours à l’usage de gaz lacrymogènes pour calmer la foule et que le match ait été retardé d’une heure, les Rouges ne se sont pas laissés intimider et ont montré leur grand caractère en donnant du fil à retordre au ténor tunisien de l’Espérance 1-0 dans son propre temple. « Nous avons parlé aux joueurs suite aux inci­dents qui ont eu lieu et ils ont tous insisté sur le fait qu’ils veulent jouer et même gagner. L’essentiel pour nous c’était d’assurer la sécurité des joueurs et le reste était à discuter », a dit Sayed Abdel-Hafiz, directeur de la section foot du club.

C’était l’un des classico d’Afrique entre deux champions qui n’était peut-être pas spectacu­laire mais intense. Ahli a réalisé une prestation de haut niveau dans tous les compartiments de jeu pour s’offrir une grosse option pour la finale grâce au but de son attaquant prometteur Mohamad Chérif à la 67e minute du match. « Rien n’est tranché. On a juste gagné un match et si vous revoyez l’histoire des confrontations entre Ahli et l’Espé­rance, vous saurez que jamais cela n’a été tranché au bout du premier match. On a un grand travail à faire avant le retour au Caire où tout sera joué », a dit l’entraîneur Pitso Mosimane, qui veut que ses poulains gardent la tête sur les épaules.

Une victoire méritée

Le technicien sud-africain a encore une fois présenté une master class tactique qui a gravement réduit ses adversaires espérantistes. Privé de son latéral droit titulaire, Mohamad Hani, et son remplaçant, Ahmad Ramadan, en raison de blessures, et ne voulant pas risquer un retour prématuré de son meneur et pièce maîtresse Mohamad « Afcha » Magdi, Mosimane a déployé un schéma de 3-4-3 au lieu de son classique 4-2-3-1.

Très vite, Ahli pose le pied sur le ballon et instaure son rythme grâce à des passes précises et déplace­ments continus de ses joueurs. Une tactique et une méthode qui ont complètement neutralisé les armes offensives de l’Espérance, notam­ment Hamdi Al-Houni, Mohammed Ben Romdhane et Raouf Benguit, surtout que la combinaison Hamdi Fathi, Amr Al-Soulaya et l’homme fort de l’équipe, Aliou Dieng, ne laisse rien passer. Sur le plan offen­sif, le champion en titre a montré les crocs à de nombreuses occa­sions, jusqu’au but de Chérif qui a complètement débloqué le jeu.

Les Rouges ont trouvé les espaces nécessaires pour percer la zone des hôtes, et si ce n’était le manque d’imagination de Taher Mohamad Taher, Salah Mohsen et Chérif, ils auraient pu tuer cette manche et afficher une victoire record. « Il faut saluer Mosimane et donner un énorme crédit à son travail. Je sais que le public veut le jeu esthétique et aime toujours voir son équipe présenter de beaux spectacles, dominer et marquer de nombreux buts mais cet homme fait un grand travail au niveau tactique. Dès son arrivée, il a montré qu’il sait com­ment préparer et gérer les grands matchs, que ce soit en Ligue d’Afrique l’année passée, en Coupe du monde des clubs, contre Zamalek en championnat, contre Sundowns et maintenant contre l’Espérance. C’est l’homme des grands rendez-vous », a dit le critique sportif Hassan Al-Mistikawi.

L’entraîneur de l’Espérance, Moîne Chaâbani, a lui-même sim­plement admis que cette victoire n’était pas « volée », car Ahli était le meilleur ce soir-là. Mais il a ajouté qu’il y avait une deuxième partie à jouer au Caire et qu’il était confiant que son équipe pourrait bousculer le score. Sur papier, Ahli sera en meilleure forme ce samedi 26 juin, car Afcha aura complète­ment récupéré, Hani et Ramadan ont aussi repris les entraînements la semaine dernière. Reste à voir s’ils seront physiquement prêts pour un tel duel et si le milieu Akram Tawfiq sera à nouveau déployé sur le flanc droit. Mais sur 90 minutes de jeu, tout reste à jouer, et à ce niveau-là, rien ne sera tranché qu’au bout du sifflet final.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire